Accueil arrow Interviews arrow LOKI le 11/03/2013

Kaosguards

 

LOKI le 11/03/2013

ImageInterview réalisée par mail avec LOKI.

Sortir en 2013 un album instrumental est preuve d'audace, le faire en France tient de l'exploit. Influences heavy, pagan, feeling débordant voici ce que vous trouverez en écoutant ce "The Fall Of The Hero". 

 

 

 

 

 1- Salut LOKI, ravi de pouvoir  te donner le droit de t’exprimer sur KAOSGUARDS car nous avons apprécié ta démarche, peux-tu nous dire quel est ton parcours musical et ta « philosophie » de la musique ?

Tout d’abord, merci à toi d’avoir chroniqué mon album. 

J’ai commencé la guitare à 5 ans, puis j’ai arrêté les cours à 10 ans. La théorie musicale ne m’intéressait pas et la façon dont on me l’enseignait non plus. Je continuais à apprendre de mon côté, en commençant par du Nirvana et aujourd’hui en reprenant du Children of Bodom, du Ensiferum etc… J’ai découvert la musique classique par la suite, le baroque et la musique de la renaissance. Puis j’ai voulu mélanger les deux avant même de connaître les groupes cités précédemment. Quand je les ai découverts, que ce soit Eluveitie, Ensiferum, Wintersun, ou Rhapsody Of Fire, j’étais tellement heureux !  

Pour moi, ce qui est important dans la musique, c’est l’authenticité. Je peux être influencé par beaucoup d’artistes, mais j’essaie d’y mêler ma personnalité le plus possible. Et il ne faut pas avoir peur de la simplicité, il faut l’assumer. Mettre des notes partout c’est fort, mais parfois vide d’émotions.

 

2- Ton album est entièrement instrumental, un matin tu t’es levé et tu t’es dis il faut que je fasse un album instrumental un peu comme la vierge Marie visité par le saint esprit ! C’est ça ?

Haha non. C’est que je suis très exigeant, surtout avec la voix. C’est la dernière chose que j’écoute dans le metal. J’ai posté beaucoup d’annonces, et je n’ai jamais trouvé une voix qui me convienne. Puis j’ai eu des retours positifs dans le milieu metal mais pas que ; des gens qui n’ont pas l’habitude d’écouter ce genre de musique ont apprécié mon CD, et ça permet à ma musique de s’ouvrir à un public plus large. Dans ce genre de musique, la voix peut être ce qui repousse le plus les gens qui ne connaissent pas.

 

3- Plus sérieusement, comment fais-tu pour adjoindre les autres instruments ?

Je fais la batterie via un logiciel, assez complet. Tu peux régler les micros, choisir telle ou telle marque de batterie etc… Et tu peux écrire note par note ta ligne rythmique. 

Je n’ai pas de basse pour le moment, je la fais au synthé malheureusement, mais je compte y remédier pour le prochain album. Par contre les guitares sont vraies.

 

4- Penses-tu un jour t’entourer de musiciens pour enregistrer ?

Alors. Pour le deuxième album, je vais sûrement faire venir des solistes. Par exemple, je vais faire venir un flûtiste, qui jouera sur tout un morceau, ainsi qu’une violoniste pour un autre morceau. Il y aura deux chanteuses aussi, mais pas de paroles, ça ne sera que de l’accompagnement vocal.

 

5- Et la question qui en découle, aimerais-tu faire du « live » ?

Je ne sais pas trop. Je pense qu’il faudrait beaucoup de moyens pour avoir une belle mise en scène. Comme l’album raconte une histoire, il faut qu’on la ressente sur scène. Mais je ne me vois pas jouer tout seul sans qu’il ne se passe rien.

 

6- Tu savais déjà ce que tu voulais développer un concept instrumental en commençant la guitare ?

A mes 5 ans ? haha ! Non. Mais je savais que je voulais faire quelque chose d’assez rock. Mon père avait un groupe de rock que j’écoutais déjà à cet âge là. C’est vers mes 17 ans que j’ai commencé à prendre la direction du metal.

 

7- Tu passes combien de temps par jour sur ta gratte ?

Cela dépend des périodes. Je peux passer cinq heures, pas d’affilées, par jour sur ma guitare, comme une ou deux heures. Par contre quand je compose un album, je ne fais que ça jour et nuit. Je n’arrête que pour les nécessités. Pour « The Fall Of A Hero » j’ai passé 1 mois à l’écrire et 1 mois à l’enregistrer, non stop.

 

8- Quelles sont selon toi les qualités premières que doit posséder un guitariste ?

Comme je suis autodidacte, je ne sais pas trop. Peut-être la volonté, la rigueur, et le plaisir.

 

9- Si un jour on te propose d’intégrer un groupe de configuration basse/guitare/chant/batterie, tu serais intéressé ?

Non. Je suis quelqu’un d’assez solitaire et très exigeant quand il s’agit de ma musique. Puis je pense que ça ne serait pas un plaisir pour les autres musiciens, il n’y aurait pas de place pour créer car tous les morceaux seraient déjà écrits. 

 

10- Quel est selon toi la proportion de feeling et de technique qu’un guitariste doit posséder ?

Les deux me semblent très importants. Je mettrais peut-être le feeling au-dessus. Je n’ai pas énormément de technique, je compose beaucoup au ressenti, et c’est ce que j’aime faire. J’ai déjà essayé d’écrire des morceaux un peu plus techniques, avec des plans, mais je me suis lassé assez vite de ces morceaux, puis ce n’était pas aussi prenant de travailler de cette façon.

 

11- Question que l’on a dû te poser cent fois mais qui est fondamental, penses-tu ajouter un jour un chanteur à ton projet ?

Peut-être. Mais pas tant que je n’aurais pas LA voix qui me convienne.  Comme je t’ai dit, en attendant, je vais faire venir des musiciens, solistes, et je pense que déjà, ça peut être un pas en avant, qui apportera quelque chose de nouveau à mon projet.

 

12- J’ai vu que tu avais fait des morceaux plus fun hors de ton album (« Jingle Bells »  notamment), penses-tu que ta musique s’adapterais à une BO de film et pourrais-tu relever le défi selon toi ?

Film peut-être pas. Je pense qu’il faut beaucoup de connaissances musicales, niveau théorique, que je n’ai pas. Jeux vidéo peut-être. J’ai travaillé, et je travaille encore avec des développeurs. C’est un exercice différent, mais très intéressant, parce que je n’écris pas que du metal. Parfois je dois faire de l’orchestral, de la pop, de l’électro. 

Certaines de mes compositions orchestrales ont été jouées par un jeune orchestre nommé le JOSEM, c’était une des plus belles expériences que j’ai vécu dans ma vie pour le moment.

 

13- Tu es de Bordeaux, des contacts avec la scène locale ?

Pas avec la scène metal en tout cas. Mais je connais quelques groupes d’un peu tous les styles : festif, rock, reggae etc… Mais Bordeaux n’est pas une ville très « métallique » on va dire.

 

14- J’ai ressenti des influences folk dans ton album, y’ a tant de vikings que cela en Gironde ?

Non malheureusement, il n’y en a pas ou en tout cas, ils sont discrets.

 

15- Je te laisse finir cette interview…

Je te remercie, c’est ma première interview et j’avoue ne pas être très à l’aise. Je te remercie encore d’avoir chroniqué mon CD, puis de faire en sorte que je gagne plus en visibilité. Je te tiens au courant pour ce qui est du second album. A bientôt !

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player