Accueil arrow Interviews arrow BOUNTY HUNTER le 12/05/2011

Kaosguards

 

BOUNTY HUNTER le 12/05/2011

BOUNTY HUNTERInterview avec Mike (guitares)

Issu de la riche scène lyonnaise BOUNTY HUNTER respire bon l'esprit rock'n'roll. Le groupe est là pour rendre du bon temps et éructer des sons aussi délirants que leur état d'esprit. Rencontre avec une formation aussi chaotique qu'intéressant...

 

 

 

 

1. Salut les gars, tout simple pour commencer, une présentation du groupe, son histoire, ses influs, son style...
 Tout d’abord hello à tous. Pour l’histoire du groupe en quelques lignes, on s’est formé en 2008. On se connaissait tous plus ou moins, on traînait ou on tournait ensemble avec nos groupes respectifs, car à la base Bounty était un « projet » un peu délirant  monté en plus de nos groupes de l’époque. Avec le temps, Bounty a pris de plus en plus d’ampleur pour devenir un groupe à part entière. La composition du groupe est donc, Braco à la basse, Grute et Flo aux chants suaves et mélodiques, à la base Pierrot était  à la guitare mais il a du voguer vers d’autres cieux donc on a tout dernièrement introduit Boris (dans les 2 sens du terme ;)) en seconde gratte pour pallier aux indispos de Pierrot et pour terminer, moi-même à la batterie.

2. Et les musiciens, comment vous êtes-vous rencontrés ?
Comme je le disais, Je jouais avec Pierrot et je connaissais Flo. Grute et Braco connaissait Flo et Boris avait intégré DEATHAWAITS donc le choix s’est porté sur lui ….

3. Parlons du contenu du disque, on y retrouve quoi, quelles émotions vous souhaitez faire passer à travers lui... ?
Hmmmm, laisses moi réfléchir ….. LA fête !! Pas se prendre la tête, jouer ensemble, se marrer et couper du bois sur scène, c’est principalement les messages que l’on veut faire passer. C’est simple, on a fait l’album avec les potes pour les potes, sans prétention. Dans tout ce que l’on entreprend, on essaie de le faire avec des gens pros et motivés, le calendrier Bounty Hunter girls 2010, le clip de Respect et aujourd’hui l’album. Après vu de l’extérieur on peut ressembler à une belle bande de couillons … ce qui n’est pas faux!! Mais on garde les pieds sur terre et la tête en dehors des nuages.

4. Qui compose chez vous ?
Grandes questions, à la base s’était plutôt Flo et Pierrot qui pondait LE riff, après Braco et moi on construisait sur cette base. Maintenant c’est plus Boris qui s’inspire de ses sombres écoutes et influences pour nous débiter des riffs à couper du bois. Parfois  l’un d’entre nous arrive avec une reprise à détourner ou adapter à la BH mais on va dire que c’est plutôt exceptionnel..

5. Où trouvez-vous les sujets de vos textes ?
Je pense que les grandes inspirations viennent des groupes que l’on écoute, je ne vais pas les énumérer, y’en aurait des dizaines de pages, après il y a le cinéma, gore, fantastique, western, western cannelloni, thriller, X, road trip, série B, série Z, snuff, animations, bref pas mal de genres. Ensuite il y a ce qui se passe autour de nous, les embrouilles avec certains groupes locaux, les rencontres avec les groupes de France et navard. Et pour terminer tout ce qui découle des bringues et des petites histoires liées à celles-ci …..  

6. Avec le recul, êtes vous satisfait de votre album? Pourquoi l’avoir nommé ainsi ?
En regardant le résultat, je pense que l’on ne peut être que satisfait. Il sonne gras et les compos s’enchainent bien. Pour l’instant, on a pas mal de retour positif, chroniques ou avis personnels, donc on s’en contente largement. En ce qui concerne le nom de l’album, c’est un clin d’œil au cinéma, plutôt horreur à la Rob Zombie et clin d’œil à la marche des zombies … coupeurs de bois.

7. Comment le public perçoit vos morceaux ?
Plutôt très bien, on a toujours su amener notre côté bûcheron-déconneur en pimentant nos shows de PQ, maquillages et tenues affriolantes. Après à force d’insister et de demander aux gens de monter sur scène pour montrer leur cul et faire la fête avec nous et bien ça marche et ils le font ….. Quand tu as 5 conards qui te rabâchent de baisser ton froc, prendre du papier cul et de le jeter sur scène tout ça pendant 20 minutes avec en fond des gros breakdowns, perso je ferai la même chose à leur place ;)

8. Vous faites des reprises sur scène ou en disque?
Une reprise de Yelle remise à notre sauce, et un bout de  « Landing for my bride » quand on est tous complètement saouls sur scène et que l’on veut faire un clin d’œil aux GOD DAMN, et peut être une nouvelle mais je laisse les lecteurs la découvrir dans nos futurs concerts …

9. Que pouvons nous vous souhaité pour la suite ?
Du pognon et encore du pognon parce qu’après, on a déjà tout hahahahahaha !!! Non je plaisante, plus sérieusement on peut nous souhaiter des concerts et par la même occasion des rencontres avec des gens cools et dans le même délire que nous, les autres on les laisse faire la gueule et nous pourrir par derrière, c’est toujours un peu de com’ de pris …..

10. Beaucoup de dates de prévues où l’on pourra vous retrouver ?
On vient de terminer une petite série de date entre Lyon et Nice, on attend des retours sur d’autres plans à Montpellier, Clermont Ferrand mais si vous avez des propositions et que vous voulez nous voir débarquer dans votre salon, amis lecteurs n’hésitez pas à nous contacter …. En plus Boris peut vous faire le ménage habillé en vahiné, si ça, c’est pas la classe ;)

11. Jusqu’à maintenant, quel est votre meilleur souvenir avec les BOUNTY HUNTER sur scène ou pas ? Le pire ?
Perso, notre date à Troyes il y a quelques mois a été, comment dire, énorme ….. 300 personnes, une super salle, des mecs que tu rencontres à l’apéro et qui montrent leurs miches le soir même en finissant la nuit dans une poubelle, 40 minutes de show où on n’est pas capable de lire les Set-lists à cause des 40 mecs sur scène. Bref pour moi il y a celui-ci et j’en profite pour faire une dédicace à nos amis d’EMBRYONIC CELLS,  mais les autres dates ont toutes aussi leurs petites anecdotes. Pour la pire date, y’en a pas.

12. Je vous remercie pour cette interview, vous avez un dernier mot, un message et / ou un coup de pouce à faire passer ?
Pour ne pas copier ce que Boris a dit sur un collègue fanzine, je dirai gloire à Bernard MINET et ne violez pas les poneys morts …. Vous risqueriez d’attraper une nécrose de la bite. Ensuite si vous voulez faire quelques choses de bien pour la scène underground lyonnaise, bougez-vous les miches et prenez vos places pour le SYLAK ROCK FEST 2011 pour voir une pure affiche de putains de groupes. Pour conclure, bien entendu …… SUCEZ-VOUS !!! ET JE VEUX PAS VOIR UNE TETE!!!

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player