Accueil arrow Live Reports arrow KREATOR + Nile + Morbid Angel le 11/11/2012 au Transbordeur (Lyon)

Kaosguards

 

KREATOR + Nile + Morbid Angel le 11/11/2012 au Transbordeur (Lyon)

                                                            Image

Aujourd’hui, c’est fête sur Lyon avec la venue d’une affiche impressionnante au Transbordeur et dans la grande salle bien sûr. « Nile », « Morbid Angel » et « Kreator » vont se succéder pendant plus de 3 heures de concert pour la plus grande joie du public présent ce soir et venu acclamer comme il se doit de tels poids lourds de la scène extrême.

C’est avec un peu de retard de ma part et une programmation assez précoce (18h15) que le set de « Fueled By Fire » se termine lors de mon arrivée. Pas le temps d’avoir des regrets car Nile commence à ouvrir les sarcophages pour nous en extraire l’univers d’Egypte ancienne qu’ils vont nous faire partager pendant leur trois quart d’heure de prestation scénique.

Les américains vont nous concocter un petit best of pour l’occasion avec un balayage de leur discographie avec des titres comme : « Black Seeds of Vengeance », « Ithyphalic », « Sarcophagus », « Sacrifice Unto Sebek »… le tout agrémenté de nouveautés fortes agréables issues de leur dernier opus « At The Gates of Sethu » avec « Enduring the Eternal Molestation of Flame » ou « The Inevitable Degradation of Flesh ».

Le seul point négatif dont on va vite se rendre compte, c’est un son mal réglé qui a tendance à noyer la musique de « Nile ». Heureusement, cela s’arrange au fil des minutes mais il reste quand même brouillon ce qui n’empêche pas le combo de se faire plaisir et de nous faire plaisir. « Karl Sanders » est en pleine forme et n’hésite pas à nous faire des blagues entre les morceaux. Un bon moment de passé avec eux.

Trente minutes à attendre l’arrivée des Maitres du Death et voilà « David Vincent » et son gang qui débarquent sur scène pour 1h20 de show principalement axé sur les trois premiers albums comme ils l’avaient annoncé en début de tournée.

Le set commence dans la furie et la folie avec le premier titre des trois premiers cd pour mettre tout le monde d’accord. Pas besoin de plus de temps pour ressentir le charisme impressionnant du chanteur/bassiste qui, de son aura, inonde la salle. Un doigt levé et le public écoute le maitre ce soir, un petit signe et tout le monde crie « Morbid Angel ». Derrière lui « Tim Yeung » pilonne sans s’arrêter, « Trey » est coupé du monde par son épaisse chevelure, tel un autiste, se concentrant sur sa guitare uniquement et le « Tormenthor » suit la cadence peu évidente, imposée le sieur « Azagthoth ».

On a face à nous une véritable machine de guerre qui enfile les classiques pendant plus d’une heure avec des «Immortal Rites », « Fall From Grace », « Rapture », « Maze of Torments », « Chapel of Gouls » et deux extraits du très controversé « Illus » avec « Nevermore » et « Existo Vulgore » qui ne dénotent finalement pas tant que cela en live.

Une prestation a coupé le souffle devant tant de génie, de maîtrise, de charisme et surtout lorsque David Vincent chante "a cappella" sur les parties instrumentales. Il va être bien difficile de passer après le Grand « Morbid Angel » ce soir.

Trente minutes de pause et nous voilà de retour aux affaires avec « Kreator » qui apparait après un levé de rideau assez théâtral pour nous faire découvrir une scène digne d’« Iron Maiden » avec éléments de décors sur les côtés, devant, derrière, en fronton et bien sûr des bestioles (croisement entre Alien et E.T.) en plastique dont les yeux brillent dans la nuit.

Une bonne surprise car il est assez rare de nos jours de voir un groupe, dans le Metal, donner autant d’importance à l’aspect visuel de sa scène.

Avec une aussi belle scène à étages, où Mille Petrozza s’exile de temps à autres pour aller chanter à plusieurs mètres du sol sur les côtés de la batterie, le show débute pied au plancher dans les jeux de lumières et les écrans de fumée.

Durant plus de quatre vingt minutes et de vingt titres, les trasheurs allemands vont faire leur maximum pour satisfaire leurs fans en alternant anciens et nouveaux titres pour nous faire une visite guidée de leur discographie, en passant de « Enemy of God » à « Pleasure to Kill » et par « Phantom Antichrist » le nouveau venu qui passe très bien le test de la scène. Une grande fête avec une vingtaine de titres en finalité pour combler de bonheur les trasheurs présents dans l’assemblée ce soir.

Une soirée inoubliable avec trois groupes majeurs de la scène extrême, un transbordeur bien rempli et surtout du show…


MERCI à My Reference Events et RDV le 11 décembre avec Obituary et Macabre.


LEGION

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player