Accueil

Kaosguards

 

THE ERSATZ "Kill The False Inside You" (France)

THE ERSATZ Kill The False Inside YouUne autre découverte du label breton Finisterian Dead End, THE ERSATZ est un trio de métal industriel dont l’approche extrême du genre est à réserver aux connaisseurs.

Formés en 2011 à Nantes, THE ERSATZ produisent leur premier album en octobre 2013, démontrant leur style qu’ils ont baptisé « Alternative Shock Industrial ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est un genre surprenant qui pourrait s’avérer difficile à appréhender pour le fan de métal peu connaisseur du monde de l’électro-indus.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, plus que de métal : avec ses rythmiques en marteau-piqueur, ses beats électro, son usage immodéré du séquenceur, des samples et de la boîte à rythme, et son imagerie cyberpunk, cet album a plus en commun stylistiquement avec la scène électro-indus moderne comme les Français de LYCOSIA ou CHRYSALIDE qu’avec les ténors de la scène métal indus d’antan.

Mais alors, vous demandez-vous, c’est pas du métal ? En effet, le style est vraiment à la limite de ce que nous chroniquons habituellement, cependant leur approche extrême n’est pas inintéressante pour les métalleux curieux : par l’utilisation systématique de la guitare ultra-saturée, de samples chaotiques, ainsi que par sa voix déformée à l’extrême, évoquant quelque peu dans ses hurlements inhumains le chant d’ANAAL NATHRAKH, THE ERSATZ cherche à provoquer une surcharge sensorielle chez l’auditeur qui l’amènera à un état de transe, happé par ces incessants beats robotiques dans un enfer froid et mécanique. Une approche qui n’est pas si différente de ce que recherchent les groupes de métal les plus extrêmes qu’il soit.

Et c’est lorsque cet état de transe est bien installé que l’album nous surprend de la meilleure des manières, avec ses pistes finales à la fois les plus étranges – comparées au reste de l’album – et les plus accessibles : « Winterguts » est un titre lent mené par une guitare soliste dépressive aux relents death mélodique, « System Failure » commence par un son électro soft dans lequel la guitare métal et la voix seront progressivement réintroduits dans un effet crescendo très réussi, tout comme la chanson-titre finale, qui évoque grandement une bande-son de film de science-fiction. Et on finit sur une note d’angoisse, une piste secrète consistant en une voix mécanique récitant en Français un texte… que je vous laisse découvrir par vous-mêmes, mais que je vous déconseille d’écouter dans le noir, éclairé uniquement par votre écran. Glaçant…

Un album au final pas évident à aborder pour les néophytes de l’électro, mais porteur d’une vraie atmosphère particulière et d’un style travaillé qui peut intéresser les fans de sensations musicales extrêmes.

BrocasHelm


Date de sortie: 2013

Label: Finisterian Dead End

Style: Métal industriel

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player