Accueil arrow Chroniques Albums arrow MAESTUS "Deliquesce" (USA)

Kaosguards

 

MAESTUS "Deliquesce" (USA)

MAESTUS DeliquesceLe groupe dont nous parlons à présent est originaire de l'Oregon, au nord ouest des Etats-Unis et ne doit pas être confondus avec ses obscurs homonymes italiens et polonais.

MAESTUS a d'ores et déjà commis un EP quatre titres intitulé « Scarlet Lakes » (2013, pressage ultra-confidentiel) et un album, « Voir Dire » (2015, à peine moins confidentiel). Grâce à sa signature sur l'excellente écurie Code666, le quintette peut désormais faire montre de davantage d'ambition.

Pour appréhender le projet de MAESTUS, on peut se fier à l'illustration retenue pour « Deliquesce » : MAESTUS pratique un Doom Death atmosphérique sombre mais pas totalement obscur (car lardé d'arrangements de synthés), alternant les profondeurs abyssales et les cimes angoissantes, le tout dans des proportions proches du gigantisme : les quatre compositions de l'album s'échelonnent entre dix et plus de quinze minutes !. Bref, imaginez un environnement constitué d'immenses forêts de conifères, proliférant depuis des temps immémoriaux au gré de reliefs accidentés. On ne peut rêver d'un meilleur symbolisme pour incarner le Doom Death de MAESTUS.

Concrètement, l'auditeur est confronté à des riffs rêches et lapidaires, à des lignes de basse tendues, à une batterie aux sonorités certes peu câlines mais au jeu intense. L'aridité de l'ensemble se trouve idéalement renforcée par les vocaux majoritairement caverneux et inarticulés, très souvent concurrencés par des incursions dans l'aigreur vénéneuse propre au Black Metal, plus rarement contrebalancés par quelques inserts en registre clair.

Cela dit, MAESTUS a compris que ni le gigantisme, ni la noirceur absolue n'avaient d'intérêt absolu, sauf à leur apporter un contraste qui les renforce. C'est à cette tâche que s'attellent les arrangements de claviers (aux sonorités très 90's) et les velléités basiquement mélodiques des guitares. Dans le même ordre d'idée, la lourdeur et la lenteur majoritaires se trouvent secouées par des accélérations salvatrices, qui s'assimilent à autant de séismes bouleversant le paysage. Du coup, le Doom Death porté sur le gigantisme de MAESTUS se trouve animé par une dramaturgie bénéfique, au gré de contrastes parfaitement maîtrisés.

Voilà qui peut tout autant intéresser les amateurs de MY DYING BRIDE, de WOLVES IN THE THRONE ROOM et de THERGOTHON.

Alain Lavanne

 

Date de sortie: 08/02/2019

Label: Code666

Style: Doom Death Métal atmosphérique

Note: 16/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player