Accueil arrow Live Reports arrow POWERWOLF + Amaranthe + Kissin'Dynamite au Transbordeur de Lyon le 28/01/2019

Kaosguards

 

POWERWOLF + Amaranthe + Kissin'Dynamite au Transbordeur de Lyon le 28/01/2019

Alors que le Transbordeur de Lyon s'était rempli voilà dix jours de toutes les hordes de fans d'"extreme métal" avec Behemoth et At The Gates; il était temps d'accueillir tous les heavy métalleux!

À en juger par la file d'attente et les informations parvenues à mes oreilles la célèbre salle de concerts de la capitale des gaules affichera en ce 28 janvier complet, archi complet... La tête d'affiche POWERWOLF se produit pour la première fois sur ces terres et voici cinq six ans il m'aurait été difficile de croire à une telle ascension des Allemands qui les situent au niveau d'un Sabaton ou d'un Helloween en terme d'affluence.

Il faut dire que la production a ratissé large en proposant une affiche qui réunit des hard glammers (Kissin' Dynamite), du métal pop à chant féminin (Amaranthe) et enfin POWERWOLF l'empereur du heavy mélodique.
                                                                                                            Image


En entrée de ce plat appétissant débarque de sa Germanie natale Kissin Dynamite et sa musique calibrée plutôt hard US malgré le fait que les bougres soient originaires du Baden-Württemberg (région mitoyenne de l'hexagone). Voilà plusieurs albums que je suis interpellé par ce quintet qui connait son sujet sur le bout des doigts. C'est d'une efficacité chirurgicale et d'un enthousiasme surprenant. Il est fort à parier que ces p'ti gars ne vont pas tarder à investir en headliner les différentes scènes en Europe et ailleurs certainement.
                                                                                                                    

                                                                                                            Image


Amaranthe, autant le déclamer de suite lui ne provoque pas en moi une attente démesurée car je me suis toujours intérrogé quant à la finalité des intentions des Suédois. Trois chanteurs sur scène en la personne de deux hommes et une femme cela devrait sonner "carton"! Elize assène son chant mélodique tandis que les deux "mâles" se répartissent les voix claires et growls. Première impression: les rythmiques empruntées au show des NRJ Music Awards me consternent à un point que je trouve ce concept particulièrement hors de propos dans un concert de métoooooooool! Comme habituellement avec nos amis Scandinaves zéro reproche en ce qui concerne l'exécution, mais bon sang que cela sonne pop. Après tout Within Temptation a séduit les foules avec une musique semblable...

C'est un doux euphémisme de dire que la "troupe de loups" étaient attendue avec impatience par un Transbordeur maintenant rempli comme rarement. Fort de son "The Sacrament Of Sin" sorti en 2018 la bande à Attila entre en scène avec un capitale symphatie exceptionnel. La "fusion nucléaire" opère dès les premières mesures et la fosse se transforme en magma informe ou se mêle pogoteurs, headbangers et adeptes du "wall of death".


                                                                                                                      Image


C'est un auditoire conquit d'avance qui va manger dans la main du charismatique chanteur grimé comme ses comparses en créature mi-bêtes mi-hommes. Les nouveaux titres s'insèrent à merveille dans la set list qui est d'une cohérence exemplaire. La force de POWERWOLF est de se mettre dans la poche ses fans et ce avec plusieurs artifices. Le premier c'est de s'exprimer fréquemment en Français ce qui rencontre un succès incontestable et installe immédiatement une proximité et une complicité de bon aloi.

Le second est contenu dans le concept intrinsèque de la musique des Germains. Ces gimmicks empruntés à la liturgie chrétienne qui aurait été détournée par des hérétiques font fureur. Les incantations, les libations, les références spirituelles emballent tous les fans qui sont venus pour cela. Rajouter à cela une énorme dose d'humour pour communiquer avec le parterre devant la scène, les gradins et vous aurez toutes les recettes d'un succès indéniable. On se prend à rire fréquemment aux boutades des frontmen instaurant ainsi une bonne humeur qui fait plaisir à voir.

POWERWOLF maitrise tous les codes qui font que le courant passe immédiatement avec les fans et il faut dire q'une ce premier mois de l'année ils leur ont rendu au centuple. Une musique sans failles, des musiciens heureux d'être sur les planches , une salle bondée, des metal freaks aux anges, que demander de plus à notre musique? Sinon de nous faire revivre à l'infini des moments comme ceux-ci.

Un grand merci à Marion de la SAS Concerts avec qui Kaosguards travaillait pour la première fois et à monsieur Laurent "Smacks" pour son aide précieuse!

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player