Catégories
Entretiens avec les groupes

FIRN le 15/01/2023

Un projet solo est toujours un peu particulier, mais force est de constater qu’il mène souvent à des albums de grande qualité. FIRN ne fait pas exception à la règle puisque sa première production est d’une teneur enivrante. Le pagan black folk prodigué par Horda transpire la sincérité , la passion et une philosophie de vie hors du temps. C’est donc l’occasion au travers de cette entrevue de découvrir son univers…

1- Comment a été reçu “Frostwärts” et comment avez-vous vécu les débuts discographiques de FIRN ?

“Frostwärts” a été enregistré dans un studio à domicile . Il était prévu depuis longtemps de démarrer un projet solo en dehors de mon projet principal Waldtraene et du deuxième projet Odroerir. Les restrictions Corona m’ont permises finalement de rendre possible me projets car cela m’a dégagé du temps .
Produire un album est toujours une expérience particulière. Vous semblez repousser vos limites, pour vous rendre compte qu’il n’y en a pas et qu’il y a encore beaucoup de place à l’amélioration. C’est aussi une maturation et une purification spirituelle alors que le processus s’engage avec votre moi le plus profond. C’était la même chose avec les débuts du FIRN.

2- Tu commences l’album avec le titre le plus long, ce qui est de plus en plus rare. Est-ce une façon de présenter l’ambiance générale ? Qu’est-ce que cela signifie par rapport aux autres pistes du disque ?

La chanson “Frostwärts” est la meilleure ouverture possible de l’album car elle plonge l’auditeur dans l’hiver. FIRN est un mot allemand qui décrit la neige qui est là depuis plus d’un an. L’hiver joue toujours un grand rôle dnas FIRN. Et donc “Frostwärts”, qui signifie quelque chose comme “vers Frost”, est une excellente introduction à l’ensemble du concept FIRN et en même temps le titre d’album approprié pour le début.
C’est une coïncidence si c’est aussi la chanson la plus longue.

3- Il y a beaucoup de rythmes et d’ambiances différents. Est-ce votre philosophie de varier votre son pour éviter que tout soit linéaire ?

Ça vient comme ça vient. Je ne planifie pas les chansons à l’avance, elles arrivent juste. Bien sûr tu essaies d’éviter les chansons qui se ressemblent trop, mais rien de vraiment planifier.

4- Aucune reprise sur votre album. Aimez-vous cet exercice ou pas?

Les reprises me donnent souvent l’impression qu’elles sont utilisées comme bouche-trous. Ceci est bien sûr une affirmation très générale et n’est pas toujours vraie, mais je suis d’avis que l’accent de l’artiste doit toujours être ses propres mots et sa propre composition afin de se présenter. De nos jours, les reprises sont souvent utilisées pour générer de l’argent rapidement via des services de streaming et des clics sur YouTube et les réseaux sociaux. Je veux présenter mon propre art, pas nager dans le sillage des autres. C’est pourquoi je n’ai pas fait de reprises depuis mes débuts. Mais… Je n’exclus pas de publier une reprise tant qu’elle correspond au concept de la “grande image”. Je suis partagé sur le sujet.

5- Tout est chanté dans la langue de Goethe. Pourquoi cette langue et pas l’anglais qui est universel ?

Tout simplement parce que c’est la langue de Goethe 😉 Non, personnellement, je trouve toujours mieux que les groupes travaillent dans leur langue maternelle. À mon avis, vous ne pouvez jamais transmettre des textes aussi authentiquement avec des langues étrangères que vous le pourriez avec votre propre langue. Et je pense que la musique se niche autour du chant. Donc la musique serait aussi différente si j’écrivais les paroles en anglais. De plus, les dialectes respectifs détournent de l’essentiel 😉

6- Tu es le seul compositeur du FIRN pourtant j’ai vu que tu faisais des concerts. Comment vous organisez-vous pour assurer le « live » ?

J’ai monté un groupe. Je connaissais déjà certains musiciens, d’autres m’étaient étrangers. C’est et reste un projet solo et tous les membres sont des musiciens invités. Chacun répète principalement personellement à la maison et seules quelques rencontres directes sont prévues et possibles. Je dois pouvoir compter sur tout le monde pour que tout fonctionne. Nous sommes tous des musiciens expérimentés et cela fonctionnera. Ça doit marcher.

7- Quels sont plus précisément les thèmes que tu abordes dans tes chansons ?

En résumé, avec FIRN, je raconte le devenir et la disparition, le cycle éternel de la nature. L’hiver est personnifié dans l’univers FIRN comme, disons, une sorte de divinité. Il incarne la mort et crée ainsi la possibilité pour la nature de pouvoir se renouveler, car une nouvelle vie ne surgit que de la mort. C’est le thème général qui domine tout le reste. De plus, il y a ma propre philosophie de vie de l’animisme. L’âme universelle de la nature. FIRN traite de sujets très spirituels.

8- Musicalement, quelles sont tes influences pour FIRN ?

Cela varie beaucoup. Je pense que l’album “Frostwärts” est principalement dans le Pagan Black Metal classique, du début au milieu des années 2000. Des groupes comme Moonsorrow, Menhir et Thyrfing ont définitivement joué leur rôle. Le prochain album est basé sur différentes inspirations mais sera 100% FIRN.

9- Au niveau de votre musique, quelles ambiances souhaitez-vous distiller ?

Un froid agréable, enveloppant avec un petit air de conte de fées.

10- Quelle est la relation avec le reste de la scène pagan metal en Allemagne et au-delà ?

J’ai beaucoup de contacts et beaucoup de bons collègues, surtout dans le milieu païen de la vieille école. Cependant, je ne peux pas m’identifier à beaucoup de jeunes groupes et musiciens de ce genre. Mentalement et musicalement non plus.

11- Des projets dans le futur, en parallèle ou pour le FIRN ?

Oui beaucoup. Un nouvel album de FIRN est presque terminé et devrait sortir d’ici la fin de 2023. Je travaille également actuellement sur un projet parallèle appelé Hordas:Folk:Music et est basé sur un style Nordic Ambient/Folk. Cela ne sera disponible que via Bandcamp et les services de streaming. Et puis bien sûr il y a mon projet Dark Pagan Folk que je fais avec ma femme. Une production d’album est également prévue ici. Odroerir, cependant, est en sommeil pour le moment. Mais comme vous pouvez le voir, j’ai assez à faire.

12- Trouver son cd n’est pas facile. Vous ne souhaitez pas être soutenu par un label à l’avenir pour mieux diffuser votre musique ?

“Frostwärts” a été publié par Einheit Produktionen en coopération avec Schattenpfade. Cependant, nous avons mutuellement décidé de ne pas signer de contrat de label fixe entre nous. Voyons ce que l’avenir nous réserve.
Plus problématique est le fait que Bandcamp vient de supprimer mon compte pour la 4ème fois et je ne sais pas pourquoi. Le support ne me répond pas. Aucune idée. Ainsi, les cds de FIRN, les patches et les futures marchandises ne sont disponibles que sur commande par courrier à FIRN.horda@gmx.de

13- L’interview touche à sa fin, merci pour votre temps et vos réponses : un dernier mot ?

Merci à toi. Suivez FIRN sur Facebook, Instagram, YouTube et toutes ces plateformes de streaming comme Spotify etc.

English version union jack

1- How was “Frostwärts” received and how did you experience FIRN’s discographic debut?

“Frostwärts” was recorded in the in-house studio. It had been planned for a long time to start a solo project apart from my main project Waldtraene and the second project Odroerir. The corona restrictions finally made it possible for me in terms of time.
Producing an album is always a special experience. You seem to push yourself to your limits, only to realize that there are none and that there is still a lot of room for improvement. It is also a spiritual maturing and cleansing as the process engages with your deepest self. It was the same with the FIRN debut.

2- You start the album with the longest title, which is increasingly rare. Is it a way to present the general atmosphere? What does it mean in relation to the other tracks on the record?

The song “Frostwärts” is the best opener for the album as it pulls the listener deep into winter. FIRN is a German word that describes snow that has been there for more than a year. Winter always plays a big role at FIRN. And so “Frostwärts”, which means something like “towards Frost”, is a great introduction to the entire FIRN concept and at the same time the appropriate album title for the debut.
It is coincidental that it is also the longest song.

3- There are a lot of different rhythms and atmospheres. Is it your philosophy to vary your sound to avoid everything being linear?

It comes as it comes. I don’t plan songs in advance, they just happen. Of course you try to avoid songs that are too similar, but I don’t influence that very much.

4- No covers on your album. Do you like this exercise or not?

Covers often give me the impression that they are used as gap fillers. This is of course a very general statement and is not always true, but I am of the opinion that the focus of the artist should always be his own words and his own composition in order to present himself. Nowadays, covers are often used to generate quick money via streaming services and clicks on YouTube and social media. I want to present my own art, not swim in the wake of others. That’s why I didn’t put a cover on my debut. But… I don’t rule out releasing a cover as long as it fits the concept of the “big picture”. I’m torn on the subject.

5- Everything is sung in the language of Goethe. Why this language and not English which is universal?

Just because it is the language of Goethe 😉 No, I personally always find it better when bands work in their mother tongue. In my opinion, you can never convey texts as authentically with foreign languages ​​as you could with your own language. And I think the music nestles around the vocals. So the music would also be different if I were to write the lyrics in English. In addition, the respective dialects distract from the essential 😉

6- You are the only composer in FIRN however I saw that you were doing concerts. How do you organize yourself to ensure “live”?

I put a band together. I already knew some musicians, others were strangers to me. It is and remains a solo project and all members are guest musicians. Everyone rehearses mainly for themselves at home and only a few direct meetings are planned and possible. I have to be able to rely on everyone to make it all work. We are all experienced musicians and it will work. It must work.

7- What are more precisely the themes that you approach in your songs?

In summary, with FIRN I tell about becoming and passing away, the eternal cycle of nature. Winter is personified in the FIRN universe as, say, some kind of deity. He embodies dying and thus creates the possibility for nature to be able to renew itself, because new life only arises from death. This is the overarching theme that stands above everything else. In addition, there is my own life philosophy of animism. The universal soul of nature. FIRN deals with very spiritual topics.

8- Musically, what are your influences for FIRN?

That varies a lot. I think the “Frostwärts” album is mainly in the classic Pagan Black Metal, early to mid 2000s. Bands like Moonsorrow, Menhir and Thyrfing definitely played their part. The upcoming album is based on different inspirations but will be 100% FIRN.

9- In terms of your music, what atmospheres do you want to distill?

Pleasant, embracing and enveloping cold with a slightly fairytale flair.

10- How is the relationship with the rest of the pagan metal scene in Germany and beyond?

I have a lot of contacts and a lot of good colleagues, especially in the old school pagan area. However, I can’t relate to many younger bands and musicians of this genre. Mentally and musically not.

11- Any projects in the future, parallel or for FIRN?

Yes a lot. A new FIRN album is almost finished and is expected to be released by the end of 2023. I am also currently working on a side project called Hordas:Folk:Music and is based in Nordic Ambient/Nordic Folk. This will only be available through Bandcamp and the streaming services. And then of course there is my Dark Pagan Folk project which I do together with my wife. An album production is also planned here. Odroerir, however, has been shut down for the time being. But as you can see, I have enough to do.

12- Finding your cd is not easy. Don’t you wish to be supported by a label in the future to spread your music better?

“Frostwärts” was released by Einheit Produktionen in cooperation with Schattenpfade. However, we mutually decided not to sign a fixed label contract with each other. Let’s see what the future brings.
More problematic is the fact that Bandcamp has just deleted my account for the 4th time and I have no idea why. The support doesn’t answer me. No idea. So FIRN CDs, patches and future merch are only available on order by mail to FIRN.horda@gmx.de

13- The interview is coming to an end, thank you for your time and your answers: any last words?

Thanks to you. Follow FIRN on Facebook, Instagram, YouTube and all those streaming platforms like Spotify etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *