Accueil arrow Live Reports arrow RAISMES FEST 05 et 06 Septembre 2014

Kaosguards

 

RAISMES FEST 05 et 06 Septembre 2014

                                                       Image

 

Avant de commencer, une petite précision. Ce compte rendu du festival est très incomplet, des obligations personnelles nous ayant retenus plus que prévu (pardon aux groupes que nous avons manqué !). Mais comme mieux vaut peu que pas du tout, voici nos impressions sur quelques concerts de cette belle édition 2014.

 

Week end chargé pour les nordistes amateurs de rock et de metal, puisque pas moins de 3 festivals ont lieu en même temps dans les environs, dont les premières éditions du « Fall of summer » (est de Paris) et surtout le « GohelleFest », qui a lieu à Loos en Gohelle à seulement 80 kms de là. D'où une certaine inquiétude de la part des organisateurs de ce festival vétéran de la scène Française (16 ans au compteur, tout de même).

                                                  Image

Première venue au Raismes Fest en ce qui nous concerne (et 900 kms de route pour venir !), et c’est avec un peu de difficulté que nous rallions le site du festival, la faute à un fléchage quasi inexistant et peu visible. Un petit point négatif à corriger pour les prochaines éditions !

Cela dit, c’est bien le seul point noir de ce festival hautement qualitatif. Accueil chaleureux (les gens du Nord font honneur à leur réputation !), bénévoles impliqués et efficaces, site agréable et très bien aménagé, ambiance bon enfant et conviviale, toilettes impeccables (chapeau pour le système de ticket toilettes qui permet de les garder très propres), stands de nourritures variés et qualitatifs, bref, du tout bon pour l'organisation !

                                                Image

Et bien sur, une très belle affiche (surtout compte tenu du budget modeste du festival) pour cette édition 2014, avec D-A-D et ANATHEMA en tête d’affiche. Il est donc 19h00 lorsque nous rallions le site vendredi soir sous un ciel couvert mais stable. Ce ne sont pas moins de 300 personnes qui ont fait le déplacement ce vendredi (une belle affluence qui ravit les organisateurs).

                                                Image

Le planning des concerts accuse déjà un retard d’une heure, et c’est vers 19h40 que LINECRUSHER prend possession de la scène 2 (la seule ouverte en ce premier jour). Le combo de Bethune propose un metal traditionnel évoquant par moment METALLICA ou VOLBEAT. Le public présent répond favorablement au groupe qui sortira un EP en novembre. Affaire à suivre, donc.

                                                 Image

Malheureusement, les balances du groupe suivant prennent énormément de temps (plus d’une heure !...), apparemment en partie à cause d’un problème de micro, et c’est donc à 21h30 que HEADCHARGER déboule sur scène, remonté à bloc ! Et si le son est très mal réglé au début, il s’améliore petit à petit au fil du set, permettant au public de se délecter du metal très groovy du groupe. La voix puissante et versatile de Sebastien Pierre fait mouche et achève de nous convaincre qu’HEADCHARGER est définitivement un groupe à suivre.

                                                  Image

Des obligations personnelles et le retard accumulé nous obligent, à contre-coeur, à quitter le site avant que SIDEBURN ne joue, mais les retours très enthousiastes recueillis auprès des festivaliers le lendemain ne laissent aucun doute quant à la qualité des prestations de ces éminents représentants du hard rock.

 

Si la météo a longtemps été hésitante pour ce samedi (de gros nuages s’amoncellent au fil de la journée et nous font craindre le pire), c’est finalement sous un ciel calme que nous arrivons en début de soirée, juste à temps pour profiter du set de MYLIDIAN sur la scène découverte. Le groupe envoie avec application et enthousiasme un power metal classique mais bien exécuté. L’alternance de chant apporte indéniablement un supplément de personnalité à la musique du groupe, et c’est un public intéressé qui accueille les morceaux.

                                               Image

La tension monte cependant de plusieurs crans avec l’arrivée de D-A-D sur la grande scène. Il est 21h15 et c’est une audience conséquente (1000 personnes, dépassant les attentes de l’organisation) qui donne de la voix dès les premières notes de « Jihad ». Il faut dire que le groupe a du métier (ça joue carré de chez carré) et ne s’économise pas, à l’image de son inénarrable bassiste qui se perche déjà sur la grosse caisse de Laust Sonne au milieu du premier morceau !

Et que dire de Jesper Binzer, qui, en plus de chanter impeccablement, se met le public dans la poche en lui parlant en français. Le désormais fameux « Raismes, mon amour !!! » restera dans les mémoires des festivaliers !

                                             Image

Le set défile à vitesse grand V au son de ce rock hyper groovy et très fun, et c’est avec application que les danois balancent un « Grow or pay », incontournable hit du combo, dans une version rallongée et dotée d’un très bon solo. Après une nouvelle intervention culte du vocaliste (« L’amour en France, le talent au Danemark : une combination perfect !!! », en français approximatif dans le texte !), le groupe clôt ce set de plus d’une heure par « Everything glows » et gratifie le public d’un rappel en jouant « Sleeping my days away ».

Très bon moment de rock sans prise de tête mais à l’énergie et à la bonne humeur hautement communicatives ! Le temps de boire une bière (Cuvée des Trolls, s’il vous plait, ça change de la Kro !), et c’est ANATHEMA qui prend possession de la scène. Si le show lumière est sobre mais magnifique, il est dommage que le son, par ailleurs bien équilibré, soit si fort. C’est d’autant plus dommageable que la musique de plus en plus planante du groupe ne se prête pas à une avalanche de décibels.

                                          Image

Mais ne boudons pas notre plaisir de retrouver sur scène ce fleuron du rock progressif, d’autant que son dernier album nous a particulièrement enthousiasmé (pour la chronique, c'est par ici). Le groupe de Liverpool commence son concert par le duo « Lost song part 1 » et « Lost song part 2 », deux nouveaux titres déjà incontournables et qui, sans surprise, se révèlent énormes en concert. Mais ce n’est que le début des réjouissances puisque le sextet dégaine ensuite « Untouchable part 1 » et « Untouchable part 2 » (qui ouvraient leurs concerts lors de la précédente tournée), deux des meilleures chansons jamais composées par le groupe.

A la fin de « Untouchable part 2 », un Danny hilare s’adresse au public en lui demandant s’il a entendu la fausse note qu'il a joué sur le solo. Et son chanteur de frère de lui répondre « Whaou, ça devient du prog ! ». Bonne ambiance assurée !

                                          Image

Musicalement, rien à redire sur les musiciens à la technique et au feeling irréprochables, comme toujours. A noter que John Douglas, qui officiait jusque là au poste de batteur est passé à la percussion, et c’est le nouveau venu Daniel Cardoso (multi instrumentiste de talent) qui est désormais derrière les fûts. L’apport d’un percussionniste, s’il est agréable, ne semble pas indispensable, du moins jusqu’à l’excellent « Distant satellites », qui clôt le set du groupe sur un final enflammé. Et c’est l’incontournable et toujours jouissif « Fragile Dreams », extrait d’Alternative 4, qui referme définitivement la prestation d’ANATHEMA au Raismes Fest 2014.

Et si on aurait bien écouté quelques chansons supplémentaires, force est de reconnaître qu’avec une setlist équilibrée et une interprétation sans faille, ANATHEMA a une nouvelle fois conquis son public.

Vivement la tournée d’automne !

Anathema

C’est donc sur ce très bon concert (et une rencontre improvisée avec Jamie Cavanagh !) que s’achève cette 16ème édition du Raismes Fest, réussie à tous les niveaux.

                                           Avec Jamie CavanaghImage

 Rendez-vous est donc pris pour nous pour l’année prochaine !!

Vega

Un grand merci à Roger pour les invitations, à Philippe pour son accueil et sa passion, à toute

l'équipe du festival pour son dévouement, et à Estelle pour m’avoir accompagné !

Photos : E. Autes – O.Chapelotte

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player