Accueil arrow Chroniques Albums arrow SMOHALLA « Tellur » / OMEGA CENTAURI « Epitome » (France/Grande Bretagne, Belgique)

Kaosguards

 

SMOHALLA « Tellur » / OMEGA CENTAURI « Epitome » (France/Grande Bretagne, Belgique)

SMOHALLA OMEGA CENTAURIRespectivement, les premiers albums « Résilience » et « Universum Infinitum » ont constitué des débuts saisissants et audacieux pour SMOHALLA et OMEGA CENTAURI qui ont en commun de considérer le Black Metal comme une base de départ dont les préceptes doivent être tordus, mêlés, dépassés, transcendés.

Pas étonnant que Duplicate Records ait eu suffisamment de flair et d'audace pour mettre sur pied une cohabitation au sommet entre ces deux formations. Loin des split albums bâclés à base de titres orphelins et d'artworks bâclés, ce CD est un bel objet à pressage restreint qui propose bel et bien deux œuvres distinctes - « Tellur » pour SMOHALLA et « Epitome » de OMEGA CENTAURI – dans un artwork soigné qui crée intelligemment un lien graphique en miroir.

Les Français de SMOHALLA livrent quatre compositions relativement concises (3-5 minutes, pas plus) mais ô combien intenses et paradoxales. D'une manière profondément dérangeante, SMOHALLA construit ses compositions en créant des structures Black Death complexes mais claires, avec des velléités mélodiques non négligeables. Une fois ces fondations posées, SMOHALLA coule par dessus des couches perturbatrices, bruitistes qui exacerbent, voire perturbent la perception du substrat Black Death. Il ne s'agit pas seulement d'agresser et de concasser, il faut en outre tordre et déchirer. SMOHALLA orchestre un Metal d'Apocalypse où rien n'est gratuit, surtout pas les accès de démence.

Histoire de ne pas être en reste, OMEGA CENTAURI livre trois titres imposants : dont deux dépassant les neuf minutes (le troisième, Désuétude » ne parvenant à vingt minutes que grâce à de longues minutes de silence au plein milieu) ! Ici aussi, on rencontre un Black Metal haineux et vindicatif dont lequel sont injectées des coulées bruitistes et dissonantes. Des plages plus atmosphériques sont ménagées afin de tempérer un tantinet la tourmente oppressante (« Naissance »). Le titre « Submission » charrie un flot grondant et dissonant sur un tempo plus lent, sans paraître moins oppressant pour autant. Quant à « Désuétude », il débute par un bruitage (pluie, orage) qui pourrait passer pour un hommage au titre « Black Sabbath ». La guitare vient égrener durant de longues minutes des notes à la fois mélodiques et inquiétantes, apportant une lumière plus trouble que rassérénante. L'instrumental se termine sans explosion de violence, avant de reprendre pour quelques minutes sur un mode atmosphérique, puis franchement intense, à la limite de l'Ambient industriel.

Au final, ce split constitue sans contestation un havre maudit pour les pervers amateurs de Metal cauchemardesque et anti-conformiste. Vivement que ces deux formations viennent nous hanter avec leurs prochains albums. 

Alain Lavanne 

 

Date de sortie: 10/04/2013

Label: Duplicate Records

Style: Métal extrême expérimental et avant gardiste

Ecoutez sur myspace

 

 

 www.myspace.com/omegacentauriofficial

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player