Accueil arrow Chroniques Albums arrow ALASTOR "Slave To The Grave" (Suède)

Kaosguards

 

ALASTOR "Slave To The Grave" (Suède)

ALASTOR Slave To The GraveVous ne pourrez pas dire que www.kaosguards.com ne vous avait pas prévenus ! Dès la parution en 2017 du premier EP trois titres du gang suédois ALASTOR (ici ),  nous annoncions de facto qu'il allait falloir compter sur ce groupe en matière de Doom Metal traditionnel, avec une forte tendance au psychédélisme.

Après avoir livré un second EP deux titres la même année (« Blood on Satan's Claw »), le groupe affronte enfin l'épreuve du premier album, joyeusement baptisé « Slave To The Grave ». Riche de six compositions (plus une introduction), cet album ne comporte que du matériel inédit et conforte haut la main nos estimations initiales sur le potentiel du groupe.

Plus que jamais, ALASTOR se voue corps et âme à la cause du Doom Metal classique, fortement marqué par l'extrême saturation des riffs et des lignes de basse, ainsi que des solos de guitare typiques des préceptes du maître Iommi. Qui plus est, le groupe n'hésite pas à avoir recours à des arrangements d'orgue Hammond, qui renforcent l'épaisseur de l'ensemble, tout en lui adjoignant une dimension encore plus brumeuse. Clair et modulé, le chant se trouve également filtré par des effets qui lui confèrent de l'écho et un filtre saturé.
Cette combinaison de saturation et d'écho accrédite la dimension psychédélique propre à ALASTOR, qui trouve ses racines dans les fondamentaux du Heavy Metal primordial des années 70.

La lenteur se trouve être une composante essentielle du Doom Metal, mais, en l'occurrence, ALASTOR sait contourner le risque inhérent à ce paramètre, à savoir la monotonie. Notamment grâce à un jeu de batterie varié et mobile, le groupe parvient à insuffler de la diversité et de la dynamique dans son plan rythmique, notamment grâce à des variations de tempos et de rythmes. Avec une telle animation rythmique, ALASTOR peut se permettre de viser une frange du public Stoner, pas rebutée par le patrimoine Metal.

En une occasion, ALASTOR délaisse sa carapace de saturation, lors des plus de huit minutes de Gone, long pavé acoustique où deux chants, l'un masculin, l'autre féminin, mêlent leur mélancolie. A cette occasion, on ne peut que relever les atouts majeurs du groupes, à savoir son interprétation évocatrice, mais surtout sa capacité à écrire des compositions rythmiquement structurées, rehaussées par des mélodies solides et franches.
Ce talent dans le domaine de l'écriture s'avère d'autant plus indispensable que les compositions, à deux exceptions près, affichent des durées respectables. Au bout du compte, la maîtrise des compositions, de l'interprétation et de l'architecture sonore compensent très largement le classicisme du corpus musical, visuel et conceptuel.

Alain Lavanne



Date de sortie: 31/10/2018

Label
: Riding Easy Records

Style: Doom Métal psychédélique

Note: 17/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player