Accueil

Kaosguards

 

URZA "The Omnipresence Of Loss" (Allemagne)

URZA The Omnipresence Of LosIl faut scruter attentivement la saisissante pochette de ce premier album de URZA pour tenter de saisir ce qui peut bien motiver ce quintette berlinois à pratiquer un Death Doom Metal en mode Funeral !

On aperçoit en effet la frêle silhouette d'un quelconque prêtre brandissant un bâton surmonté d'une croix, juché sur une proéminence rocheuse sombre (à moins qu'il ne s'agisse d'un amas gazeux délétère) qui se découpe à peine sur fond d'un ciel d'une noirceur apocalyptique, percé en son centre par des raies d'une lumière qu'on devine plus destructrice qu'apaisante. Mon hypothèse est que nos braves garçons qui constituent URZA ont voulu tenté de mettre en musique les forces telluriques implacablement à l’œuvre, la noirceur implacable entourant le personnage étant vaguement contrastée par cette lumière de fin du monde.

Pour ce qui d'apporter la lourdeur, le côté caverneux, on peut compter sur l'inspiration Doom Death : riffs titanesques au rendu grondant, batterie pesante, vocaux gutturaux mais encore relativement articulés. La lenteur ne suffisant pas, la part Funeral Doom impose une extrême lenteur, dont il faut souligner qu'elle se trouve convenablement animée par la batterie : rien de particulièrement fou ni trépidant mais on échappe tout de même au minimum métronomique. Par ailleurs, des arrangements, voire des plages atmosphériques ponctuent judicieusement les cinq immenses compositions, créant des zones de contrastes bienvenues et renforçant paradoxalement le sentiment d'écrasement qui s'empare de l'auditeur.

Excroissance maximaliste et atmosphérique du Doom Death, le Funeral Doom se trouve ici régénéré par son parent, signe que URZA vise à imposer une marque qui lui est propre dans des sous-genres extrêmement balisés.

Alain Lavanne



Date de sortie: 15/03/2019

Label: Solitude Productions

Style: Funeral Death Doom

Note: 16/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player