Accueil arrow Interviews arrow AKROMA le 23/03/2007

Kaosguards

 

AKROMA le 23/03/2007

ImageInterview réalisée par mail le 03/03/2007 avec Mathieu Morand, le guitariste.

 

Akroma est une entité qui est composée de multiples musiciens. Projet de Mathieu Morand par ailleurs membre de Elvaron, ce groupe Lorrain propose un black metal symphonique ressemblant à Dimmu Borgir et consorts. Embarquez pendant quelques minutes dans la dimension qui allie musique "noire" et mélodies imparables...

 

 

 

1. Présentez-nous Akroma ?


Akroma est un projet créé autour d’Alain Germonville au chant et de moi-même, Matthieu Morand à la guitare. Nous voulions faire une musique un peu novatrice mais sans prétention, une sorte de Black Metal Symphonique Progressif sans barrières qui réussirai à allier le monde du Black et le monde du heavy progressif. Nous avons monté le projet à deux en 2003 et au final, il y a 17 musiciens issus de groupes de Français et un graphiste surdoué. 

2. A propos de votre nom, que signifie t-il ?


Il s’agit en fait du nom d’un ange légendaire issu de l’univers du jeu de cartes à collectionner « Magic The Gathering ». Akroma est l’ange de la colère, c’est une carte très puissante et assez rare. Et vu que je suis un joueur assidu, le nom à claquer tout de suite.

3. Sept minutes par morceaux, sept morceaux, titre de l’album « 7 », parlez-nous de ce concept ?


Il s’agit donc d’un album autour des 7 péchés capitaux. Un thème déjà abordé mainte fois mais que nous avons essayé d’envisager sous un œil novateur. Alain et moi avons élaboré un scénario en 7 parties, traitant chacune d’un péché avec un personnage principal récurent à savoir un avocat. A mesure que le projet avançait, les idées sont venues : d’abord les 7 titres dans 7 tonalités, puis 7 minutes exactement, 7 guitaristes solistes et des références multiples au chiffre 7 aussi bien dans la musique que dans les paroles.

4. C’est un concept ponctuel ou en ferez-vous d’autres à l’avenir ?


En fait, je n’envisage pas de faire un album autre que conceptuel. Pour moi, un album est comme un film, j’aime qu’il y ai une histoire cohérente, un scénario, un fil rouge. Donc oui, le prochain et ceux qui suivront seront conceptuels.

5. Quand avez-vous débuté l’enregistrement et combien de temps avez-vous passé en studio ?


On a commencé les premières prises autour de janvier ou février 2004 pour maquetter les titres et j’ai reçu mes dernières prises fin 2005. Mais il est difficile de chiffrer le temps passé car il s’agit de prises ponctuelles espacées tout au long de ces mois. 

6. Dans vos chansons pensez-vous que les paroles soient capitales ou la musique prime ?


L’un est indissociable de l’autre et possède une même valeur, aussi bien conceptuelle que dans le projet en lui même. Alain s’est basé sur la musique pour écrire les textes mais j’ai aussi tenu compte du concept à chaque instant de la phase de composition. Pour Akroma, les textes et la musique possèdent le même poids.

7. « 7 »  regroupe un grand nombre d’invités, je crois. Comment avez-vous organisez tout cela ?


Avec beaucoup de patience, de persuasion, de passion. Pas facile de convaincre quelqu’un de s’associer à un projet nouveau dans lequel il y a un investissement personnel de temps. Au départ, j’ai pris les contacts tout simplement en envoyant des e-mails depuis les sites des groupes des musiciens sollicités. Mais j’ai été rapidement agréablement surpris de l’enthousiasme ambiant. Cela est dû, je pense, au fait que au final, on montait un projet avec plein de musiciens issus de l’underground metal en France. Je ne dis pas que je n’ai pas essuyé quelques refus cinglants mais dans l’absolu c’était vraiment ouvert. La plupart des échanges de fichiers se sont fait par Internet ou par la poste, sur des CDs. Alain et Alexis de Mortuary ont enregistré chez moi, tous les autres se sont débrouillés par leurs propres moyens.

8. Thundering vous soutient à fond…


Oui mais j’ai du batailler car Laurent, le label manager, ne souhaitait pas trop élargir son catalogue vers le black metal. Je crois que l’écoute de l’album a suffit à le convaincre. Thundering est un label dans lequel j’ai une confiance totale parce que ce sont de vrais passionnés. De plus, ils ont vraiment exposé AkromA à grande échelle. Après une sortie en France exclusivement en octobre 2006, l’album va sortir dans une bonne partie de l’Europe ainsi qu’au Japon. C’est vraiment super, ça dépasse de loin nos plus folles espérances pour « 7 ». Je ne remercierai jamais assez le label pour tout ce qu’il fait pour nous.

9. Est-ce que les bonnes critiques vous touchent plus que les mauvaises ?


Les bonnes critiques font toujours plus plaisir c’est sûr.

10. Quels sont tes coups de cœur actuels ?


La scène française est de plus en plus prolifique. J’ai découvert Forgin’ Fate en 2006, une grosse claque ainsi que le groupe « 3 » qui est groupe monstrueux. Je vais de plus en plus aux concerts pour découvrir de nouvelles choses. Mais j’écoute toujours régulièrement Dream Theater, Rush, Symphony X, Dimmu Borgir, Cradle Of Filth.

11. Tu joues également dans Elvaron. C’est pour rafler des millions d’euros sur les deux tableaux que tu officies dans deux groupes (rires) ?


Ah, tu m’as percé à jour, je vais bientôt pouvoir faire creuser ma piscine dans ma villa de Monaco ! Je joue aussi dans Louka, un groupe de Rock Français et je suis batteur de MoXid, un groupe de rock progressif moderne. J’aime explorer différents horizons tout en étant impliqué à 200% dans chacun de ces groupes, c’est très exaltant.

12. Que représente votre pochette ?


Elle représente une balance ; l’idée de la justice qui ramène à notre personnage principal, un avocat.

13. Pour conclure, quels sont vos espoirs et vos projets ?


Et bien on attend de voir comment l’album va être reçu en dehors de nos frontières. En France, l’accueil a vraiment été excellent donc on croise les doigts. Niveau projets, un deuxième album en cours d’écriture, et puis les nouveaux albums de nos groupes respectifs, Elvaron et Darwin’s Theory ? On entend beaucoup de sollicitations de concerts d’Akroma, mais ce n’est pas à l’ordre du jour, on réfléchit encore…

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player