Accueil arrow Interviews arrow AD PATRES le 27/11/2012

Kaosguards

 

AD PATRES le 27/11/2012

AD PATRESInterview réalisée par mail avec Axel (chant).

Dans le sillage des groupes établis depuis longtemps dans notre pays (BENIGHTED, GOROD, KRONOS...) une multitude de prétendants veut se hisser au dessus de la mêlée à leurs côtés. KAOSGUARDS a cru dès le départ au potentiel d'AD PATRES qui délivre un death métal qui va décoller le papier de votre chambre!!!

 

 

 

 

 

1. Votre premier album est sorti au mois de septembre, quel bilan pourrais-tu faire aujourd’hui quant à la manière dont il a été reçu ?

Autant dire que j’ai été très surpris. Nous n’avons quasiment que des retours positifs à travers les chroniques et des gens qui ont écouté l’album. On n’a pas eu de chronique qui descend l’album en disant qu’il est pourri ; quelques reproches, mais tant mieux, c’est comme ça qu’on avance !

2. Est-ce que les nouveaux morceaux s’intègrent bien en live en comparaison des anciens ?

Ayant rejoint la formation plus tard, je n’ai connu que deux morceaux qu’on ne joue plus en live.
Je me souviens de « Lick Blood on My Fist » que nous avons joué jusqu’au Hellfest 2011 et qui était assez efficace en live, mais il est vrai qu’il y a plus de cohésion entre les nouveaux morceaux, ce qui donne un set plus homogène.

3. Pour votre nom de groupe, pourquoi avez vous choisi celui ci? Y a-t-il une raison derrière ce choix?  

Pour faire simple, Ad Patres signifie « vers les Pères » en latin. Envoyer quelqu’un « ad patres », c’est le tuer, donc ça colle pas mal. Mais au départ, c’est la sonorité qui nous a plus. On voulait aussi un peu éviter un nom qui passerait trop inaperçu genre « Pathological Infection ».

4. Quels sont les points importants de l’évolution de la musique d'AD PATRES depuis ses premiers jours?

Je dirais que la plus grosse évolution est la maturité de notre musique. Venant tous de styles divers et variés, nous nous sommes retrouvés pour faire du Death. Il aura, je pense, fallu un peu de temps pour vraiment trouver notre « griffe » et la faire évoluer.

Il y a aussi le chant, même si ce n’est pas forcément une évolution, c’est plutôt un gros changement. J’ai rejoint la formation plus tard, en remplacement de Julien, qui a dû déménager. Julien utilisait en majeure partie la technique du reverse (inhale, chant inspiré…), et un peu d’expiré. Moi je n’utilise pas du tout la technique de reverse, donc forcément ça change énormément.

5. Nous allons maintenant nous intéresser un peu à vos textes... De quels sujets traitent-ils?

Les paroles parlent de psychologie, d’angoisses, de fatalité. En général, Arnaud (qui s’occupe de l’écriture) essaye de prendre un point de vue original et de jouer sur des métaphores ou des tableaux. Il essaie aussi souvent de faire des ponts entre deux sujets éloignés pour en tirer un parallèle comme sur Circles of Red où il rapproche la calligraphie, l’écriture spontanée d’un côté et l’arme blanche et la pulsion meurtrière de l’autre.

6. Avec le retour du Death old school, de plus en plus d'albums de Death metal typés anciens sortent... Quels sont tes disques favoris sortis en 2012? Tu peux peut être aussi nous parler de tes démos favorites sorties récemment?

Dans mon top album cette année, il y a le nouveau Cryptopsy, le nouveau The Faceless et le nouveau Dying Fetus. Pour les démos malheureusement, je n’ai pas vraiment le temps de rechercher de nouveaux groupes, donc d’écouter de démos.

7. Vous écoutez d'autres styles de musique à côté du métal, et si oui lesquels? Penses-tu qu'ils puissent vous influencer, en bien ou en mal, dans la composition de vos propres morceaux?

Énormément !
J’écoute beaucoup de Funk (The Greyboys Allstars, Jamiroquai, Harry Deal & The Galaxies, etc) de Jazz (surtout Fusion), d’électro assez expérimental (Igorrr, etc), de blues, de disco.
J’aime beaucoup les mélanges qui arrivent depuis quelques temps.
Comme le métal et l’électro (attention je ne parle pas de ces groupes de Deathcore remixés par des mecs qui font de la Dubstep mais de groupes intéressants comme Whourkr, pour n’en citer qu’un). L’arrivée d’influences Jazz, prog, fusion aussi, comme dans le dernier The Faceless par exemple.
Du coup, m’influencer, je ne pense pas.

8. Pensez-vous que les codes propres au Death Metal doivent être respectés à la règle ?

Ahhh les codes... Quand je vois des vielles photos de Suffocation en jean taille haute ultra serrés et gilet en jean, je me demande quels sont les codes.
Dans le visuel, niveau Death, je ne pense pas qu’il y ait vraiment de « codes » comme dans le Black Metal par exemple. À part peut-être les cheveux longs le short treillis et le tee-shirt de groupe.

9. Pouvez-vous dire trois qualificatifs qui symboliseraient le mieux la personnalité d'AD PATRES?

Déconneurs, passionnés et flatuleurs.
En fait on n’est pas là, pour amasser plein d’argent et être célèbres. Tout ce qu’on veut, c’est jouer la musique qu’on aime en se faisant plaisir, et si des gens prennent du plaisir à nous écouter et venir nous voir en live, c’est parfait.

10. Quels messages vouliez-vous faire passer via votre pochette?

La pochette reflète les paroles du titre éponyme Scorn Aesthetics.
C’est l’œuvre de Svartwerk, qui est en fait Xenoyr le chanteur du groupe australien Ne Obliviscaris. Nous lui avons envoyé les paroles du morceau Scorn Aesthetics et à partir de ça, nous en sommes arrivés là !

11. Si vous deviez partir en tournée avec le groupe de votre choix, lequel choisiriez-vous?

Pour ma part, Suffocation, sans hésiter.

12. Quel futur voyez-vous pour le groupe ?

Nous sommes réalistes et nous ne sommes pas dans l’illusion que nous pourrions vivre de cette passion.
De plus, entre la vie de famille et le boulot, il est souvent compliqué pour nous d’accepter par exemple une tournée, ou même une date en semaine qui serait trop loin de chez nous.
Le plus important pour l’avenir, c’est de bien promouvoir Scorn Aesthetics et de continuer à se faire plaisir, en faisant un maximum de concerts, car le plaisir passe surtout par-là !

13. A vous de jouer pour apporter la conclusion à cette interview...

Et bien merci à toi et à Kaosguards pour cette interview, vous avez été les tous premiers à parler d’Ad Patres et à chroniquer notre démo, ça compte pour nous.
Merci à tous ceux qui nous suivent, qui se bougent aux concerts et nous soutiennent.

Evildead

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player