Catégories
Chroniques

BLACK PYRAMID “Black Pyramid” (Etats-Unis)

Comme le temps passe vite ! « Black Pyramid » a été originellement publié en 2009 par le légendaire label Meteor City records ; aujourd’hui, le label grec Labyrinth Of Thoughts en propose une réédition au format vinyle. Une excellente occasion de rattraper le temps perdu pour les plus anciens ou de faire une découverte pour les plus jeunes. Car, en dépit de l’étiquette Stoner Doom qui lui est apposée, le style proposé par le trio à ses débuts défiait passablement toute catégorisation trop limitative.

On admettra facilement que la lourdeur sévère de nombreux riffs et que la pesanteur de la plupart des rythmiques correspondent amplement aux critères du Doom, surtout si le tout est déroulé à vitesse lente. De même, on relève les sonorités crépitantes des riffs et le groove de mammouth qui anime pesamment les rythmiques : d’où l’allusion au Stoner. Si les deux genres ont en commun épaisseur et lourdeur, BLACK PYRAMID avait d’entrée de jeu décidé de pimenter les débats en fuyant le monolithisme, en variant tempos et rythmes, en proposant des progressions de séquences au sein d’une même composition, le tout très pertinemment animé par le batteur.

Ces variations rythmiques peuvent même conduire à insuffler une dimension épique, comme sur l’imparable « Celephais » ou sur « Twilight Grave », rappelant ainsi les velléités analogues du Heavy Metal épique des années 80. On est en tout cas, encore aujourd’hui, frappé par la qualité des riffs, accrocheurs au possible. Même si le chant du guitariste Andy Beresky n’est pas très puissant, il n’en demeure pas moins que les lignes vocales font montre de suffisamment de modulations pour s’avérer diablement efficaces !

Comble du plaisir, la guitare n’hésite pas à se faire moins massive, plus bluesy en solo, chargée d’une électricité passablement psychédélique. Hormis le clin d’oeil de l’instrumental « And The Gods Made War » (en référence au « And The Gods Made Love » qui ouvrait le légendaire album « Electric Ladyland » de Jimi Hendrix), Bresky fait honneur au meilleur du Blues Rock psychédélique de la charnière des années 60 et 70. L’héritage de BLUE CHEER s’en trouve vivifié !

En 2009 comme en 2021, cet album peut générer l’intérêt chez les amateurs de THE OBSESSED, SPIRIT CARAVAN, CORROSION OF CONFORMITY, ELECTRIC WIZARD ou encore CATHEDRAL : excusez du peu !

Dépêchez-vous si vous voulez mettre la main sur une de ces rééditions vinyle en couleur, les tirages sont peu nombreux ici.

Alain Lavanne

Date de sortie: 12/02/2021

Label: Labyrinth Of Thoughts

Style: Stoner Doom Metal

Note: 17,5/20

Ecoutez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *