Accueil arrow Interviews arrow CATUVOLCUS le 01/02/2013

Kaosguards

 

CATUVOLCUS le 01/02/2013

CATUVOLCUSInterview réalisée par mail avec le leader/fondateur.

Au premier abord CATUVOLCUS fait du black quelquefois épique. En y regardant de plus près on s'aperçoit que ce groupe basé au Canada a dédié sa musique à la culture Gauloise. Des précisions étaient nécéssaires pour éclairer nos lanternes. Voyage au coeur de notre histoire passée qui a fondée notre nation.

 

 

 

 

1- Salut à toi, ton groupe est encore peu connu par chez nous, peux-tu nous retracer son parcours depuis le début ?

Salut ! Oui pour faire court, les premiers balbutiements remontent à Novembre 2007. À l’époque ce n’était qu’un projet one-man-band beaucoup plus « raw » que nos dernières productions. J’étais jeune et sans expérience dans le milieu. Puis en 2008, j’ai sorti une première démo. En début 2009, c’était le premier long-jeu «Vae Victis». J’étais accompagné de 3 autres gars, batteur, guitariste et bassiste. C’est après qu’a commencé une série de performances scénique, de février 2009 à avril 2010 pour être exact. Les membres qui m’accompagnaient à l’époque n’avaient pas la même vision que moi sur plusieurs points, le groupe est donc redevenu un one man band en Mai 2010. Après ce coup, j’ai commencé l’enregistrement du maxi «Terres de Sang» avec deux membres session, Maxime Côté (Hands of Despair) et Keven Bélanger (Matrak de Chasse Galerie). Avec les gars ça allait très bien! J’ai vraiment aimé l’expérience et Catuvolcus prenait une coche de sérieux avec ces deux nouveaux membres. Le maxi est sorti en Novembre 2010 et s’est vendu comme des petits pains chauds, il est maintenant sold-out. Max et Keven sont devenus membres officiel de Catuvolcus en 2011. Dès lors, le travail sur «Gergovia» a commencé, l’écriture, la musique puis le studio et voilà l’album est sorti en Mai dernier.

2- Comment des gens qui vivent à plusieurs milliers de kilomètres de la France se sont passionnés pour la culture Gauloise ?

Tout simplement parce que… je suis Français! Né à Pontoise en 1991, mes parents ont immigrés au Canada en 1994. Je dirais que c’est le principal aspect qui me pousse à faire revivre l’histoire sur un autre support artistique. L’Histoire a toujours eu une place importante dans mon éducation. Il fallait à la fois connaître le Québec et la France! Mon voyage en France en 2005 m’a vraiment marqué, l’histoire, les richesses monumentales et la culture! C’était comme on dit ici : MALADE !

3- N’avez-vous pas peur de tomber dans une sorte de cliché étant donné que beaucoup de groupes se sont mis à ce genre de musique pagan ?

Non, étant donné qu’on se démarque déjà par l’aspect Gaulois, le chant en Français et la touche plus Black que Folk. D’ailleurs je me bats pour dire que Catuvolcus se veut un groupe hors de la scène Pagan. Une thématique historique point final, aucun paganisme et tout ce qui s’attache à. Comme on dit : « Historic music that’s it, we play Metal that’s all».

4- Le fait de chanter en Français est-il primordial pour faire passer vos messages ?

Oui dans un premier temps pour faire passer le message aux fervents admirateurs francophones de Métal. D’autre part c’est une signature pour la scène internationale, les gens le savent; Catuvolcus c’est en français. Je pense que le message est d’identité et de fierté sans tomber dans la haine et toute cette merde. Il faut être fier de notre langue et de ce qu’elle véhicule. Il n’y a pas beaucoup de langues sur le globe qui atteignent la beauté du Français. J’ai pour mon dire que c’est notre culture, il ne faut pas s’en cacher au profit d’une autre. «La caque sent toujours le hareng»

5- Où en êtes-vous aujourd’hui dans votre conquête du monde ? Voyager c’est important pour vous ?

Certainement que c’est important, quand on a les moyens haha! Refuser les cultures extérieures c’est ne pas comprendre la vie. Sortir du bois un peu, ça fait du bien comme on dit! « La culture n'est pas un luxe c'est une nécessité. »


6- Le concept de votre musique et de votre groupe semble reposer sur une forte identité occidentale, pourquoi ses engagements et n’avez-vous pas peur des ridicules amalgames avec des mouvements extrémistes que certains s’empressent de coller à des formations véhiculant votre mode de pensée ?

Non, je pense que nous sommes littéralement au-dessus de ce genre d’amalgames. Catuvolcus cultive l’ouverture d’esprit, la lucidité et l’intelligence. Catuvolcus ne supporte en aucun cas ce genre de groupes ou idées extrémistes voire racistes. D’un côté comme de l’autre de cette planète l’Homme reste un Homme. «Égalité sans supériorité»

7- Crois-tu que les valeurs prônées par les gaulois soient encore d’actualité en 2012 ?

C’est une bonne question, tout dépend des valeurs que l’on sous-entend prônées par les Gaulois à l’époque. Je dirais oui dans une certaine mesure. Les actes sanguinaires et barbares (en cas de défense) sont de l’histoire et ne devrait pas être reproduits.
Dans ce bas monde nous devons être fier de nous-même, ça prend de la force et du courage mais ce n’est que bénéfique. Pas de fierté pas d’estime, pas d’estime pas de morale, pas de morale pas de valeurs, pas de valeurs pas de vie (normale). « Quand nous nous manquons à nous-mêmes tout nous manque »

Et l’Homme s’égare de ces valeurs-là de décennies en décennies… Je regardais un reportage l’autre jour sur les meurtres commis par des mineurs. Il traitait des évènements aux États-Unis seulement donc je ne sais pas pour le reste du globe, reste que c’est alarmant de voir des jeunes commettre de tel actes. Souvent ce sont des jeunes qui selon moi refusent une valeur autrefois prônée: le respect de l’autorité (dans ces cas-ci, parentale).

Là on peut se poser la question : mais où va l’humanité ? Et là tu as toujours de fervents optimistes qui te disent : «mais ça toujours été comme ça!!! C’est juste parce que c’est médiatisé…». Minute papillon, on s’enfonce clairement dans la merde. De nos jours les gens s’apitoient sur la mort de 3 chiens plus que sur une tuerie dans une école primaire, tu vois le genre. Les valeurs sont en déclin, les gens ne veulent plus travailler, les gens manquent énormément de bonnes manières et nous sommes tous conscients de la décadence morale. Le tout est planétaire et aurait grand besoin d’un remaniement.

8- Si vous deviez comparer votre « Vae Victis » et « Gergovia », quelles seraient les différences majeures que vous y remarqueriez ?

De très grandes différences, déjà en âge et en vision de la musique. Vae Victis est un album autoproduit chez moi alors que je n’avais que 17 ans. Depuis de nombreuses choses ont été changées. Le groupe au complet, les paroles et l’approche musicale. «Vae Victis» est un album crasse et plus terre à terre. Gergovia lui est plus pensé, plus travaillé. Nous avons plus d’expérience et ça s’entend!

9- Vous n’êtes pas sans savoir que le style pagan a connu ces dernières années une explosion phénoménale ? Vous sentez-vous proche de cette scène ?

Comme exprimé plus haut : non. Je suis conscient de l’explosion de la scène Folk/Pagan/Viking mais je ne veux pas pour autant être rapproché de cette scène. On a souvent à faire à gens qui font la promotion des valeurs anciennes à travers leur musique et leurs textes mais ça ne va pas plus loin et c’est ce qui me pue au nez. Si ne t’es pas capable d’appliquer ce que tu prônes dans ta rhétorique alors n’en parles pas.

10- Au 21ème siècle pensez-vous que le retour à la tradition soit indispensable ou prenez-vous ce précepte plus à la légère ?

Nécessaire, mais je pense aussi qu’il faut vivre avec son temps. Je pense que l’on peut faire un compromis entre tradition et modernisme. Vivre comme le font les mennonites (à titre d’exemple de communauté « traditionaliste » incrustée dans une société moderne) n’est pas une méthode selon moi. C’est arrêter le progrès. Plutôt un retour à la tradition en matière de morale et de valeurs serait valable.

11- Avez-vous tissé des liens avec des groupes français ou canadiens (pour ma part je connaissais UTLAGR qui traitaient eux des Normands) qui partagent votre vision des choses ?

Catuvolcus est un groupe rural, loin des grandes villes, loin de la scène donc les liens ne se développent pas vraiment. Nous nous connaissons tous sans plus ni moins.

12- Devant l’embouteillage qui se profile dans votre style, comment comptez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Forger un son propre à nous même, écrire des concepts hors des ordinaires albums sur les panthéons de ci et de là et appliquer une approche plus progressive dans notre musique sans tomber dans l’excès.

13- Merci bien d’avoir pris le temps de nous répondre, toute l’équipe de Kaosguards en est heureuse. Je vous laisse le mot de la fin.

C’est Catuvolcus et moi qui vous remercions. De très bonnes questions, d’actualité et plaisantes à répondre. Continuez votre bon travail c’est apprécié ! Et un mot à la jeunesse: arrêtez de faire "Fuck off", relevez vos manches et travaillez, y'a que ça de vrai. PAX
 

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player