Accueil arrow Live Reports arrow DEICIDE + BELPHEGOR + Hour Of Penance + The Amenta le 30/06/2011 au Ninkasi Kao (Lyon)

Kaosguards

 

DEICIDE + BELPHEGOR + Hour Of Penance + The Amenta le 30/06/2011 au Ninkasi Kao (Lyon)

Par une chaude journée de fin juin, il nous est possible de voir le « God is Dead », « To Hell With God Tour 2011» à Lyon pour une date unique en France qui était tout simplement inespéré. Généralement, ce genre de mini festival passe uniquement dans la capitale.

Les Australiens de The Amenta ont le plaisir d’ouvrir le plateau devant une salle qui se remplit au fur et à mesure des 25 mn qui leur sont alloués. Lors du dernier passage de Deicide en janvier 2009 pour le Winterfest, ces derniers ouvraient déjà pour les floridiens. Force est de constater que le jeu scénique du chanteur ainsi que le reste du groupe dégage une toute autre aura, après avoir passé plus de 2 ans sur les scènes du monde entier. C’est un réel plaisir de les revoir et surtout de constater une évolution dans leur jeu de scène.

Musicalement, les titres (Void, Erebus, Sekme, Junky, Nihil et Vermin) passent largement mieux en Live que sur la platine CD, cela est certainement dû au côté plus direct dans l’interprétation de leurs compositions qui masquent un peu le côté Indus de leur musique, peut être trop présent sur album.

Les Italiens de Hour Of Penance doivent assumer leur statut de valeur montante du Death Brutal Italien. Ils incarnent la nouvelle vague romaine avec Fleshgod Apocalypse pour venir titiller les anciens du circuit comme Natron.
Leur show commence à une vitesse effrénée mais avec un son de guitare brouillon qui laisse un peu à désirer cependant, on entend particulièrement bien la basse qui est jouée à l’ancienne sans médiator. Les titres des deux derniers albums s’enchainent (Paradogma, Incestuous Dynasty Of Worms, Absence Of Truth, Incontrovertible Doctrines, Slavery In A Deaf Decay, Adversary Of Bigotry et Misconception) à merveille pulvérisant tout sur leur passage jusqu’au moment où l’une des deux guitares lâche en plein concert. Après vaines tentatives pour réparer la panne, les deux derniers titres seront finalement joués en version allégée. C’est bien dommage mais le résultat reste très intéressant.

Image

La bande à Helmut investit la scène légèrement décorée, par leur soin, avec deux crânes de bouc qui nous font plus penser aux lapins crétins qu’à une quelconque cérémonie satanique ou sado-bondage comme les autrichiens l’aiment tant.

Image 

Pendant les 40 mn qui leur sont allouées, Belphegor va nous donner une leçon de Black Death avec une sélection de titres (In Blood, Devour This Sanctity, Belphegor / Hell's, Ambassador, Angeli Mortis De Profundis, Impaled Upon The Tongue Of Satan, Lucifer Incestus, Bondage Goat Zombie, Soaked In Blood et Rise To Fall And Fall To Rise) issues de leur discographie qui commence sérieusement à s’épaissir aux fils des années. Helmut est venu pour faire le show et c’est exactement ce qu’il fît. Entre les cris, les grognements, les « Fuck Church » ou encore « le Marquis de Sade », ses interventions entre les chansons furent assez cocasses lorsque l’on se détache un peu du concept.

Image

Il est l’heure d’accueillir comme il se doit Deicide qui revient sur les terres lyonnaises seulement deux ans et demi après leur dernier passage et surtout avec un album « To Hell With God » bien meilleur que le précédant, un peu bâclé à mon goût. Leur dernière prestation avait été poussive au possible avec un groupe un peu hors sujet qui semblait jouer sans plaisir. Une vague impression de lassitude de leur part. Quand sera-t-il ce soir ?

Image

Et bien, c’est totalement l’inverse qui se produit. On a assisté à un vrai concert de Deicide, comme à la grande époque. Glen, Steve, Jack et Ralph était au top de leur forme pour nous livrer une grosse heure de Death Brutal « Made In Tampa ».
La set list (Hommage for Satan, Dead By Dawn, Once Upon The Cross, Scars Of The Crucifix, When Satan Rules This World, Serpents Of The Light, Hang In Agony Until You're Dead, Conviction, Children Of The Underworld, Death To Jesus, Dead But Dreaming, Witness Of Death, Desecration, Into The Darkness You Go, How Can You Call Yourself, Kill The Christians, Lunatic Of Gods Creation et Sacrificial Suicide) avec 5 nouveaux titres et une pléiade de classiques qui ravit tout le monde, l’ancien comme le nouveau fan.
Un moment de bonheur de voir Deicide retrouvé avec une hargne d’antan et un public qui lui rendit bien ça.

Une soirée plus que réussie malgré une prestation boîteuse des italiens d’Hour Of Penance. Vivement le prochain concert d’extrême sur Lyon car cette denrée devient de plus en plus rare malgré un public très demandeur.

Merci à Ozirith pour les photos et aux Femâles pour l’accréditation!

LEGION

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player