Accueil arrow Chroniques Albums arrow EPITAPHE "I" (France)

Kaosguards

 

EPITAPHE "I" (France)

EPITAPHE IOn se doute bien qu'une formation signée sur le label Aesthetic Death ne risque pas de produire une musique formatée pour le plus grand nombre, aisément accessible et destinée à une renommée massive.

Pour son premier album, le quartette isérois EPITAPHE ne va effectivement dénoter dans le catalogue de son écurie adoptive, aux côtés de ESOTERIC, PANDO, EIBON, WRECK OF THE HESPERUS et autres combos extrémistes. Si l'on s'en tient aux mensurations de la bête, on n'a certes que cinq titres mais une durée totale de plus d'une heure. L'équation implique forcément que certains titres excèdent les durées conventionnelles... Bingo ! Mises à part les 3'45 de guitares acoustiques pastorales du bien nommé « Rêveries », on trouve deux beaux bébés affichant respectivement dix (« Embers ») et dix-neuf minutes (« Smouldering Darkness ») et, dominant le tout de ses vingt minutes passées, on doit affronter le grand frère, assez judicieusement baptisé « Monolithe ». La biographie affichant l'étiquette Funeral Doom Death, on peut légitimement s'attendre à des lourd, à du très lourd même ; de même qu'on peut craindre une musique unidimensionnelle, uniquement axée sur l'épaisseur et la répétition.

On ne va pas nier que la batterie ponctue pesamment des tempos généralement lents, parfois médiums ; mais comment ignorer ces rythmes qui évitent soigneusement le monolithisme systématique au profit d'une approche intense, davantage héritée du Death Metal que du Funeral Doom. On subit occasionnellement des accélérations féroces et épiques, qui ne dépareraient pas complètement dans un contexte Black Metal. Les lignes de basse préfèrent un son métallique et des mouvements agiles, plutôt que se contenter de produire un substrat ultra-grave. Bien qu'âpres et pourvoyeuses de riffs massifs, les guitares ne rechignent pas à proposer des mélodies tordues et acides ou de plus classiques riffs en trémolos qui, encore une fois, soulignent un cousinage fructueux avec le Black Metal.
Il en va de même avec les vocaux qui relèvent majoritairement du guttural caverneux, mais qui s'entremêlent avec des prurits aigres, agressifs et haineux, tirant derechef une partie de l'identité de EPITAPHE vers un Black malsain.

Outre ces qualités d'interprétation, on se doit se souligner la capacité à produire des compositions agencées en séquences successives, riches en cassures et en changements de rythmes, de tempos et d'ambiances. On pourrait tout à fait estimer qu'il y a à l'oeuvre une logique progressive, techniquement maîtrisée, bien mise en valeur par une production équilibrant plutôt bien le souci de l'impact maximal et la persistance d'un rendu faussement chaotique.

On tient là un premier opus qui affirme avec verve une saine et haute ambition, portée par un groupe qui s'est donné les moyens d'être à la mesure de ces buts peu communs. Impressionnant !

Alain Lavanne



Date de sortie: 06/2019

Label
: Aesthetic Death

Style: Blackened Doom Death Métal

Note: 17/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player