Accueil arrow Interviews arrow EIDON le 13/04/2013

Kaosguards

 

EIDON le 13/04/2013

EIDONInterview réalisée par mail.

Après avoir agréablement surpris avec sa première démo (chronique ici ), Eidon a confirmé les espoirs placés en lui en sortant un premier album très convainquant (chronique  ).

L'occasion pour nous de reprendre contact avec ce groupe hautement sympathique et déjà très professionnel afin d'en apprendre plus sur « Crystalight ».

 

Salut à tous !

 

1 – Pouvez vous nous rafraichir la mémoire et nous présenter le groupe ?

Nous sommes un groupe de metal symphonique de Tours, formé en 2008 même si les origines du groupe remontent au lycée. Le Line up actuel date de  2009.

Nos influences sont multiples : metal symphonique bien sûr (les classiques NIGHTWISH, WITHIN TEMPTATION et autres EDENBRIDGE ou encore VISIONS OF ATLANTIS…), rock (MUSE entre autres), musique classique (les classiques, MOZART, BEETHOVEN, BACH), musique de films (HANS ZIMMER, JAMES HORNER…) etc… 

Bref, des choses assez variées comme tu peux le constater. 

 

2 -  Que signifie « Eidon » ?

EIDON signifie « il a vu » en grec ancien. Nous voulions un nom simple, facile à retenir, qui nous plaise à tous, mais surtout qui ait une vraie signification. Il s’agit d’une sorte de métaphore dans le sens où le mot « voir » ici dépasse son sens premier, et signifie plutôt « percevoir ». C’est une façon pour nous de dire que nous ne faisons pas que de la musique, nous essayons de toucher les gens de plusieurs façons, à travers la musique, les paroles, le design, les concerts, afin qu’ils perçoivent réellement l’essence de notre musique…

 

3 – Qu'avez vous fait depuis la sortie de votre première démo « Fantasia » (2010) ?

Depuis la sortie de notre premier EP « Fantasia » nous nous sommes attelés à sa promotion et à sa diffusion, notamment par le biais d’un grand nombre de concerts (une trentaine depuis la sortie de l’EP). En parallèle nous avons entamé la préparation de notre premier album : une première phase de composition de mi 2010 à fin 2011, puis un travail de répétition et de lifting des compos durant toute le premier semestre 2012. Nous avons ensuite enregistré l’album en studio (Dôme Studio à Angers) durant tout le mois de juillet 2012 sous l’égide de David Potevin réputé pour sa compétence dans le domaine du metal. La post production (mixage, mastering, artwork de la pochette et du livret ) s’est déroulée d’août à novembre 2012 pour une sortie de l’album en décembre accompagné du Clip du morceau « Panic ».  Nous avons vraiment pris notre temps pour appréhender le projet  de façon globale et soignée en portant une attention particulière sur chacun de ses aspects : composition des morceaux, travail des arrangements (vocaux ou instrumentaux), écriture des paroles, travail du son des guitares, de la batterie, de la basse, équilibre du mixage et du mastering entre les parties metal (basse, batterie, guitare) et le côté lyrique/sympho de la voix et des claviers, design lifté de la pochette et du livret (merci à Lily Dacker pour son super boulot), et enfin un gros travail sur notre premier clip au niveau de l’atmosphère, des lumières et de la diversité des environnements (pas moins de 6 lieux de tournage !).

Notre objectif étant d’obtenir un ensemble cohérent et homogène fidèle à notre « philosophie musicale » si j’ose dire.  

 

4 – Parlons maintenant de ce premier album ! Pourquoi l'avoir appelé « Crystalight » ?

Le cristal a une symbolique qui nous a plu d’emblée. Il figure, en psychologie, une certaine fragilité tout en véhiculant des notions plus complexes et plus ambigües d’ambivalence, de dualité lumière/ombre et un côté fragile/dur-tranchant. Autant de thèmes chers au groupe et développés sur l’album, mais nous y reviendrons je crois, un peu pus tard.

Après , on voulait également que le côté « lumineux » de notre musique transparaisse à la fois dans le titre et sur la pochette.

Enfin on trouvait le concept de combinaison de deux mots sympathiques et assez original (même si on sait pertinemment qu’on ne l'a pas inventé) et la sonorité agréable. Du coup « Crystalight » s’est rapidement imposé à nous.

 

5 – Pour la composition des nouveaux morceaux, avez-vous procédé de la même façon que pour la démo ?

Oui et non : nous n’avons pas de « plan de composition » type.  Certains morceaux sont composés par une seule personne (l’intro, l’outro et des morceaux tels que « Crystal Sphere » ou « Exodus » ont été composés par le batteur, d’autres comme « Thunderforce » ou « Devil Soul » par le guitariste soliste,…) D’autres sont un  melting pot des idées de plusieurs personnes (comme « Panic »). La plupart du temps nous partons d’une base mélodique (souvent composée par le batteur qui est pianiste à la base) qui est ensuite réinterprétée, complétée et modifiée selon l’inspiration, les compétences et la motivation de chacun. Cela nous permet de tenir compte des goûts et des envies de chaque membre du groupe, et d’enrichir nos morceaux avec un peu de « l’âme de compositeur » de chaque membre du groupe. Enfin, nous révisons la structure, et « liftons » la composition avec l’écriture de soli, ou la révision de certaines lignes mélodiques trop complexes ou trop chargées afin d’obtenir un morceau qui plaise à tout le monde et avec lequel chacun se sente à l’aise (d’un point de vue musical, et non technique, parce qu’à ce niveau, il y a parfois de sacrés défis à relever, et pour chacun d’entre nous !).

 

6 – Quels sont les thèmes abordés ? Y a t'il un concept général derrière l'album ?

Je laisse la place à la parolière et claviériste du groupe pour répondre à cette question Cécile : 

Le fil conducteur de l'album est l'idée que le monde est dual ; il contient deux facettes avec une frontière : la vie/le sommeil/la mort, l'ombre/la lumière, la folie/lucidité, le jour/ la nuit, la beauté/la laideur, la pluie/le soleil, mais cette frontière est extrêmement ténue. Un rien peut faire basculer les choses pleinement d'un côté ou de l'autre, mais les deux aspects restent toujours présents. Le rêve est aussi un thème très présent car il favorise le mélange des deux facettes. Donc on peut dire que le thème principal et récurrent de l'album est la dualité présente en toute chose et dont le rêve permet d'explorer les aspects.

 

7 – La chanson « Night's outline » est chantée en français, alors que tout le reste de l'album est en anglais. Pourquoi ce choix, et ne craignez-vous pas que cela nuise à la cohérence de l'ensemble ? 

Nous avons fait ce choix parce que nous sommes français, et qu’on trouve que le morceau s’y prête bien. L’histoire a une place importante dans le texte de cette chanson et nous avons ressentit le besoin de la mettre en valeur. De plus cela apporte une petite touche d’originalité et de poésie, c’est un peu la « french touch » de l’album ! Par ailleurs, nous avons fais en sorte que le morceau soit bien intégré dans l’album, il s’y trouve à une place logique et s’enchaîne de manière harmonieuse avec les morceaux qui le précèdent ou le suivent. Enfin, c’est un choix totalement assumé de notre part, même si la remarque nous a été faite et que le français n’est pas au goût de tout le monde…

 

8 – Crystalight comporte 3 morceaux présents sur la démo dans des versions réenregistrées. Comment avez-vous abordé le travail de réinterprétation de ces chansons ?

Les morceaux ont été prévus et intégrés à l’album dès le début, ils en font partie intégrante.

Nous souhaitions profiter des conditions « professionnelles » d’enregistrement pour leur donner le lustre qu’ils n’avaient pas forcément sur l’EP, notamment au niveau du son et de la symbiose basse/guitare/batterie qui sonne bien plus homogène et massive que sur l’EP. Nous avons également tenu à apporter des choses nouvelles à ces morceaux : d’abord ils ont tous été adaptés en version 7 cordes avec un gros travail sur la complémentarité des guitares (pas moins de 4 pistes de rythmique sur chaque morceau) pour un son vraiment massif et percutant. 

Ensuite avec un re-travail des orchestrations et arrangements de claviers et de voix (notamment le travail des harmonisation vocales). 

Et enfin la recomposition de certaines parties (notamment la batterie de « Fantasia » avec ajout de passage en double pédale) pour finalement obtenir des morceaux plus aboutis que sur l’EP et s’intégrant bien dans l’album.

 

9 – Ce premier album est chargé puisqu'il comporte pas moins de 14 chansons. En avez-vous d'autres en réserve, et si oui comment avez-vous choisi celles qui allaient apparaître sur l'album ?

Il est vrai que l’album est un peu chargé, ce qui est en partie dû aux morceaux de l’EP,  mais il nous paraît néanmoins homogène et cohérent. Nous avons d’autres morceaux en réserve. Quant au choix, il s’est fait de façon logique afin d’assurer la cohérence de l’ensemble de l’album. Par ailleurs certains morceaux n’étaient pas complètement finalisés au moment de l'enregistrement et nécessitaient un travail supplémentaire au niveau de la composition et de l’interprétation. Nous avons donc préféré prendre notre temps et ne pas les rajouter sur l’album.

Nous travaillons d’ailleurs d’ores et déjà sur de nouvelles compos…

 

10 – Votre premier clip, « Panic », est très réussi. Comment s'est passé sa conception ?

Tourner le clip a été, pour chacun d’entre nous, une super expérience. Nous avons particulièrement apprécié de travailler avec Thomas Moreau (réalisateur et metteur en scène du clip). Il a été de très bon conseil et a fait un boulot d’enfer. C’était vraiment génial de tourner dans des lieux et conditions si différents (champs, abbaye, catacombes, grottes et autres forêts de jour comme de nuit), de réfléchir à tous les détails (scénario, lumière, prise de vue, effets, etc…) et de participer aux séances de tournage qui, bien que très éprouvantes (répéter 100 ou 200 fois un morceau dans toutes les conditions (froid, vent, nuit) n’est pas de tout repos), ont toujours constitué de bons moments. 

Enfin nous sommes super contents du résultat et d’avoir pu tourner le clip avec Lily Dacker qui interprète elle-même le personnage qu’elle a crée pour la pochette !

 

11 – Quels sont les retours sur "Crystalight" pour le moment ?

Les retours sont, pour l’instant, très positifs (notamment les retours des fans). Personne ne semble avoir été déçu par l’album. 

Sur le plan critique, nous avons eu quelques très bonnes critiques, d’autres un peu moins enthousiastes. Mais il nous paraît utiles d’apporter quelques précisions, qui, sans être données, sont parfois mal interprétées : Gabrielle a enregistré l’ensemble des chœurs et des backing vocaux (aussi bien dans le grave (« Skyline ») que dans l’aigu. Et c’est Damien (le batteur) qui interprète le dernier morceau (au piano) de l’album. Néanmoins, l’essentiel pour nous est d’avoir des retours et des critiques/chroniques (aussi bien positifs que négatifs) pour savoir sur quoi bosser ultérieurement, sur quoi on peut s’améliorer, ou au contraire ce qui marche bien. Après il y a des éléments qu’on ne changera pas quelles que soient les remarques (notamment au niveau de la composition…) puisque nous considérons que l’essentiel est d’être honnêtes envers nous mêmes et de composer des morceaux qui soient en accord avec notre vision commune, de groupe et de personne, de la musique.

 

12 – Maintenant que l'album est sorti, quels sont vos projets ?

Nous souhaitons évidemment promouvoir et diffuser l’album le plus possible, ainsi que le clip qui l’accompagne. Nous cherchons d’ailleurs activement des dates de concert dans toute la France (ce qui est plutôt difficile à trouver en ce moment) ainsi que des partenariats pour du booking et de la diffusion (sur internet, à la radio ou à la télévision). Nous sommes d’ailleurs en train de monter un gros projet de concert metal sympho pour la fin de l’année sur Tours en partenariat avec d’autres groupes et associations locales.

Enfin, nous travaillons sur de nouveaux morceaux et commençons à réfléchir au tournage du 2e clip de l’album qui aura probablement lieu cet été.

 

13 – Merci pour vos réponses ! Je vous laisse le mot de la fin !   

Un grand merci à toi Vega et à KAOSGUARDS pour la chronique et l’interview, c’est toujours très agréable de bosser avec vous. 

 

Merci à tous les gens qui nous ont soutenu et ont permis la concrétisation de ce projet qui nous tenait à cœur et notamment :

-Nos fans de la première heure : Victor, Nathalie, Julie, Elodie, David, Adrien, Diane, Alex ainsi que nos familles qui nous soutiennent et nous aident dans tous nos projets.

-Nos mentors et conseillers avisés qui nous ont guidé sur ce projet : Corentin Charbonnier et David Potevin

-LilY Dacker et Thomas Moreau pour leur magnifique travail sur l’artwork de la pochette, les photos et le design du livret sans oublier le clip !

-Et à tous nos fans sans qui nous serions bien peu de choses !

 

Enfin, pour tous ceux qui ne connaissent pas, n’hésitez pas à jeter un œil sur notre premier clip « Panic » (ici ) et  une oreille sur l’album ! 

 

En espérant tous vous croiser un de ces jours en concert !


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player