Accueil

Kaosguards

 

EUCLIDEAN "Quod Erat Faciendum" (Suisse)

EUCLIDEAN Quod Erat Faciendum« Quod Erat Faciendum » (ce qu'il fallait démontrer, en latin) constitue de facto le premier album de ce quartette originaire de Neuchâtel (Suisse).

Pour autant, il est le fruit d'une maturation relativement longue puisque les huit morceaux qui le composent ont été enregistrés entre 2015 et 2017, par le groupe lui-même, dans son propre studio de répétition. Il s'agit en quelque sorte de la somme des efforts créatifs du groupe depuis sa genèse, déjà disponible depuis fin 2017 en téléchargement numérique et désormais en format physique (avec une illustration différente).

Nous venons d'évoquer le processus d'auto-production intégrale qui a présidé à la destinée de « Quod Erat Faciendum » mais il ne faut pas craindre on ne sait quel amateurisme ou déficience dans la mise en forme. EUCLIDEAN a su en effet se doter d'un son massif, puissant et pourtant clair et surtout pas clinique mais vibrant.

Stylistiquement parlant, EUCLIDEAN se trouve la plupart du temps affublé de l'appellation Post Black Metal, voire Black Metal progressif, ce qui ne s'avère pas erroné. Pour autant, l'héritage Post Hardcore et Post Metal pèse au moins aussi lourd dans la balance. Du Black Metal, EUCLIDEAN a retenu un goût pervers pour les riffs en trémolos rêches et acides, à ceci près que le groupe se garde bien de les asséner à toute vitesse, préférant les égrener de manière distincte et obsédante. Par ailleurs, ce côté aigre et acide de certaines parties de guitare se trouve contrebalancé d'une part par des riffs aplatissants et granitiques, d'autre part par des mélodies simples mais entêtantes. Même si elles ne sont pas totalement absentes, les guitares distordues si caractéristiques du Post Metal et du Post Hardcore cèdent ici le pas à des schémas rythmiques et mélodiques qui produisent un effet de fascination à mi-chemin entre angoisse, beauté dépouillée et prurit agressif. On retrouve le genre d'équilibre qu'avait atteint ISIS sur sa fin de carrière.
La section rythmique se charge quant à elle d'apporter une épaisseur et une lourdeur qui ancrent l'ensemble dans des profondeurs telluriques, tout en assurant une diversité de rythmes et de tempos au fil de composition souvent longues et tortueuses (on parle tout de même de quatre compositions s'étageant entre huit et plus de quinze minutes!).

Ecorchés et rauques, les vocaux relèvent aussi bien de la rauque sauvagerie misanthropique du Black Metal que de la douleur viscérale propre au Post Hardcore (encore et toujours dans l'esprit de NEUROSIS). Même si le procédé n'est pas franchement inédit, il faut bien avouer que le résultat se fait souvent paroxystique, contribuant largement à l'intensité du tout, à parité avec une instrumentation, on l'a vu, déjà fort riche en la matière.

Si l'on part du principe que « Quod Erat Faciendum » cèle les débuts de EUCLIDEAN et que le groupe possède forcément des marges de progression et de diversification, on peut d'ores et déjà affirmer que les suites discographiques ne manqueront pas d'intérêt.

Alain Lavanne



Date de sortie: 09/02/2019

Label
: Division records

Style: Post Black Métal

Note: 17/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player