Catégories
Entretiens avec les groupes

SILENT KNIGHT le 12/08/2022

Du continent/pays qu’est l’Australie évolue depuis de nombreuses un groupe qui doit absolument être connu si vous avez comme disques de chevets Blind Guardian, Iron Savior ou encore Gamma Ray. En auto-production leur nouveau disque ne devra pas cette fois encore passer sous les radars. A vous de jouer et de les soutenir!

1- Salut SILENT KNIGHT, cinq ans sans sortir un album, c’est long non?

C’est sûr et ce dernier album il y a 5 ans était un réenregistrement de notre premier album de 2013 donc cela fait plus 7 ans que notre dernier matériel original est sorti (“Conquer & Command” 2015) mais avec des obstacles tels que le changement de chanteur, le Covid , les membres du groupe fondant des familles et nous étions autofinancés, nous avons définitivement pris notre temps avec celui-ci.

2- Vous vivez en Australie. Quand tu dois faire des concerts hors de tes frontières, n’est-ce pas compliqué?

Le plus difficile est que nous vivons à Perth, en Australie-Occidentale, qui est très isolée même des autres villes australiennes, le temps et le coût de déplacement supplémentaire requis peuvent rendre les choses difficiles. Nous avons fait beaucoup de tournées nationales et avons profité au maximum de certains énormes festivals en Asie et en Allemagne qui ont été formidables.

3- Que vous a fait la période de la pandémie ? Pensez-vous que vous avez changé d’une manière ou d’une autre?

Nous n’avions pas de concerts, donc ce n’était pas l’idéal car nous adorons jouer et comme nous avions un album à payer, cela a éliminé une bonne source de revenus. Nous avons définitivement tiré le meilleur parti des opportunités au fur et à mesure qu’elles se présentaient et cela nous a permis de ne pas prendre les choses pour acquises.

4- En repensant à votre histoire de groupe de plus de 13 ans, comment avez-vous évolué – en ce qui concerne votre musique et vos personnalités?

Nous avons eu la chance que moi-même et l’autre guitariste Cameron Nicholas ayons toujours eu un grand lien et des visions similaires avec l’écriture, donc la cohérence et la croissance au fil des années sont faciles à voir. Nous avons également eu la chance d’avoir des lines-ups assez cohérents et d’attirer des membres talentueux qui ont été heureux de suivre notre exemple.

5- Vous souvenez-vous du moment où vous étiez sûr de consacrer votre vie à la musique et de le faire professionnellement?

Eh bien, nous avons tous encore des emplois de jour, mais nous avons des horaires flexibles et sommes prêts à faire des tournées lorsque les opportunités se présentent. Je vous tiendrai au courant quand le moment sera venu !

6- Avez-vous grandi avec la musique, avez-vous appris un instrument dans votre jeunesse?

Il y avait toujours de la musique, mais je n’avais pas beaucoup d’intérêt pour ce que mes parents partageaient la plupart du temps. J’ai fait les instruments typiques de l’école comme la trompette et la flûte à bec, mais j’ai découvert la guitare à 15 ans et je n’ai jamais regardé en arrière.

7- Quelle musique écoutais-tu pendant ton adolescence?

Mon frère aîné a commencé à ramener des groupes comme Metallica, Pantera et Guns n Roses quand j’étais adolescent, ce qui a déclenché un interrupteur en moi, puis les choses ont commencé à devenir vraiment excitantes.

8- Un groupe de votre qualité n’a pas de label. Je dis dans ma chronique que c’est incompréhensible. Explication?

Nous avons eu des offres de petits labels dans le passé, mais nous ne nous sommes jamais engagés sur quoi que ce soit. Ce nouvel album a des partenaires de distribution en Europe et en Australie et nous avons investi beaucoup d’argent dans de bonnes sociétés de relations publiques pour aider à promouvoir l’album. Nous possédons les droits sur ce que nous pensons être un très bon album et avons déboursé l’argent au lieu d’être endettés envers un label qui ne survivra peut-être pas à la tournure que prend le monde. Nous ne sommes pas du tout contre la signature d’un label, il faudrait juste que ce soit quelque chose qui soit un bon avantage pour nous aussi.

9- Vous souvenez-vous d’un concert auquel vous avez participé en tant que fan et qui a changé votre vie? Un spectacle que vous n’oublierez jamais?

Ça devait être Megadeth à Sydney le 4 août 2001. J’avais 18 ans, Megadeth était mon groupe préféré et étant jeune et n’ayant pas été à beaucoup de concerts, c’était une période vraiment spéciale et excitante.

10- Vous sortez aussi vos albums en vinyle? Quelle est l’importance des supports physiques pour vous par rapport aux plateformes de streaming?

Nous n’avons pas encore prévu de sortir ce nouvel album en vinyle, uniquement à cause du coût. Nous espérons presser le vinyle après la date de sortie. Le métal vend toujours beaucoup de produits physiques et est une excellente source de revenus, nous gagnons très peu grâce au streaming, mais le compromis est que nous pouvons atteindre de nouveaux fans sur les plateformes de streaming qui viennent également aux concerts, donc les deux sont importants pour nous.

11- Une dernière question : que représente la musique pour vous?

C’est un sentiment profond à l’intérieur; un interrupteur est actionné et allume un feu à chaque fois. Je me sens si bien et je ne peux pas m’en passer!

12- Merci beaucoup pour l’interview! Derniers mots…

Merci pour l’intérêt et la bonne chronique! Nous tenons à remercier nos fans pour leur patience et qui ont attendus la sortie de cet album, nous sommes sûrs que vous conviendrez que cela valait la peine d’attendre et nous avons hâte de vous voir bientôt sur la route!

English Version union jack

1- Hi SILENT KNIGHT, five years without releasing an album is a long time, isn’t it?

It sure is and that last album 5 years ago was a re-recording of our first album from 2013 so it is more like 7 years since our last original material was released (Conquer & Command 2015) but with obstacles such as changing vocalist, COVID, band members starting families and being self-funded, we definitely have taken our time with this one.

2- You live in Australia. When you have to do concerts outside your borders, isn’t it complicated?

The hardest part is we live in Perth, Western Australia which is very isolated even from other Australian cities so the cost of touring and extra travel time required can make things difficult. We have done a lot of domestic touring though and made the most of some huge festivals in Asia and Germany which have been great.

3- What did the time of the pandemic do to you? Do you think you changed in some way?

We had no concerts, so that wasn’t ideal because we love to play and as we had an album to pay for, it eliminated a good revenue source. We definitely made the most of opportunities as they came though and it made sure we don’t take things for granted.

4- Looking back to your more than 13 years lasting band history, how did you develop – regarding your music and your personalities?

We have been fortunate that myself and other guitarist Cameron Nicholas have always had a great bond and similar visions with writing so consistency and growth over the years is easy to see. We have also been lucky for fairly consistent line ups and attracting talented members who have been happy to follow our lead.

5- Do you remember the moment you were sure to dedicate your lives to music and do it professionally?

Well, we all have day jobs still but have flexible schedules and are willing to tour when the opportunities come up. I’ll let you know when the moment comes though!

6- Did you grow up with music, did you learn an instrument in your childhood?

There was always music around, but I didn’t have much interest in what my parents were sharing most of the time. I did the typical school instruments like trumpet and recorder, but I found guitar at 15 and never looked back.

7- What music did you listen to you in your teenage years?

My older brother started bringing home bands like Metallica, Pantera and Guns n Roses when I was a teen which hit a switch inside me and then things started to get really exciting.

8- A band of your quality doesn’t have a label. I say in my review that it is incomprehensible. Explanation?

We have had offers from small labels in the past but never anything we committed to. This new album has distribution partners in Europe and Australia and we invested a lot of money in good PR companies to help promote the album. We own the rights to what we think is a very good album and have outlaid the money upfront rather being in debt to a label who may not survive the way the world is going. We aren’t against signing to a label at all, it would just have to be something that would be a good benefit to us too.

9- Do you remember a concert you joined as a fan that was life-changing? A show that you will never forget?

That would have to be Megadeth in Sydney on August 4, 2001. I was 18, Megadeth was my favourite band and being young and not been to many concerts, it was a really special and exciting time.

10- You release your albums also on vinyl? How important are physicals supports for you in contrast to streaming platforms?

We haven’t planned to release this new album on vinyl yet, only due to the cost. We will hopefully press vinyl following the release date. Metal still sells a lot of physical products and is a great revenue source, we make very little from streaming but the trade off to that is we can reach new fans on streaming platforms who come out to shows too so both are important to us.

11- One last question: What does music mean to you?

It is a feeling deep inside; a switch gets flicked and lights a fire every time. It makes me feel so great and I cannot live without it!

12- Thank you very much for the interview! Last words…

Thanks for the interest and the great review! We would like to thank our fans for their patience waiting for this album to come out, we are sure you will agree it was worth the wait and we look forward to seeing you out on the road soon!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *