Accueil arrow Interviews arrow RAVENOUS ALTAR FESTIVAL le 26/05/2018

Kaosguards

 

RAVENOUS ALTAR FESTIVAL le 26/05/2018

                                                                                                                                                                                                                                        Image

Interview réalisée par mail avec Vincent. 

Lyon a souvent vu des festivals de black métal se dérouler en son sein (Lyon Black Metal Inferno, Black Arts Ceremony...).  Peu présentes ces dernières années ces manifestations renaissent de leurs cendres par le vouloir de quatre associations Lyonnaises. Rencontre avec un des nombreux organisateurs.

 

1- Question classique : présente nous tes acolytes et quelles ont été tes motivations pour créer le Ravenous Altar Festival?

L'idée du festival me trottait dans la tête depuis pas mal de temps déjà, mais le contexte ne me le permettait pas : etudes pas terminées, pas assez d'argent, trop de risques... Et cet été, j'ai eu la proposition de faire jouer Grave Desecrator à l'occasion d'une tournée européenne, groupe que j'essayais de booker depuis un an déjà. C'était inpensable pour moi de ne pas faire jouer Grave Desecrator tant j'aime ce groupe. Mais c'était tout autant impensable de les booker en tête d'affiche, car trop risqué au vu des affluences moyennes aux concerts à Lyon. Et un festival ramènerait forcément plus de public... C'est là que j'ai proposé à d'autres associations/labels tenus par des amis d'organiser un festival autour de cette tournée. De plus, je termine des études dans le spectacle cette année, et je rêvais de pouvoir proposer un assez gros concert à l'issue de celles ci.
Donc moi, c'est Vincent, président d'Ytormis Prod, et c'est donc en collaboration avec Rémi et Cédric (Ondes Noires), Jacques (Egregor Records), Matthieu et Joffrey (Black Cloark Production) et mes accolytes d'Ytormis Productions, John et Boby, que nous avons décidé de créer le Ravenous Altar Festival.
Chacun dans l'équipe a une mission et une responsabilité définie, et je suis chargé de l'organisation/coordination globale de l'évènement.

2- Votre association va organiser le concert à Lyon, vous comptez attirer beaucoup de gens au-delà du Rhône?

Oui, j'espère que le festival nous permettra d'avoir une réputation au delà de notre région natale. La programmation est qualitative, avec notamment une tête d'affiche très "à la mode" depuis 4/5 ans, et comprend plusieurs groupes rares sur les scènes francaises. Des gens sont au courant et motivés en Bretagne apparemment, c'est drôlement rassurant.

3- Comment avez-vous mis en place la programmation de l'affiche?

Nous souhaitions proposer un évènement Black Metal audacieux. Il a fallu faire marcher nos contacts. C'est là où Jacques a été très utile, au vu de son passé chez Wintermoon Productions (à l'origine de feu le Black Arts Ceremony, notamment). Ayant des goûts globalement identiques en matière de Black et Death Metal, tomber d'accord sur le choix de la prog n'a pas été difficile. Je me suis ensuite chargé de booker la plupart des 6 groupes.

4- Quels sont vos moyens de promotions pour faire parler de votre date?

Rien de bien exceptionnel. Nous allons cependant passer par A Jeter Prom, une association de promotion professionnelle d'événements Metal pour laquelle je travaille déjà, pour ce qui est de la communication papier sur le pays.

5- Selon vous la fréquentation des salles de concerts est stable, en diminution en augmentation?

A Lyon en tout cas, ce n'est pas rassurant... Il faut impérativement ramener une tête d'affiche, qu'importe si elle passe trois fois par an, pour pouvoir espérer ramener suffisamment de public. Une période de creux a été constatée à Lyon il y'a quelques temps, mais de nombreuses associations continuent de vouloir proposer des concerts authentiques et aux programmations un peu rares. Je pense notamment à Forever Ripping Fast, et à Execution Publique.
Les organisateurs, non professionnels pour la plupart, ont tous l'impression d'avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête. Nous avons organisé une dizaine de concerts jusqu'à présent, et moins de la moitié ont été rentables. Et c'est affreusement démotivant pour les structures non professionnelles (qui sont en majorité, bien entendu) qui n'ont pas forcément vocation à vivre de cela, mais qui souhaitent juste consacrer un peu de temps et d'argent à leur passion.

6- Le festival at-il vocation à avoir une édition numéro 2?

Bien sûr !! Et même une dixième.

7- Même si cela est prématuré mais si votre édition cartonne, vous souhaiteriez passer à la vitesse supérieure en prennant un plus garnde salle?

A voir. Le CCO est vraiment optimal pour nous, que ce soit en termes de conditions, de capacité et de situation géographique. Donc pas pressé d'en partir à priori. Je ne sais juste pas comment va se présenter l'avenir. On avisera à ce moment.

8- Avez-vous eu la tentation de faire le fest en extérieur?

Evidemment. Mais les contraintes légales, financières et logistiques sont bien plus importantes. Donc inenvisgeable pour une première édition. Il est cependant certain que notre festival serait bien plus chouette en extérieur. Je verrais bien cela dans une forêt, ou à proximité d'une montagne.

9- Vous avez une programmation axé sur le Black Métal. Il ya quelques années AD HOMINEM a été annulé à Lyon et Death In June un groupe de Dark Folk a été déclaré indésirable sur le territoire de notre belle république. On sait que certains groupes de la mouvance black sont catalogués très à droite, vous n'avez pas peur d'avoir des soucis avec tous les petits soldats de la bienpensance?

Non, aucun. Notre programmation a été pensée en prenant en compte ces inépsies politiques. Nous sommes là pour la musique, uniquement pour la musique, et ne souhaitons en aucun cas proposer un manifeste politique à la place d'un festival. Nous n'en avons pas envie, ca ne nous interesse pas.
J'espère tout simplement que nos potentiels détracteurs prendront au moins le temps de se renseigner sur les groupes et sur nous avant de porter des accusations infondées. Ils se rendront compte que nous avons, entre autres, un groupe d'origine brésiliene, un autre groupe qui ne veut pas jouer avec des groupes politisés, et que je suis impliqué dans l'organisation d'événements Psytrance. Ca devrait suffire à nous discréditer définitivement en tant que fascistes à mon avis. Même si je suis systématiquement amusé par les super-héros du web qui sont tous persuadés de détenir la vérité absolue et inaliénable.

10- Si un groupe veut être intégré à l'un de vos prochains concerts en tant que première partie, que doit-il faire ?

Nous contacter par mail, et pas par Facebook, merci !

11- Quels sont les groupes que vous rêveriez de faire venir?

C'est devenu le groupe le moins rare du monde en Europe, mais je rêverais de faire jouer Inquisition, c'est tout simplement mon groupe favori. Même si j'ai l'impression que ça va être compliqué pour eux de refaire des tournées dans les années à venir... Pour ce qui est du Black Metal, j'aimerais bien pouvoir ramener des groupes de Black Thrash, Aura Noir ou Nifelheim par exemple, des groupes que je prends beaucoup de plaisir à ré écouter en ce moment. Et surtout, des groupes de Black Occulte, dans la veine ritualistique et cosmique. J'adore des groupes comme Urfaust, Darkspace, Acherontas,...
Nous avons également de plus en plus d'opportunités de faire du Stoner et du Doom. En plus, on adore tous cela chez Ytormis Prod, du coup c'est facile de trouver des idées qui nous plaisent à tous les trois. Je pourrais te dire que nous rêvons de faire jouer Electric Wizard par exemple, mais voilà, ce n'est qu'un rêve pour le moment.

12- Vous ciblez une frange minoritaire du public métal. Comment appréhendez-vous ce public par rapport aux autres?

Comme tous les publics. Le public Black Metal doit il être traité spécialement? Nous organisons un festival autour de la musique que nous aimons et que cette communauté aime, et nous invitons tous les membres de cette communauté à venir passer un grand moment de musique en notre compagnie. Tout simplement.

13- Il ne me reste plus qu’à te remercier, te souhaiter bien du courage pour la suite et te laisser le dernier mot.

Merci à toi pour l'interview. De telles opportunités sont rares pour se faire un peu connaître, dans cette scène. En conclusion, je ne saurais que trop conseiller toutes les personnes lisant ces lignes à venir au CCO le 15 septembre. Car nous vous promettons un concentré de concerts fabuleux.

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player