Accueil arrow Interviews arrow PENDACT le 23/12/2012

Kaosguards

 

PENDACT le 23/12/2012

PENDACTInterview réalisée par mail avec Benn (claviers).

Encore un rejeton de la scène death mélodique  (cf DIVIDEAD, WARPSTONE, UNCHAINED) qui a pris forme au pays de la pissaladière et de la promenade des Anglais! Effte de mode  ou réel engouement pour un style qui a pris racine dans cette région du sud est de la France? Nous avons posé la question à Antoine (batterie) et Jukka (chant/guitare lead).

 

 

 

1. Comment avez-vous décroché la signature de votre contrat par les temps qui court ce n'est pas si facile?

En effet, ce ne fût pas une partie de plaisir de décrocher une signature. Nous avons commencé par enregistrer l’album de notre côté auprès d’un de nos amis, Willdric Lievin qui a notamment enregistré des groupes tel que Fairyland ou encore Hamka. L’album a été terminé en Juillet 2011, lors de la sortie de notre premier clip Day of War,  et alors a commencé pour nous notre recherche de label. Cette recherche a duré plus d’un an et au moment ou nous commencions a perdre espoir et envisagions de sortir l’album en auto-prod, nos amis d’Unchained nous on informé qu’ils avaient été signés chez M&O Music. Nous leur avons donc fait parvenir notre CD qui a intéressé le gérant qui a donc décidé de nous signer.

2. Pourquoi avoir choisi ce style musical qui n'est pas si populaire que cela en France?

Nous n’avons pas voulu faire de la musique pour la popularité, nous ne voulions pas suivre de mode. Nous faisons de la musique pour nous faire plaisir et beaucoup de nos groupes de références faisant ce style, nous avons juste voulu faire ce qu’il nous plaisait de jouer.

3. Qu'est ce qui est composé en premier paroles ou musique?

Jukka compose en premier temps les parties guitares, clavier et basse, puis les envoie à Antoine pour faire les pistes batterie. Par la suite nous améliorons ensemble nos parties jusqu'à être convaincus du résultat, une fois le morceau prêt nous créons le chant par dessus.

4. Quels ingrédients doivent être mis dans un titre pour en faire une bonne chanson?

Si on le savait, nous serions déjà disque d’or…
Plus sérieusement, nous ne pensons pas qu’il y ai de recette magique pour faire un bon titre. Nous essayons juste de faire ce qui nous plait le plus.

5. En ce moment la scène de Alpes Maritimes est foisonnante vous, DIVIDEAD, SCORNFORGER, UNCHAINED,KERION, KRAGENS... Quelles sont les raisons qui font que cette scène se développe alors que les "gros" concerts ne sont pas légions?

Beaucoup de groupes dans le métal se crachent pour des divergences musicales Je pense qu’à Nice les groupes ont bien compris qu’il fallait être solidaires, se respecter et partager les scènes en commun. C’est ce qui fait la force des groupes de Nice et alentours. Par exemple nous nous entendons très bien avec des groupes éloignés de notre style musical, par exemple Shoot the girl first (electrocore), X-Trunk, Over the reason , B2RH,(metalcore) ; nous sommes extrêmement proches avec nos potes de Unchained, Dividead et Scornforger, on se voit souvent en dehors des concerts. Il y a également une grande diversité de styles musicaux (black, metalcore, heavy, death mélodique, symphonique, progressif, trash…). Nous avons également des associations qui assurent niveau organisation de concert. Certes nous n’avons pas énormément de gros live mais quand nous en avons la qualité y est ! The Arrs notamment était chez nous il y a quelque semaines, Dagoba, Everytime I Die, Texas in July.

6. Ce qui frappe sur l'album c'est le mélange de mélodie et d'agressivité. Il y a peut-être des influences extérieures y contribuant ?

Bien entendu notre musique prend beaucoup d’inspiration dans les groupes scandinaves de death mélodique et de pagan. En France, on nous compare trop souvent à Children of Bodom. Bien entendue, nous ne renions pas cette influence, mais pour les connaisseurs du genre, nous nous sentons plus proche de groupes tel que Norther, Skyfire, Imperanon ou encore certains morceaux de Wintersun ou d’Ensiferum.
 
7. L'esprit métal c'est quoi pour vous?

Pour nous c’est la fraternité. Il n’y a pas de meilleur moment que de se retrouver en backstage avec d’autres groupes et de discuter, partager une bière et plaisanter. Même auprès des grands groupes tel que Dagoba avec qui nous avons vraiment pût échanger et avec qui nous restons toujours en contact pour d’éventuelles autres dates.
Antoine tiens d’ailleurs à remercier Francky Costanza (batteur de Dagoba / Blazing War Machine) pour son endorsement auprès de la marque de vêtements Serial Drummer


8. Etes-vous impliqué dans d'autres projets?

Nous jouons tous divers styles musicaux à la maison pour se faire plaisir et s’enrichir. Jukka possède un studio d’enregistrement (Finntracks studio) où il fait des covers et des albums studio. Cependant Pendact nous prend la plus grosse partie de notre temps libre. Nous n’avons donc aucun autre groupe à côté et préférons donc nous concentrer sur Pendact.

9. Quel a été le meilleur public pour lequel vous ayez joué ?

Je pense qu’on va être tous d’accord, c’était une date qui va nous rester gravée a jamais : le 20 avril 2012 au Vox en compagnie de Tollfest et Korpiklaani. Le public était dingue, une ambiance de folie, les gens sont venus pour faire la fête et nous l’ont bien fait comprendre ! D’ailleurs pour l’anecdote, l’ancienne formation de Pendact avait effectué son dernier concert au Vox en 2010 avec Kragens, et se retrouver là avec la nouvelle formation pour un tel concert fut une vraie réussite, surtout pour Jukka qui doutait de pouvoir relancer la machine.

10. Quels sont les sacrifices que vous vous faites pour le groupe ?

Nous avons tous sacrifié du temps et de l’argent pour le groupe. Mais ça valait le coup. Il n’y a rien de plus fort qu’être sur scène et voir un circle pit de 300 personnes bouger en rythme sur le mosh part de Day of War.

11. Dans le groupe êtes-vous autodidacte ou avez-vous pris des cours en conservatoire, écoles de musique?

Chacun a un parcours différent. Jukka est majoritairement autodidacte, mais a reçu des cours lors de voyages en Finlande avec  Alexander Kuoppala (ex Children of Bodom). Antoine a pris quelques cours avec Romain Goulon (Necrophagist). John a été formé par son père depuis sa plus tendre enfance. Valer quand à lui est entièrement autodidacte.
 
12. Arrivez-vous à imaginer l'étape suivante pour le groupe ?

Honnêtement, tout s’enchaîne si vite… En 1 an, nous avons joué avec Korpiklaani, Dagoba, Trollfest, et Arkona… ce fût intense. En ce moment notre booker Alrick commence à cibler les festivals d’été, nous avons une bonne coopération avec Trendkill aussi pour les grosses dates… Donc à suivre l’année prochaine !

13. Un dernier mot pour les fans...

Pendact cherche toujours à jouer devant le maximum de public. Nous aimons partager de bons moments avec nos fans, cependant nous n’avons que rarement l’occasion de jouer en dehors de notre région. C’est là que nos fans peuvent nous aider ! Si vous voulez nous voir jouer chez vous, parlez aux associations locales de nous pour organiser des concerts.
Pensez également à venir nous voir sur notre page Facebook et à regarder nos clips sur Youtube.

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player