Accueil arrow Live Reports arrow NARGAROTH + Chaos Invocation + Posthum le 15//04/2011 au Korigan (Luynes)

Kaosguards

 

NARGAROTH + Chaos Invocation + Posthum le 15//04/2011 au Korigan (Luynes)

Début des hostilités annoncé avec CHAOS INVOCATION. Malheureusement c'est à la toute fin de leur set que j'arrive. Je n'ai pu profiter que des 2 derniers morceaux, et je peux dire qu'ils ont réussi en très peu de temps à me convaincre de leur efficacité et de leur sens du riff irrésistible! Vraiment une grosse déception d'être arrivée si tard. Pas le temps de pleurnicher, car il paraîtrait que le Black métal, c'est la guerre. Alors soit...

Chaos Invocation

Pas de fioritures, NARGAROTH attaque sauvagement avec le cultissime « Black Metal Ist Krieg. ». Cet assaut précipité ne nous laisse pas le temps de réfléchir, et on s'engouffre le sourire aux lèvres dans une masse de perfectos malodorants. Enchaînant tubes après tubes, la salle se resserre de plus belle et se bouscule, tombe, se relève, et hurle approximativement.

Nargaroth

Le fameux "Black Fucking Metal" nous a mis a l'épreuve car il faut savoir que ce morceau de 8 minutes est irrésistible en live ! Il est presque groovy tant le riff (bien basique je l'avoue) tourne en boucle!! Difficile de relater une telle sensation de possession et de transe. Jamais Ash ne relâche la pression, enchaînant les postures et les attitudes démoniaques tout le concert. Une vraie présence et une contagion de hargne! Autre point culminant de l'apparition de NARGAROTH, la reprise de l'immense "Freezing Moon" de MAYHEM.. Autant dire un cran de plus dans le délire collectif.

Nargaroth

Tous les titres joués furent défendus à la perfection. Je dois dire que c'est une surprise car je pensais que rien ne pourrait me replonger dans l’atmosphère des disques, mais grand Dieu non, la performance qu'ils nous ont offert ce soir était simplement sans faute. Après cette débâcle de hurlements, de glissades et de photos ratées, c'est la voix éteinte que je découvre POSTHUM.

Choix étrange que de les faire jouer en dernier car la salle s'est rapidement vidée après Nargaroth, et c'est malheureusement devant une vingtaine de personnes qu'ils officieront. Figés et froids, les norvégiens font tourner lentement leur morceaux. De longues progressions glaciales et insidieusement agressives. Leurs longs riffs demandent du temps pour se mettre en place, mais une fois posés, ils sont totalement déroutants voire enivrants. L'épuisement de la salle se fait sentir et la musique de Posthum fait tout son effet. Un tas de grands costauds apprécient la performance les yeux fermés, perdus loin-loin dans la musique.

                                                                        Posthum

Une soirée musicalement parfaite.

Frigid Bourin

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player