Accueil arrow Live Reports arrow AMORPHIS + Soilwork + Jinjer + Nailed To Obscurity au Transbordeur le 10/02/2019

Kaosguards

 

AMORPHIS + Soilwork + Jinjer + Nailed To Obscurity au Transbordeur le 10/02/2019

Une semaine après notre report qui avait vu la prestation de POWERWOLF, la SAS Concerts remettait le couvert avec une soirée complètement différente au niveau du style. Exit le heavy et place à des formations plus extrêmes. Nailed To Obscurity, Jinjer, Soilwork et AMORPHIS étaient convoqués dans un Transbordeur encore copieusement garni.

Nailed To Obscurity est un groupe Allemand qui vient de décrocher une signature avec le géant Nuclear Blast. Paré de son doom mélodique qui renifle Insomnium et Opeth à plein nez, il est un groupe parfait pour ouvrir une soirée tant sa musique est intéressanté à plusieurs égards. Si la progression se fait jour au fil des années on devrait être en présence d'un espoir du genre.


Jinjer possède dans ses rangs une chanteuse qui est comme d'usage est mise en avant. Et ma foi elle fait le job en hurlant et maîtrisant comme il se doit les codes de la scène. A l'aise comme un poisson dans l'eau le metal moderne des Ukrainiens commencent à faire son chemin dans le coeur des fans. Jinjer laboure le terrain depuis quelqques années et le temps de la récolte est enfin venu.

Soilwork lui est plus typique dans son style "made in Sweden", pays dans lequel on a vu se dévellopper l'extrême mélodique par le biais de wagons de groupes. Fan de la première heure Björn "Speed" Strid et ses copains m'avaient séduit par leur coté "brut de décoffrage", mais il faut bien avouer que les temps ont changés. Les derniers albums font la part belle à une musique qui se retrouve policé (trop?) et qui tire sur des mélodies tellement omniprésentes qu'elles en deviennnent envahissantes. De fait l'impact des morceaux s'en trouve réduit par des morceaux qui en ce qui me concerne sonne un peu trop guimauve. Tout est en place rien à dire mais show qui ne transcendera que les ultras du groupe.

Image

La tête d'affiche pouvait investir via un décor impressionant la grande scène du Transbordeur. Immense backdrop et marteaux de Thor XXL ornaient les planches même si pas le moindre viking n'a colonnisé la Finlande pays d'origine d'AMORPHIS! Pas grave, c'est un gimmick qui permet de ranger AMORPHIS parmi les formations Scandinaves qui comptent en 2019. Ces musiciens dès les premières chansons savent conquérir l'auditoire à la tête d'une musique qui manie avec habileté un savoir-faire mélangeant musique progressive et death mélodique avec un égal bonheur. Tomi Koivusaari module sa voix au gré des besoins et la pousse dans un grogenment sourd comme dans la mélopée avec une facilité déconcertante. Les titres s'égrennent sans que la lassitude ne pointe le bout de son nez.

 Image

Toutes les périodes de la discographie sont balayés prouvant que la formation Finlandaise n'a pas de leçons à recevoir de quiconque pour envoyé son death travaillé comme de la porcelaine de Limoges. Cette savante mixture s'en retrouve bonnifiée grâce à des musiciens qui comptent XXX annnées d'expérience au compteut et clairement ce soir cela ressort de façon éclatante. Sorte d'expérience sensorielle le show d'AMORPHIS envoute en même tmeps qu'il rassénère et c'est il faut le dire un groupe unique qui n'a pas vraiment de concurrent sériueux. Un belle démonstration qui ne nous a pas fait regretter d'enfin les voir en tête d'affiche à Lyon.

Image

Il fallait être là ce 10 février et nous y étions grâce à la SAS Concerts que nous remercions pour ses accréditations du fond du coeur. A la prochaine messieurs!

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player