Catégories
Chroniques

CAÏNAN DAWN “Lagu” (France)

Tout à la fois éclos et retranché dans nos Alpes françaises, le quartette CAÏNAN DAWN ne bénéficie hélas pas d’une reconnaissance à la hauteur de sa ténacité et de son talent pour développer une vision à la fois ambitieuse et personnelle du Black Metal. Bien que formé dès 2003, le groupe n’a étrenné sa discographie qu’en 2011 avec un premier album, baptisé « Nibiru » (Those Opposed Records). Trois ans plus tard, en 2014, « thAVMIAL » prit la relève, désormais sous la férule d’Osmose Productions. Selon un intervalle équivalent, « F.O.H.A.T. » voit le jour en 2017. Après cette régularité, marquée par un tempo plutôt lent mais pas honteux non plus, le laps de temps entre « F.O.H.A.T. » et ce quatrième album, « Lagu » a semblé anormalement long : sûrement l’impact du Covid-19 est-il à blâmer…

En tout état de cause, les retrouvailles se font sous le signe de l’excellence et de l’audace. On sent en effet que CAÏNAN DAWN a pleinement mis à profit le temps imparti pour transcender sa pleine et entière maîtrise du Black Metal par le biais d’une approche plus complexe, plus contrastée, plus atmosphérique, davantage ouverte aux hybridations stylistiques. Aussitôt énoncée cette variété stylistique, les intégristes auto-proclamés du Black Metal se pincent le nez, ou, au mieux, dédaignent la démarche, la jugeant déjà vue et entendue. Doucement, mes petits Torquemadas du BM : si vous aviez été réellement attentifs au projet initial de CAÏNAN DAWN, vous auriez retenu, dès le premier album, un morceau comme « Deep Hollow », ostensiblement plus long, plus lent, plus torturé.

En somme, plus que jamais, CAÏNAN DAWN fait en sorte de projeter pleine bourre son Black Metal, initialement dru, vindicatif et souvent rapidement asséné, vers des dimensions – pas moins extrémistes et exigeantes – mais nettement plus contrastées en termes de tempos, de choix rythmiques, d’accordages, d’arrangements, et, plus globalement, de composition. Ici, cher auditeur, tu es prié d’abandonner tes strictes références BM, ou plutôt d’accepter de les imaginer tour à tour confrontées, injectées, hybridées dans des contextes Post Black Metal. Qu’est-ce à dire plus précisément ? Plus que jamais, les structures adoptent le principe, quasi progressif, d’une succession plutôt intense de séquences souvent évolutives, parfois franchement contrastées. C’est ainsi que l’on peut passer d’une cavalcade rythmique âpre et frénétique (comprendre : typiquement Black Metal) à une plage nettement plus tempérée quant au tempo, surtout franchement plus atmosphérique. Et parfois, il suffit de bien peu de choses pour créer une atmosphère décalée : des notes de guitares éparses, de la réverbération, des arrangements de claviers, voire quelques notes électroniques.
Cela dit, le vice se cache au sein même des séquences les plus ostensiblement Black Metal. C’est ainsi qu’à la place des fort logiques riffs en trémolos, on trouve parfois actifs à l’ouvrage des riffs dissonants, ostensiblement tordus, autant qu’ils sont abrasifs. En somme, CAÏNAN DAWN ne se résigne aucunement à faire verser son Black Metal dans une dimension Shoegaze, brumeuse et émolliente. Pour autant, le groupe n’accepte aucunement de sacrifier son versant abrasif et misanthropique, particulièrement présent dans des rythmiques et dans un chant particulièrement expressif et varié. Pour se cantonner à ce dernier aspect, il faut bien avouer que les vocaux alternent avec une grande maîtrise les intonations aigres et haineuses, relevant strictement d’un registre Black Metal, avec des prestations plus rauques, quoique tout aussi torturées et véhémentes. Saluons l’efficience et l’expressivité en la matière !

Quiconque serait convaincu que le Black Metal est un genre épuisé, CAÏNAN DAWN apporte avec rigueur et maestria un démenti cinglant. Aussi exigeant soit-il a priori, « Lagu » s’impose comme un album vers lequel on revient encore et encore, quitte à développer un sorte d’obsession bien fondée. Ce qui nous conduit à préconiser une acquisition impérative.

Alain Lavanne

Date de sortie: 30/09/2022

Label: Osmose productions

Style: Black Métal

Note: 18,5/20

Ecoutez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *