Accueil

Kaosguards

 

DEATHSPELL OMEGA "The Furnaces Of Palingenesia" (France)

DEATHSPELL OMEGA The Furnaces Of PalingenesiaMine de rien, « The Furnaces Of Palingenesia » marque la vingtième année de production musicale  de DEATHSPELL OMEGA, le groupe s'étant formé en 1998 mais ayant enregistré sa première démo l'année suivante.

Deux décennies au cours desquelles ce projet n'a jamais rien galvaudé : pas plus la complexité et l'esprit d'avant-garde de son Metal que l'aura d'anonymat qui l'entoure. Et ce n'est pas avec cet album ô combien impressionnant que DEATHSPELL OMEGA va déchoir !

D'aucuns ont pu reprocher au projet une approche par trop complexe et hermétique. Approche à laquelle DEATHSPELL OMEGA renonce moins que jamais mais, dans le cas présent, la maîtrise instrumentale se trouve idéalement mise en son. Si la prise de son demeure suffisamment abrasive et vibrante, le mixage assure une exposition maximale de chaque élément, pour un résultat final d'une efficacité carrément effrayante. Ce constat s'avère particulièrement palpable dans les passages au cours desquels DEATHSPELL OMEGA ralentit le tempo : on entend un Metal certes intensément menaçant, franchement oppressant, mais aussi parfaitement majestueux. Satan sait que les accélérations sont ici particulièrement vertigineuses, d'autant plus périlleuses qu'elles sont truffées de chausses-trappes techniques abordées avec un aplomb jamais pris en défaut ; pour autant, on n'entend jamais la moindre cacophonie, on subit chaque impact avec limpidité, précision et puissance.

De même, si les guitares se font plus souvent qu'à leur tour dissonantes et acides, il n'en demeure pas moins que les rythmiques affichent un aspect particulièrement tranchant, notamment par le biais de cette batterie pointilleuse et de ces riffs sadiquement tranchants. A ce stade, il est criminel de cantonner DEATHSPELL OMEGA aux seules délimitations du Black Metal, fusse-t-il qualifié d'avant-gardiste. Le groupe transcende ses racines et annexe sans coup férir les étendues arides du Death Metal technique. Assertion d'autant plus valable que les vocaux prennent soin d'éviter les banalités criardes du Black Metal au profit d'un registre plus grave, plus rauque, dangereusement articulé. C'est à peine si, de temps à autre, le ton s'apaise pour se faire plus rampant ou plus plaintif.

Nous avons donc un son magnifique, une interprétation qui force le respect, une variété stylistique, un équilibre mirifique entre complexité et efficacité, reste à souligner la qualité des compositions. Car DEATHSPELL OMEGA ne se contente pas d'impressionner le chaland en enquillant des plans plus techniques et véloces les uns que les autres ; il est bel et bien question ici de morceaux patiemment pensés, agencés selon un principe d'imbrication de séquences et d'ambiances contrastées (de la franche brutalité à la menace toute en reptation, en passant par un désespoir ultime). Les groupes qui font montre de complexité et de technicité se laissent parfois aller à certaines facilités, notamment en étalant leurs compétences au fil de titres excédant les durées raisonnables. Les onze titres de « The Furnaces Of Palingenesia » demeurent fort heureusement circonscrits dans des formats n'excédant pas les 5'30, choix tactique qui assure un impact d'autant plus rugueux.

Histoire de donner des repères relativement grand public, et même si la démarche de DEATHSPELL OMEGA se suffit à elle-même, quiconque apprécie MORBID ANGEL, EMPEROR ou même MESHUGGAH ne peut raisonnablement ignorer un tel monument qui semble vouloir illustrer, non pas tant la fin du monde, mais bien son organisation méthodique et brutale à partir du Chaos initial. Essentiel.

Alain Lavanne



Date de sortie: 24/05/2019

Label: NoEvDia

Style: Métal avant-gardiste

Note
: 20/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player