Catégories
Entretiens avec les groupes

RAPTORE le 27/08/2022

Dans leur monde peuplé par le malin et de ses subordonnés le second opus de l’escadron de heavy métal argentin RAPTORE sort une bombe pour fêter ses dix ans d’existence. On vous recommande chaudement si la possibilité vous en est donnée d’aller vous rendre compte sur place de leur puissance de feu au sein de l’hexagone le 10 septembre. Approfondissons tout cela avec un plaisir non dissimulé…

1- Salut Nico, c’est un vrai privilège pour moi de te parler, je pense que RAPTORE est vraiment un groupe “atomique”. Peux-tu nous rappeler les conditions de l’émergence du groupe en 2012 ?

Salut Phil, merci pour tes mots. RAPTORE a commencé à La Plata, en Argentine, en 2012. Nous avons sorti notre première démo en 2014 et en 2016, nous avons pu sortir “Rage N’ Fever”, notre premier album. Cette sortie nous a ouvert les portes d’une tournée en Amérique du Sud et des premières parties telles qu’Exciter et Enforcer. En 2018, n’étant pas en mesure de maintenir un line up stable et afin d’offrir à RAPTORE une meilleure vitrine, j’ai déménagé à Barcelone et reformé le groupe ici. Nous avons sorti le single “Prisoner of the Night” en 2019 et l’album “Blackfire” cette année!

2 – Vous jouez un Heavy Métal assez caractéristique qui est très proche de la première vague. Quelles étaient exactement vos influences à l’époque et aujourd’hui ?

Mes influences ont toujours été très vastes dans le spectre rock, pop, blues, jazz et métal, mais quand j’ai commencé le groupe, je voulais mélanger le thrash métal américain avec du heavy métal plus rock. J’écoutais Testament, Exodus, Anthrax et mon idée était de mélanger cette agressivité avec des éléments plus rock que je pouvais trouver dans des groupes comme WASP ou Armored Saint. Puis au fil du temps, j’ai incorporé des tonnes de styles et de groupes différents à mes goûts personnels et j’ai fini avec les compositions que l’on peut trouver dans “Blackfire” : plus sombres et plus rapides que les versions précédentes.

3- En dix ans d’existence tu n’as produit que deux albums complets. Est-ce si difficile de sortir des albums ? Est-ce un choix ? Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Ce n’est pas un choix, c’est juste la façon dont les choses se sont développées pour RAPTORE. Si vous tenez compte du fait que le projet a été affecté par de multiples changements de line-up et une relocalisation impliquant un changement de continent, eh bien, ce n’est pas si facile de continuer à publier régulièrement des albums. Maintenant que nous sommes bien établis, l’idée est de sortir plus souvent du nouveau matériel. Nous travaillons déjà sur l’album numéro 3 par exemple.

4- Pouvez-vous parler de vos influences thématiques, de vos croyances spirituelles et de tout ce qui fait les paroles de RAPTORE?

Étant donné que cet album a prit du temps à se faire, la thématique des paroles s’est développée et a « marché à mes côtés » pendant tout le processus. Au tout début, j’étais plongé dans des thèmes démoniaques, vampiriques et infernaux, et les premières paroles en sont le reflet. Ensuite, j’ai voulu exprimer un côté plus introspectif, en essayant de transmettre des messages plus personnels et le résultat a été des chansons comme “Phoenix” ou “Death”.

5- Vous venez d’Argentine. Quelle est votre opinion sur la scène Heavy Métal argentine ?

La scène argentine est peut-être très bonne, mais toute l’infrastructure qui implique le pays est très en retard par rapport à l’Europe ou au reste du monde.

Cela empêche les bonnes idées et projets qui existent d’émerger et de les propulser comme une alternative crédible au reste des groupes qui montent partout ailleurs.

Mais comme je l’ai dit, en termes d’idées nouvelles, de potentiel et de motivation, l’Argentine n’a rien à envier à aucun autre pays.

6- Quelle est la différence avec la scène espagnole?

Je pense que la scène espagnole est une bonne plateforme pour promouvoir votre projet et le projeter dans le monde. Je pense que sortir du matériel ici permet à votre groupe d’être entendu et pris en considération dans le monde entier. Ensuite, c’est à vous ou à votre groupe de rendre le projet intéressant pour que les gens aient envie d’y jeter un œil.

7- Après des années de production locale, tu es maintenant sur un label européen, Dying Victims Productions. Quelle était la raison d’un changement?

Et bien en fait le premier album n’est sorti que sur des labels argentins. Ensuite, il a obtenu une édition allemande de Witches Brew et le single “Prisoner of the Night” est également sorti via Church Recordings aux États-Unis. Mais pour “Blackfire”, nous étions en mesure de demander une sortie de plus en plus large, nous avons donc convenu avec Church que nous chercherions un label “plus grand”. Cette fois, nous avons reçu plusieurs offres, mais c’est celle de Dying Victims qui nous a le plus convaincu. Non seulement pour le nombre d’exemplaires qu’ils fournissent au groupe, mais pour les éditions détaillées qu’ils publient. Tous les labels ne font pas des éditions spéciales, y compris des affiches, des patchs, etc.

8- Imaginez la situation : vous rencontrez un parfait inconnu et vous devez lui décrire RAPTORE, que diriez-vous ?

C’est sombre, c’est rapide, c’est rock, c’est lourd, c’est accrocheur : c’est RAPTORE.

9- Si on vous demandait de choisir une chanson de cet album pour qu’elle sorte dans un CD de compilation, quelle chanson serait-ce et pourquoi ?

Je choisirais “Blackfire” car il contient tous les éléments qui représentent l’album. C’est rapide, c’est sombre et je le vois comme une chanson de heavy metal entière qui peut résister à l’épreuve du temps.

10- Comment décririez-vous RAPTORE sur scène ? Accordez-vous aux personnes qui assistent à vos concerts un « traitement spécial »?

Nous pensons que la performance live est une partie cruciale de ce que propose RAPTORE, elle doit donc représenter la même chose que la musique, elle doit être au même niveau. C’est pourquoi nous donnons tout sur scène, nous essayons de nous enflammer pour que les personnes qui assistent à nos spectacles puissent ressentir pleinement l’expérience RAPTORE.

11- Qui est l’artiste qui a créé l’artwork de la pochette de l’album ? Est-ce un produit de son inspiration, ou travaillait-il, disons, sous vos instructions?

C’est une artiste colombienne appelée Lu Agudelo de Subhuman Illustrations. Je voulais que l’œuvre d’art présente ces deux éléments, le “démon montant” et le triangle, alors j’ai fait un croquis de base et je le lui ai présenté. Elle est venue avec un croquis elle-même et a commencé à travailler à partir de là. La couleur de choix était le violet pour donner à l’album un thème à la fois fantastique et obscur. Elle a fait un travail incroyable.

12- As-tu des anecdotes à nous raconter sur les jours que tu as passés en studio ? Combien de temps vous a-t-il fallu pour terminer l’album, et combien de temps avez-vous laissé les producteurs/techniciens s’impliquer dans tout le processus ?

Nous avons passé deux semaines aux Moontower Studios avec Javi Félez. Nous avons fait un processus de pré-production très exhaustif avant d’entrer en studio pour optimiser le temps là-bas, donc au moment où l’enregistrement proprement dit a commencé, nous étions très conscients de ce qui était attendu de chacun. Nous avons tout enregistré assez rapidement et aussi précisément que possible et puis Javi a été important au moment de créer les harmonies vocales. Nous sommes allés avec quelques idées de base sur ce sujet, Javi est un expert en la matière et a proposé de bonnes idées qui se retrouvent maintenant dans le résultat final.

13- Quels sont tes plans pour RAPTORE, tu as déjà un concert français à la PWOA, non ? Et tes autres projets ? Avez-vous un rêve particulier que vous souhaitez réaliser?

Exact, nous avons PWOA en septembre et nous avons joués également au Trveheim Festival à Munich en août. L’idée est de jouer partout où c’est possible et de continuer à travailler avec la pré-production de notre prochain album !

English version union jack

1- Hi Nico, it’s a real privilege for me to talk to you, I think RAPTORE is really an “atomic” band. Can you remind us the conditions for the emergence of the band in 2012?

Hi Phil, thank you for your words. Raptore started in La Plata, Argentina in 2012. We released our first demo in 2014 and during 2016 we were able to release ‘Rage N’ Fever, our first album. That release opened the doors for us to tour for South America and open for acts such as Exciter and Enforcer. By 2018, not being able to maintain a stable line up and in order to provide RAPTORE with a better showcase, I moved to Barcelona and reformed the band here. We released the ‘Prisoner of the Night’ single in 2019 and the ‘Blackfire’ album just now!

2- You are playing a quite characteristic Heavy Metal which is very much related to first wave of Heavy Metal. What were your influences exactly back then and today?

My influences were always very vast within the rock, pop, blues, jazz and metal specter, but when I started the band, I wanted to mix American thrash metal with some more rocker heavy metal. I was very deep into Testament, Exodus, Anthrax and my idea was to mix that aggressiveness with more rocker elements that I could find on bands such as WASP or Armored Saint. Then as long as the time passed by, I incorporated tons of different styles and bands to my personal tastes and ended up with the compositions that you can find in ‘Blackfire’: darker and faster than the previous releases.

3- In ten years of existence you only produced two full length album. Is it so difficult to release albums? Is it a choice? Can you tell us more about that?

It’s not a choice, it’s just how the things developed for Raptore. If you take into consideration that the project was affected by multiple changes of lineup and a relocation involving a change of continent, well, it ain’t that easy to keep releases coming out regularly. Now that we are properly stablished, the idea is to release new material more often. We are already working in album number 3 for example.

4- Can you talk about your thematic influences, spiritual beliefs and all that makes RAPTORE’s lyrics?

Since this album has too much time in the making, the lyric’s thematic was developing and ‘walking along by my side’ during the whole process. At the very beginning I was deep into demonic, vampiristic, and hellish themes, and the first lyrics are the reflection of that. Then I wanted to express a more introspective side, trying to transmit more personal messages and the result were songs like Phoenix or Death.

5- You come from Argentina. What is your opinion about the Argentinian HM Scene?

The Argentinian scene might be very good, but the whole infrastructure that involves the country is very delayed in comparation with Europe or the rest of the world. That prevents the good ideas and projects that exist to promote themselves and show them as a potential ‘opponent’ to the rest of the bands emerging everywhere else. But as I said, in terms of new ideas, potential a motivation, Argentina has nothing to envy from any other country.

6- What is the difference with the Spanish scene?

I think the Spanish scene is a good platform to promote your project and project it to the world. I feel that releasing material here makes your band heard and taking into consideration all over the world. Then, is up to you or to your band to make the project interesting so the people want to take a look at it.

7- After years of local production, you’re now on a european label, Dying Victims Productions. What was the reason for a change?

Well actually the first album only was released by Argentinian labels. Then it got a German edition by Witches Brew and also the single ‘Prisoner of the Night’ was released via Church Recordings from USA. But for ‘Blackfire’ we were in a position to ask for a wider and larger release so we accorded with Church that we would look for a ‘bigger’ label. This time we received several offers, but it was the one from Dying Victims which convinced us the most. Not only for the number of copies they provide to the band, but for the detailed editions they release. Not every label make special editions including posters, patches, etc.

8- Imagine the situation: you meet a total stranger and you have to describe him RAPTORE, what would you say?

It’s dark, it’s fast, it’s rocker, it’s heavy, it’s catchy: it’s RAPTORE.

9- If you were asked to choose one song from this album in order to be released in a compilation CD, which song would that be and why?

I would choose ‘Blackfire’ because it has all the elements that represent the album. It’s fast, it’s dark and I see it as a whole heavy metal song that can stand the test of time.

10- How would you describe RAPTORE on stage? Do you provide people that attend your gigs any “special treatment”?

We believe the live performance is a crucial part of what Raptore proposes so it has to represent the same that the music does, it needs to be at the same level. That’s why we give everything on stage, we try to set ourselves on fire so the people attending to our shows can feel the full RAPTORE experience.

11- Who is the guy that has created the artwork for the album cover? Is this a product of his inspiration, or was he working let’s say under your instructions?

She’s a Colombian artist called Lu Agudelo from Subhuman Illustrations. I wanted the artwork to feature this two elements, the ‘rising demon’ and the triangle, so I did a basic sketch and presented it to her. She came up with a sketch herself and started to work from there. The color of choice was the purple to give the album both a fantastic and obscure theme. She did an amazing job.

12- Do you have any stories to tell us from the days that you spent in the studio? How long did it take you to finish the album, and how much did you allow the producers/technicians to get involved in the whole process?

We spent two weeks at the Moontower Studios with Javi Félez. We did a very exhaustive pre-production process before entering the studio to optimize the time there, so by the time the actual recording started we were very conscious of what was needed from each one. We recorded everything pretty quick and as precise as possible and then Javi was important at the time of creating the vocal harmonies. We went with some basic ideas regarding that topic, was Javi is an expert in that matter and came up with great ideas that now are showing in the final result.

13- What are your plans for RAPTORE, you have previous a french gig at the PWOA, no? And your other projects? Do you have a special dream you want to reach?

Correct, we have PWOA in September and we’ll be playing Trveheim Festival in Munich in August as well. The idea is to play everywhere possible and continue working with the pre-production for our next album!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *