Accueil arrow Interviews arrow BENIGHTED le 27/03/2011

Kaosguards

 

BENIGHTED le 27/03/2011

BENIGHTEDInterview par mail avec Julien (chant).

Depuis plus de dix ans, les ligériens se sont installés comme une valeur sûre de la musique qui défoncent les nuques et hantent les paisibles nuits de votre mémé!! Sur une base extrême, BENIGHTED a su désormais évoluer vers des rivages plus accesibles au tout à chacun. La signature chez le mastodonte Season Of Mist va donner l'occasion aux Stéphanois de franchir un cap en vue de partir à l'assaut de la planète métal....

1. Bonjour les Benighted, quelques semaines avant la sortie d'«Asylum Cave» quel bilan tirez-vous de cet album?

Hello! On a vraiment super hâte qu'il soit officiellement sorti, les pré-commandes sont énormes et ça fait vraiment chaud au coeur de voir le nombre de personnes qui nous soutiennent et qui ont hâte de recevoir notre nouvel opus. Pour ma part, c'est de loin notre meilleur album, j'adore les nouveaux titres et je prends vraiment un plaisir énorme à les jouer! Asylum Cave est pour moi meilleur que les autres en tout point, que ce soit la qualité des morceaux, la puissance de la production ou le concept et l'artwork très fouillés. On est vraiment très confiants pour la suite, ça va être énorme!


2. Julien au chant, Olivier et Liem aux guitares sont là depuis le début dans le groupe, pensez-vous que ce ciment solide est un gage de réussite pour votre carrière ?

Oh que oui, on se connait tellement bien que les choses se font de façon super naturelle, mais on a aussi eu énormément de chances de tomber sur des personnes comme Eric à la basse qui nous apporte un jeu de scène et son style de composition unique, et Kévin qui en l'espace de 5 ans est devenu un batteur reconnu par les plus grands et demandé par les groupes aux quatre coins du monde pour des tournées! On a gardé notre ligne directrice, prendre notre pied en live, composer des titres qui nous donnent envie de nous péter la nuque et communiquer ça avec tous ceux qui nous suivent et nous soutiennent.


3. Vous commencez à avoir une discographie conséquente, comment éviter l’écueil de la redite, trouvez –vous les idées facilement désormais ou cela nécessite plus de temps qu’à vos débuts ?

C'est vrai qu'on a fait pas mal de chemin depuis 1998, et à chaque fois ça n'a pas été un problème de proposer du nouveau dans nos albums. Au fil des années, on évolue tous un peu dans nos influences, dans nos capacités techniques et notre « maturité » musicale, c'est le fait qu'on compose tous ensemble qui donne la patte Benighted, et les petites évolutions de chacun nous servent énormément à ne pas se répéter tout en gardant l'identité du groupe. Kévin a par exemple énormément apporté par son jeu de batterie très groove et ultra-rapide, et les 3 autres ont chacun leur façon de penser les riffs, ce qui apporte beaucoup de richesse au résultat final d'un morceau. Chacun de nos albums a vraiment son truc a lui qui le différencie bien des autres, Asylum Cave ne déroge pas à la règle et je dirai même qu'il montre qu'on a une rage au ventre encore plus grande et qu'on peut aller encore plus loin dans la brutalité. Et crois moi, on n'est pas prêts de s'arrêter!


4. Dans le business de la musique qu’est ce qui vous plaît et vous déplait ?

Ce que je préfère, c'est surtout le fait de partir entre potes pour faire la fête avec des gens partageant la même passion,ce climat super familial qu'on trouve dans le métal et ces sensations d'être sur scène à tout retourner avec des mecs qui sont à fond! Le côté qui me plaît le moins, c'est tout ce qui concerne les papiers, contrats et autres, d'abord parce que j'ai toujours détesté ça! (Hé hé). Ensuite parce qu'il faut être très vigilant à ce que tu signes car beaucoup de groupes n'existent maintenant plus à cause de contrats qui les ont dissolus.


5. Benighted est connu pour ses prestations « énergiques » sur scène, on peut vraiment dire que c’est là que vous donnez votre plénitude, pensez-vous que c’est là que vous êtes le plus efficace pour combler vos fans et en conquérir de nouveaux ?

Oui, j'en suis sûr. Sur scène, contrairement aux albums, les groupes ne peuvent pas tricher. Et je pense que beaucoup de gens adhèrent à notre musique aussi parce qu'il savent qu'on ne se prend pas la tête, on adore communiquer avec le public quand on est sur scène, qu'il monte avec nous, qu'il gueule avec nous, c'est même souvent qu'on descend pour les rejoindre, Eric finit toujours avec sa basse au milieu du pit d'ailleurs! Un jour, un mec m'a dit « Benighted sur scène, tu le prends dans la gueule comme un camion rempli de porcs qui s'écrase contre un mur, ça fait mal, ça saigne et ça gruike à mort! » J'avais adoré cette belle image! (rires)


6. Au long de votre carrière, vous sillonnez avez de nombreuses scènes hexagonales et européennes, quelles différences majeures avez-vous pu constater ?

Je pense que c'est beaucoup plus dur d'être une organisation de concert ou de festival en France qu'à l'étranger. On n'a vraiment pas les mêmes « soutiens ». Je mettrai une petite note particulière à l'Allemagne qui est impressionnante en termes de professionnalisme et d'organisation. Le métal n'est qu'en démarrage au niveau culture dans notre pays, ça ne doit pas y être étranger.


7. Comment avez-vous travaillé vos nouveaux titres titres ? Les paroles avant les riffs ?

Non, toujours les paroles en dernier quand les placements de voix sont définitifs. Ca me laisse le temps en parallèle de peaufiner le concept et le thème de chaque morceau avant de caler vraiment un texte sur les parties vocales. Pour la musique, on n'a pas changé de manière de composer. Olivier, Liem ou Eric amène des riffs pour un morceau et on le compose tous ensemble sur cette base en tenant compte du feeling et idées de chacun.


8. Dans quelles conditions avez vous enregistré ce nouvel album qui sort chez Season Of Mist ? Pas de pression du côté de votre nouveau label ?

L'album est terminé depuis fin août, et on a signé chez Season en décembre seulement. La pression, mis à part l'attention de la qualité d'album qu'on s'était fixé, on en avait aucune. On était même prêts à le sortir nous mêmes s'il avait fallu. L'opportunité de signe chez Season nous ouvre de grandes portes sur le plan de l'international, cet album va être primordial dans l'avenir du groupe.


9. Pensez-vous que d’être signés sur un label tel que Season Of Mist vous ouvre de nouvelles portes pour le live ?

Oui, au delà du super travail qu'ils font au niveau promotion et distribution, on pourra facilement réaliser de grosses tournées à l'étranger, ce qui est notre premier objectif pour l'évolution du groupe. Et c'est vrai aussi que c'est beaucoup plus facile de faire de gros festivals quand tu es sur un label de cette importance.


10. Vous avez soigné le visuel de l’album, peux tu m’en dire en peu plus à ce sujet, par rapport au personnage ?

C'est Sven du groupe Aborted qui a réalisé ce superbe travail, et il nous a fait l'amitié de chanter sur un morceau également au même titre que Mike de Devourment. Sven est un très bon ami, et on a pensé à lui tout de suite pour l'artwork du nouvel album. Je lui ai juste fait part du concept du schizophrène qui délire dans sa cave sur Josef Fritzl et qui s'auto-mutile pendant ses accès délirants. Il a fait un boulot énorme, cette cover et le layout sont super esthétiques, ils traduisent bien le glauque de l'histoire que recèle cet album.


11. Avez-vous cherché à transmettre un message particulier, une idée ou une philosophie ? Et si oui, laquelle ?

Pas du tout, aucun message politique ou religieux, on s'en fout complètement, on n'est pas là pour ça. Par contre, utiliser mon expérience du milieu psychiatrique pour écrire une histoire basée sur des faits réels sur une personne malade psychotique colle beaucoup plus à notre façon très schizophrénique de jouer du métal extrême.


12. As-tu quelques morceaux préférés dans votre discographie, que tu écoutes plus souvent ou que tu aimes particulièrement interpréter sur scène ?

Les morceaux qui me font le plus tripper à chanter sont « Saw It All », « Nemesis » et « Lethal Merycism » du dernier album!


12. Pour le fun as-tu une histoire amusante ou un souvenir de tournée avec Benighted que tu aimerais partager avec nous ?

Je crois que mon meilleur souvenir restera le week end où on a enchaîné Nice le samedi soir et Paris le dimanche pour le VS fest il y a quelques années. On a roulé toute la nuit, le camion nous a lâché dès qu'on est entré dans Paris, juste après avoir passé le panneau, et je te raconte pas le bonheur de tomber en panne dans Paris un dimanche à 12h30!! Entre le dépannage, les véhicules de location, le RER... on est arrivé à la salle 30min avant de monter sur scène! On avait tellement les boules qu'on a donné ensuite un des meilleurs concerts de notre carrière je crois! (Rires)


14. A vous de conclure pour cette dernière question....

Merci à toi pour cette interview, et on invite tout le monde à venir découvrir l'album, on part en tournée dans toute la France en avril avec nos potes de Kronos et Gorod pour le Unleash The Hostile Tour! Nos dates sont sur le myspace et le facebook du groupe. On vous attend nombreux pour tout retourner!!!!

Evildead

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player