Accueil arrow Interviews arrow HIT IMPORT disquaire à Nice le 20/03/2013

Kaosguards

 

HIT IMPORT disquaire à Nice le 20/03/2013

HIT IMPORTInterview réalisée par mail.

Bien connu des métalleux niçois ce magasin de disques perdure depuis 1980.  Nous avons voulu connaître un peu mieux son fonctionnement et découvrir cette facette entreprenariale du support physique en 2013. Plongée dans un monde d'acharnés passionés...

 

 

 

 

 

 

 1- Bonjour et merci pour cette interview, première chose HIT IMPORT n’est pas forcément connu dans toute la France, peux-tu faire une présentation et un historique de ton magasin ?

 

Bonjour, merci à vous pour l'intérêt porté au magasin. HIT IMPORT est né en 1980, à Nice, sous l'impulsion et la direction de Jean-Paul GALLIANO. Très rapidement, par goût personnel et pour se démarquer en tant que disquaire indépendant, il se spécialise dans le hard-rock et le metal. La clientèle suit, Jean-Paul réussit le tour de force de faire venir METALLICA et IRON MAIDEN en son magasin, ce qui aidera à asseoir sa réputation.

L'équipe s'étoffe avec Philippe et Ludo, puis plus tard Christophe (bassiste de PRESS GANG PETROPOL, ex-CORPUS DELICTI), chacun ayant ses compétences dans différents styles musicaux (heavy, hard-rock, progressive, metal, blues, gothic, new wave, etc.). L'importation des produits devient plus que jamais la marque de fabrique de notre commerce.

En 1987, HIT IMPORT s'agrandit en déménageant au 11 rue de Lépante, toujours à Nice. La vente par correspondance explose. En plus des trois employés, l'équipe évolue en fonction des besoins et des opportunités, ALEX COLIN-TOCQUAINE, leader du groupe culte AGRESSOR, fera d'ailleurs un passage remarqué et apprécié chez nous.

 

Avec l'émergence d'Internet, il a fallu ensuite s'adapter. Les ventes de CD's diminuant progressivement, l'accent a été mis sur le merchandising (t-shirts, sacs, mugs, patches, etc.) et les vinyls. Aujourd'hui l'enseigne HIT IMPORT est présente sur le net (www.hitimport.com), certains de nos articles sont aussi en vente sur les grandes marketplaces. On communique également beaucoup par le biais de notre page facebook qui rassemble à ce jour plus de 2000 personnes.

L'important est de rester à l'écoute de notre clientèle fidèle, en se pliant aux contraintes et exigences du marché, c'est ce qu'on tente de faire...

 

2- Quelle est la situation actuelle des disquaires indépendants ?

Globalement, elle n'est pas enthousiasmante. On a vu bon nombre de disquaires fermer ces dernières années. Mais comme les médias communiquent beaucoup sur le retour du vinyl, des courageux tentent de nouveau l'aventure.

Concernant notre situation, on a réduit notre effectif et un peu notre stock, même s'il reste conséquent. Au fil des années, on travaille de  plus en plus en commandes clients, ce qui est satisfaisant pour tout le monde car nos fournisseurs sont rapides et compétitifs. On a trouvé un nouvel équilibre, avec des objectifs clairs comme développer encore plus la vente sur internet, le merchandising et conserver la même qualité de services proposés à nos clients.

 

3- Le public de HIT IMPORT, il ressemble à quoi ?

 

C'est incontestablement un public de passionnés, qui vient pour écouter et acheter mais aussi discuter musique pendant parfois des heures! Le magasin est situé dans le quartier musical de la ville, c'est en quelque sorte un lieu de rassemblement pour les amateurs de bonne musique. Ces derniers se retrouvent, laissent des annonces pour leur groupe, se renseignent sur les concerts à venir, boivent un bière à côté puis vont acheter leurs cordes de guitare à 10 mètres de chez nous.

Sinon niveau âge, le format CD intéresse surtout la tranche 30-50 ans, les plus jeunes viennent pour les t-shirts, les sacs ou même les vinyls.

 

4- Pourquoi viennent-ils chez HIT IMPORT à ton avis ?

Pour plusieurs raisons, d'abord on y trouve des articles qui ne sont pas dans les grandes enseignes. Si tu veux du bon black metal, du death bien exécuté ou un disque de progressive rare, il y a plus de chances de le dénicher à HIT IMPORT plutôt qu'à la FNAC...

De plus, en faisant de l'import, il arrive qu'on ait les produits en avance sur leur sortie française, c'est toujours intéressant pour nos clients.

Ensuite, la qualité de nos vendeurs est reconnue, leurs conseils sont utiles et vraiment recherchés par la clientèle.

On passe du temps pour garantir au client un article au meilleur prix, une fois l'article reçu on téléphone pour l'avertir et on lui met le produit de côté. C'est ce genre de service qui plaît.

Il y a une relation de confiance, souvent même amicale avec notre clientèle, ce qui permet de faire la différence avec le côté "déshumanisé" que l'on peut remarquer chez les "grands" disquaires.

Les gens sont sensibles à l'identité d'un commerce, ils savent ce qu'ils vont trouver chez nous, c'est ce qui fait notre force.

 

5- Quel ratio entre vinyle et CD ?

Pour une nouveauté, on vend 2 à 3 vinyls pour 10 cd's. A part ça, le vinyl marche bien en occasion ou comme produit de collection. Quand un groupe sort une édition limitée en vinyl, la beauté du produit peut faire son effet. On a donc de la demande sur des gros coffrets, avec des gens qui sont capable de mettre 200€ ou plus quand ça vaut le coup.

 

6- Quelles sont les principales difficultés rencontrées par un disquaire indé aujourd’hui ?

 

Internet a révolutionné le métier. Les téléchargements en ligne ont forcément eu des conséquences sur les ventes de cd's. Il a fallu diversifier l'activité en misant sur des objets non téléchargeables et rechercher les meilleurs fournisseurs pour proposer les meilleurs prix possibles.

Hormis le téléchargement, il faut aussi affronter la concurrence de sociétés basées dans des paradis fiscaux, qui vendent sur le net à des prix impossibles à tenir pour une entreprise française honnête.

Malgré tout, ça fait 33 ans qu'on est là, c'est la preuve qu'il est possible de faire face aux difficultés en étant sérieux et en restant compétitifs.

 

7- Vous proposez des événements en boutique dans l’année ?

Le Disquaire Day a été un gros succès en termes d'évènement l'année dernière. On le refera cette année, le principe étant de mettre à la vente à une date précise (en 2013 ce sera le 20 Avril) des articles spécialement édités pour l'occasion, en série limitée. C'est un évènement mondial, on y participe volontiers avec notre touche perso (petit déj'offert pour les personnes présentes :))

A part ça, en 2012 on a organisé au magasin un apéro-dédicace avec ALCEST et LES DISCRETS, à l'occasion d'une date de concert à Nice. C'est toujours sympa et ça fait partie de notre tradition depuis METALLICA et IRON MAIDEN!

Fin Mars, on va également fêter nos 33 ans en mettant un coup de neuf au magasin, et en organisant un apéritif après la réouverture après les travaux. C'est important d'animer la vie d'un commerce et de faire par la même occasion plaisir aux clients.

 

8- Comment se passent les rapports avec les labels et les distributeurs ?

Nous importons la grande majorité de nos articles d'Europe et des Etats-Unis, donc avec ces fournisseurs les échanges se font essentiellement par mails et par téléphone.

Pour les labels français, les représentants passent encore au magasin mais moins souvent qu'avant. On est parfois nostalgique de cette époque où les contacts humains étaient plus fréquents mais tous les métiers de la musique ont changé face à cette double crise (économique et propre à la musique). Les labels ont réduit au maximum les frais, il n'y a quasiment plus de supports papiers, au profit de catalogues en ligne.

 

9- Des pistes pour améliorer la situation des disquaires indépendants ?

 

Il est nécessaire de poursuivre ce qui est entamé en termes de communication. L'exemple du Disquaire Day le montre bien, on peut réussir à faire venir de nouvelles personnes chez un disquaire.

Il y a à la fois un retour du "Vintage" et du commerce de proximité, à nous, disquaires, d'en profiter en se faisant connaître.

 

Plutôt que de se plaindre, nous préférons penser qu'avec un peu d'imagination et de persévérance on peut faire en sorte que la situation ne soit pas si mal que ça.

 

10- Le web est-il une menace ou un outil supplémentaire pour les disquaires ?

 

Internet a fait des dégâts dans un premier temps. Maintenant, soit on abdique, soit on réflechit à comment utiliser cet outil de communication inégalable. A HIT, on essaye de le faire avec une plus grande  présence sur la toile et sur les réseaux sociaux. On en récolte les fruits mais cela ne compense pas encore la baisse des ventes si l'on compare les chiffres d'il y a 10 ans.

 

11- Comment peut faire un disquaire pour se renouveler en 2013?

 

Il faut à la fois conserver l'état d'esprit d'antan en étant sincère, en aimant ce que l'on fait tout en se convertissant aux nouvelles technologies. Il ne faut pas se fermer, refuser l'évidence. La génération actuelle est scotchée sur le net et sur le téléphone mobile, c'est une nécessité de le prendre en considération. Cependant nous connaissons bon nombre de personnes qui ne jurent que par le "commerce physique", ce serait une erreur de les oublier et de ne penser qu'au e-commerce.

En résumé, l'alliance d'un travail à l'ancienne avec une ouverture et des moyens techniques tournés vers l'avenir est sans doute le moyen le plus efficace d'être un bon disquaire en 2013.

 

12-     Quelle est ta playlist du moment?

Steven WILSON "The raven that refused to sing"

SAXON "Sacrifice"

Jimi HENDRIX "People, hell & angels"

DARKTHRONE "Underground resistance"

NICK CAVE "Push the sky away"

LONG DISTANCE CALLING "Flood Inside"

ANATHEMA "Weather systems"

AUDREY HORNE "Youngblood"

RIVAL SONS "Head down"

ROCK CANDY FUNK PARTY "We want groove"

 

13-     Ton top 5des meilleurs albums de tous les temps.

Impossible à dire mais bon parmi ces meilleurs albums de tous les temps, il y aurait sans doute IRON MAIDEN Killers, LED ZEPPELIN Physical Graffiti, DEEP PURPLE Made in Japan, AC/DC Highway to Hell et un BLACK SABBATH Paranoïd...

 

14-     Un message à faire passer pour finir;

Encore merci, c'est grâce à vous et aux sites comme le vôtre que l'esprit du hard rock et du metal perdure. La cause est noble et mérite cet acharnement à transmettre les valeurs et les mélodies uniques que l'on peut puiser dans ces genres musicaux.

Salutations musicales à tous, venez nous rendre visite dès que vous pouvez !!!

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player