Catégories
Entretiens avec les groupes

CELESTIC le 26/12/2020

Le pagan Français à la mode “Ensiferum” n’est pas si présent que cela dans l’hexagone. Une lacune qu’a voulu combler ce musicien Sudiste qui devrait parler de lui tant par son talent que sa manière de voir sa musique…

1- Bonjour à toi. Quand et comment ton entité a commencé?

Hail ! CelestiC a commencé en 2005 sous la forme d’un groupe de bahut ! Les premiers concerts ont eu lieu en 2007 !

2- Quelles sont tes influences?

Mes influences sont aujourd’hui principalement le death metal mélodique et la musique folklorique.
Ensuite viennent le heavy metal, les musiques épiques et symphoniques d’où qu’elles viennent !

3- Comment composes-tu?

Souvent j’essaie d’avoir une image en tête, une bataille épique, un pays etc. Puis je laisse venir les riffs et les mélodies à la guitare. Il m’arrive aussi souvent d’avoir des flashs d’inspiration, si je n’ai pas de quoi noter j’enregistre l’idée avec mon téléphone.

4- Comment s’est déroulé l’enregistrement de l’album?

J’ai tout fait par moi-même en home studio. L’enregistrement s’est fait assez naturellement puisque ma chaine YouTube me pousse à enregistrer chaque semaine.

5- As-tu donné des concerts ou est-ce dans les tuyaux?

Pour l’instant je ne prévois pas de refaire de concert, sauf si je reprends des musiciens pour m’accompagner et s’il y a vraiment de la demande.

6- Un second “méfait” est-il prévu?

Bien sûr ! Et il est déjà dans les cartons et quasi complètement composé !

7- Quelles sont tes relations avec les autres groupes français?

A vrai dire dans le sud de la France il y a très peu de groupes de Métal et surtout dans le style mélodique et nordique, mais les relations ont toujours été bonnes.

8- As-tu eu des contacts à l’étranger?

Oui quelques-uns, notamment en Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Japon etc.

9Penses-tu qu’en 2020 le net favorise la mise en lumière des artistes?

Complètement même si on se retrouve noyé par la profusion de groupes. Le net est un vecteur d’émancipation et il faut en profiter.

10- 2020 aura été une année particulière pour la musique. Quel est le point positif que tu vois à cette crise sanitaire pour le métal?

Sans le confinement je n’aurais pas pu enregistrer Glory By The Sword aussi vite, il serait surement sorti en 2021 ! J’imagine que c’est la même chose pour beaucoup d’autres projets.

11- Comment vois-tu la progression de CELESTIC?

Sortir d’autres albums, faire plus de clips et délivrer plus de messages ! Les albums de CelestiC resteront toujours gratuits. La musique est un vecteur d’éveil c’est pourquoi je considère qu’elle doit être diffusée sans barrière.

12- Au final que retires-tu de cette aventure?

L’envie de sortir d’autres albums, plus aboutis et avec des compositions plus fraiches !

13- Je te laisse conclure par quelques mots…

Je te remercie pour l’intérêt que tu portes à ma musique. Et si j’ai un petit conseil à donner : toujours essayer d’interpréter les paroles de certains morceaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *