Accueil

Kaosguards

 

KENOS le 03/02/2019

KENOSInterview réalisée avec K par mail.


Le black métal est loin s'en faut une musique emprunte de linéarité. Des genres , des sous-genres se créent en permanence. Sur cette base solide un artiste a décliné une variante qui à l'instar d'un Forgotten Tomb en son temps ébranle le milieu Black. Envoutée par cette oeuvre la rédaction a voulu en savoir davantage sur cette entité à la fois mystique et tellurique.

 

1- Salut à toi, présentes-nous ce projet dont tu es à l'origine et qui compte selon mes informations un autre musicien...

Salut, je suis K. de Kenos. C'est à la base un projet solo que j'ai commencé en 2014, déçu de quelques expériences en groupes qui s'étaient pas bien passées. Je compose absolument tout, et effectivement mon ami Maelstrom (Sunnudagr, Solventis, ex-Opprobre) me fait les sessions de basse parce que je n'en ai pas !

2- KENOS est un mot tiré du Grec (c'est ce qui m'a attiré lorsque j'ai découvert votre groupe car je suis un féru de cette civilisation) qui signifie le vide. Est-ce qu'il y a un concept particulier dans le choix de ce patronyme?

Kenos est passé par plusieurs noms avant d'officiellement s'appeler ainsi. Je voulais un nom marquant, dont la signification même interpelle. La civilisation grecque antique a une mythologie, assez simple lorsqu'on en effleure la surface (celle qu'on t'apprend en cours d'histoire au collège en France en tout cas). Et puis quand tu vieillis, tu reviens sur des choses que tu crois connaître, tu y revois des degrés de lecture, lourds de sens. Et tu découvres aussi d'autres bouts dont tu ne connaissais rien avant ! Le mysticisme façon grecque, je le trouve bien plus passionnant que par exemple, le Nordique très populaire. C'est bien sûr une préférence personnelle, aucune supériorité dans un sens ou dans l'autre, mais l'un résonne bien plus en moi.
J'ai donc fait des recherches, et j'ai trouvé le mot Kenos [note : le sigma ne passe pas dans le format .txt]. Rien que sa graphie m'interpelle. Et sa signification, "le vide". Rien ne m'effraie plus que cela.

3- Ton Black métal est à des années-lumières de la musique d'opérette que l'on entend à longueur d'années. Elle est faite de dissonances, de moments doom et s'accélère brutalement. Explique-nous un peu comment te viennent toutes tes idées.

Merci beaucoup ! Quand je compose, j'essaie simplement de trouver des mélodies, des motifs rythmiques qui résonnent en moi, qu'importe l'instrument. Cela peut partir d'un rythme de batterie, d'une ligne de basse basique, d'une mélodie à la guitare. J'essaie de trouver ce qui fonctionne le mieux autour. Si je ne trouve pas, je le note dans un coin. Et je laisse mûrir. Je reviens dessus quelques semaines, voire mois après. Pour voir si ça fonctionne toujours à mon oreille. Et là tout peut arriver. Parfois je trouve ce qui manquait à mon idée orpheline, parfois je les ajuste un peu pour améliorer. Parfois je fous des morceaux entiers à la poubelle. Je veux composer quelque chose qui simplement me correspond, et que j'apprécie. Parfois c'est dur à le faire sortir, mais les phases de composition restent mes moments favoris.

4- Je suppose que tes paroles ont un rôle prépondérant dans cette oeuvre?

Bien sûr. Le message est important, quelle que soit la musique. Je voulais faire d' "Inner Rituals" un album concept en premier lieu. J'ai eu tellement de mal à écrire les textes. Et puis à un moment, j'ai réalisé qu'il fallait que j'écrive comme je compose. Ce que je ressens. C'est devenu tout de suite beaucoup plus clair.

5- Dans un style différent, cette noirceur m'a fait penser aux premiers albums de Forgotten Tomb. Quels sont les groupes qui t'ont inspiré?

Et bien, c'est à la mode de leur cracher dessus, mais Behemoth est mon groupe favori, toutes périodes confondues. J'imagine que cela s'entend, mais j'ai bien sûr eu d'autres influences. Celtic Frost et Tryptikon pour beaucoup m'ont montré que la lenteur avait autant d'intérêt que la vitesse. J'ai après beaucoup évoluer dans mes écoutes depuis la composition du premier album, et pas mal de choses n'ont plus rien à voir désormais, notamment du jazz, du krautrock, du mathcore...

6- J'ai regardé ton clip et il m'a franchement empli. Explique-nous dans quel lieu ("magique" de noirceur et de tellurisme) a-t-il été tourné, son synopsis?

Merci beaucoup. Je suis content qu'il te plaise. Je vais inverser l'ordre de ta question et d'abord parler du concept puis après du lieu ! Je vais essayer de rester assez vague, car ça doit rester libre d'interprétation, mais l'idée de "Light" c'est de se confronter aux parties de soi qu'on hait. De choisir d'y faire face ou pas, puis de les accepter.
Pour ce qui est du lieu, il s'agit d'un fort abandonné sur la côte du Finistère. Totalement libre de visite, à tes risques et périls de traverser le pont en cas de tempête. Le projet de clip est dans les cartons depuis un certain temps, et j'avais besoin d'un lieu avec cette essence magique comme tu dis. J'en avais trouvé un, mais j'ai déménagé assez loin au mois de septembre, j'ai dû reprendre mes recherches, plus près de là où j'habite désormais. J'ai simplement énormément de chance que la Bretagne regorge de tels trésors.

7- On parlait un peu plus haut de la scène black métal qui a été selon moi complètement dénaturée ces dernières années. Que t'inspire-t-elle désormais?

La musique m'inspire encore énormément. 2018 a vu sortir, des pelletées d'albums de qualité - malgré des gens disant le contraire. Le Kriegsmachine sorti sans annonce, me retourne encore la tête.
Que la scène soit dénaturée après... Je n'ai pas vécu les 90s, le fameux "âge d'or". Objectivement, les choses ont changé, Internet a permis d'accélérer énormément de choses, et maintenant en trois clics on se fait des albums et on finit par avoir une "culture". Moi c'est grâce à ça que j'ai fait la mienne, je ne suis pas contre.
Y'a des trucs qui m'emmerdent après.
Pour le premier, je pense c'est plus lié aux gens qu'à Internet et à la surmédiatisation. Il y a indéniablement un effet de mode autour du black. Je pense que les gens superficiels s'en iront quand la mode s'en ira.
J'ai après un problème avec la surpolitisation de la scène BM ces dernières années. Chacun ses convictions certes, mais quand on ne déguise même plus son militantisme, alors que d'uncôté on essaie de s'en dédouaner, ça me fait simplement gerber. Cela aussi, j'espère que ça finira par s'arrêter.

8- Ton single "Atlantis" est sorti en 2016. Comment se fait-il qu'il y est eut autant d'écart entre les deux "accouchements"?

Pour plusieurs raisons en fait. Déjà mes études supérieures me prenaient énormément de temps à côté. J'avais fait une production moi-même, et j'étais en dialogue avec une petite autre structure me plaisant pas mal, mais ils la trouvaient largement améliorable. Débutant dans le mixage, j'ai fait appel à mon ami Maelstrom pour qu'il m'en refasse une toute neuve, et meilleure car il a plus d'expérience que moi dans le domaine. Et, il a mis un certain temps à la faire lui aussi, il a sa vie professionnelle à côté également. Au final, la collaboration ne s'est pas faite avec l'autre structure, car ils avaient beaucoup de projets à faire de leur côté également, et peut-être que je n'avais pas été assez impliqué, je n'en sais rien. Ensuite, je n'ai pas spécifiquement beaucoup démarché, du fait de plein d'occupations entre fins d'études, travail et autres.

9- J'ai regardé un peu le site de ton label, il semble que cela soit une jeune structure?

Oui! Un beau matin, Tristan, le gérant, cherchait à la lancer !  Il était à la recherche de groupes, je lui ai envoyé l'album, puis ça s'est fait !

10- Le trident qui symbolise tes visuels est-il lui aussi conceptuel?

Oui ! Mais je préfère laisser cela aux interprétations des auditeurs !

11- Je suppose que vu ta configuration il n'est pas envisagé de transposer ton concept sur une scène?

Bien au contraire ! C'est juste énormément de logistique car j'ai des updates de matos à faire de mon côté, et de réseautage pour trouver des gens motivés. Si par ailleurs des gens lisent ceci et sont intéressés, n'hésitez pas à m'envoyer un mail ! Kenos apparaîtra en live un jour, je ne sais simplement pas vraiment quand...

12- Travailles-tu déjà sur du nouveau matériel? Que réserve l'avenir à KENOS ?

J'ai déjà un autre album de composé, je vais l'enregistrer très prochainement. Après, on verra bien. J'ai d'autres idées pour la suite encore, mais, j'ai bien d'autres choses à faire pour le moment.

13- Y-a-t-il autre chose que tu voudrais ajouter?

Un énorme merci à toi pour l'entretien. Un énorme merci aux lecteurs, et aux gens qui supportent le groupe. Restez à l'affût, la suite arrive !

 

 
Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player