Catégories
Chroniques

PROCESS OF GUILT “Slaves Beneath The Sun” (Portugal)

De ses débuts davantage marqués par le Doom Death Metal, le combo portugais PROCESS OF GUILT (étrangement libellé PROCESSOFGUILT dans la biographie) a conservé une propension indéniable à manier la lourdeur extrême dans un contexte de lenteur du tempo. Après « Renounce » (2006), « Erosion » (2009), « Faemin » (2012) et « Black Earth » (2017), « Slaves Beneath The Sun » reprend à son compte ces fondations puissantes et imposantes, pour mieux les développer et les pervertir dans un contexte singulièrement marqué par le Sludge le plus maladif et malsain (songez aux incontournables EYE HAGTE GOD, mais aussi à ACID BATH, GRIEF et BUZZOV.EN) et par le Post Hardcore le plus séminal (NEUROSIS, encore et toujours), sachant qu’il n’est pas interdit de remonter à BLACK FLAG et au ROLLINS BAND des débuts.
Remarquablement mises en relief par une prise de son minérale et par un mixage surpuissant et détaillé à la fois, les six compositions de « Slaves Beneath The Sun » exsudent littéralement de la douleur à l’état brut, de la lourdeur oppressante, de l’agressivité souvent rampante, parfois explosive. A la base de tout, nous avons le jeu, sec, mobile et explosif du batteur, sur lequel le bassiste vient poser des lignes énormes, métalliques et tendues. Inutile pour les deux guitaristes d’en faire des tonnes en matière de riffs épais et lourds, puisque la section rythmique se charge du tir de barrage. Par contre, les deux gratteux s’y entendent pour produire sans discontinuer des riffs tordus, acides, déchirés et torturés. D’habitude arme fatale et létale, le riff devient ici un instrument de torture vicieux, comme un fil de fer barbelé, à la fois tranchant et rouillé : imaginez les dégâts, relevant plus du tétanos ou de la septicémie que de l’hémorragie massive. C’est lent, c’est douloureux, mais c’est fatal !

En sus de ce versant instrumental rythmiquement puissant mais aussi vénéneux, les vocaux injectent des hectolitres de haine, de douleur et d’agressivité. Le tout évitant l’impression trop fréquente d’un recours à des procédés éculés ; dans le cas présent, il est difficile d’ignorer que les vocaux éructés, à mi-chemin entre registre caverneux et dolorisme laryngé, relèvent d’une approche totalement viscérale, sincère, quoique fort bien maîtrisée dans le rendu.

Bien que ne pouvant pas prétendre à un quelconque statut de défricheur, on peut toutefois reconnaître que PROCESS OF GUILT peut sans encombre se voir déceler une médaille pour sa capacité à labourer très efficacement des champs musicaux et émotionnels déjà anciens, mais qui gagnent à être encore et toujours réactivés.

Alain Lavanne

Date de sortie: 06/2022

Label: Alma Mater records

Style: Sludge Post Métal

Note: 17/20

Ecoutez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *