Catégories
Chroniques

TREHA SEKTORI “Rejet” (France)

Depuis 2005, le graphiste Dehn Sora (site artistique ici) s’exprime musicalement en solo sous l’appellation TREHA SEKTORI, dans un registre Dark Ambient à tendance ritualiste. Sans être un spécialiste du genre, je peux cependant affirmer qu’à bien des égards, « Rejet » porte la marque de la maturité artistique. Derrière ce terme de maturité, n’attendez pas un quelconque assagissement, une quelconque compromission, un coupable abâtardissement, encore moins une trahison vers la vulgarisation. Dans le cas présent, on assiste avant tout à une démonstration touchante, vibrante, authentique, dramatique, éminemment personnelle, et pourtant universelle, en ce sens qu’elle peut être accaparée par toute âme suffisamment forte pour supporter les charges émotionnelles proposées.

Premier signe de particularisme, « Rejet » comporte certes dix compositions mais n’atteint même pas les trente-cinq minutes, adoptant une jauge typique des albums des années 70 et 80. De plus, l’album ne comprenant aucune piste écrasante quant à sa durée, les morceaux proposés dans le cas présent oscillent deux et à peine plus de quatre minutes. Une concision qui interdit en quelque sorte autant les digressions que les longueurs superflues. De fait, on sent tout au long de l’album une urgence dramatique palpable…

… laquelle n’exclue en rien la subtilité et la variété des ambiances développées. Si TREHA SEKTORI peut mobiliser des séquences telluriques qui recevront l’assentiment des adeptes de la légende LUSTMORD, aucune impasse n’est réalisée sur les plages plus subtiles, voire délicates. Par moments, les percussions obsédantes développent une dimension ritualiste ; ailleurs, on sera davantage confronté à des ondes autant menaçantes qu’hésitantes, à des détails rampants et minutieux, à des ambiances intimistes (certes, l’intimité en question penche ostensiblement vers le malaise existentiel, voire vers la psychose paranoïaque). Les formats ramassés confèrent à chaque piste une densité et une identité fortes, merveilleusement servies par une prise de son équilibrée entre rendu textural (les percussions osseuses) et puissance numérique.

En matière de dramaturgie subtile et de puissance développée, TREHA SEKTORI surpasse aisément toutes les tentatives propres aux univers multiples du Metal. De même que dans le micro-périmètre du Dark Ambient, le projet échappe aux clichés – ou plutôt se les réapproprie pour mieux les dépasser. Ecouter « Rejet », c’est accepter de se livrer à une expérience fondamentalement personnelle, forte et aventureuse, avec un nécessaire travail idiosyncratique de réappropriation personnelle des productions de TREHA SEKTORI. Fréquenter « Rejet » revient paradoxalement à se soumettre aux projections impérieuses de Dehn Sora et à se les approprier de manière foncièrement personnelle. Bienvenue dans un/mon cauchemar !

PS : à tous les demi-sel qui estimeraient que TREHA SEKTORI n’existe que via les ressources immenses d’un studio, qu’ils visionnent cette magnifique performance ici.

Alain Lavanne

Date de sortie: 05/11/2021

Label: Noevdia

Style: Dark Ambient ritualiste

Note: 19/20

Ecoutez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *