Accueil

Kaosguards

 

GORGON le 03/12/2018

ImageInterview réalisée par mail avec Chris.

GORGON! Un nom qui résonne dans les oreilles que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître... Et pour cause le groupe de Black Métal Sudiste a été fondé en 1991. Précurseur de cette scène sur notre territoire l'entité n'avait rien sorti depuis "The Spectral Voices" en 2000. "Revenu d'entre les morts" nous ne pouvions passer à côté d'en savoir plus par le biais de son fondateur qui dissèque son nouvel opus tant attendu...

 

1- Salut à toi, j'ai été surpris de ce retour car il faut préciser pour ceux qui ne vous connaissent pas que GORGON a cessé de sortir des albums depuis l'année 2000. Qu'est-ce qui a fait que cette entité est de retour?

Bonjour à toi également et merci pour cet espace que tu m’offres pour expliquer que ce retour s’est fait naturellement. J’allais voir des concerts de groupes dits de « black metal » et ce que je voyais, ce n’était pas pour moi, c’était des musiciens qui faisaient du black ou un style s’en rapprochant, mais il n’y avait pas l’esprit. C’était à prendre au second degré pour eux, il n’y avait pas l’âme. Aussi j’ai voulu voir si je pouvais toujours composer comme avant, pour montrer comment ce doit être selon moi, et de fil en aiguille des idées se sont mises en place.

2- Tu n'es pas sans savoir que depuis votre "absence" le monde du black métal a considérablement évolué. Les groupes se sont multipliés comme les pustules sur un lépreux! Comment comptes-tu démarquer de la masse dans un "music business" qui est devenu complètement dingue au niveau des sorties?
       
C’est même largement au-delà de ce que j’imaginais. J’écoute régulièrement de nouveaux groupes grâce à internet, je laisse une chance à tout le monde, peu importe la nationalité ou la notoriété, et j’en découvre en permanence. Il y a vraiment une saturation extrême dans le style, sans mauvais jeu de mots. C’est standardisé musicalement, toujours pareil, les groupes se copient entre eux. Aussi de mon côté, comme toujours, je me suis mis à jouer pour voir ce qui sortait de ma guitare et j’ai trouvé que cela tenait la route. J’ai continué dans cette voie sans me préoccuper de toutes ces sorties d’albums dont tu parles, que j’écoutais pourtant comme noté à l’instant, mais dont je ne désirais pas imiter la direction. Un exemple va te faire comprendre ma façon de voir : Il y a un peu plus d’un an, j’étais chez un musicien d’un groupe local dit de « black » et il me fait écouter un groupe des pays de l’Est (il me semble) qui ne faisait que du blast. Je lui fais remarquer que je ne raffole pas spécialement du blast et il me répond : « Ben maintenant tout le monde fait ça ». Alors sous prétexte que « tout le monde fait ça » il faudrait que GORGON fasse pareil ? Non, suivre ce qui est à la mode ce n’est pas ma vision. Si à mes yeux un morceau nécessite du blast, il en aura, mais si un autre rythme lui convient mieux, on va plutôt inclure ces parties de batterie sans se préoccuper de ce qui est « populaire ».

3- Tu vas sortir un nouvel album le 25 janvier chez Osmose Productions, comment décris-tu la musique qui est présenté sur l'enregistrement et en quoi est-ce différent du contenu que vous avez déjà sorti?

C’est clairement du black metal, mais selon moi plus brutal que ce que l’on faisait avant. Il y a toujours cette même énergie mise au service des morceaux, cela « attaque » pratiquement en permanence. C’est également une suite de titres alternant mid-tempo, parties rapides ou mélodies, on pioche dans tout ce que le spectre « black métal » peut proposer à mes yeux.

4- La pochette de ton nouvel album couvrent des thèmes liturgiques, peux-tu nous en dire un peu plus sur ton intérêt pour ces sujets?

Elle a été réalisé par un artiste qui s’est proposé de mettre son talent à mon service et j’ai accepté. Il avait carte blanche sur pas mal de choses car j’aime bien aussi avoir une vision extérieure sur ce que nos collaborateurs peuvent apporter au groupe, plutôt que de les enfermer dans ma vision et de négliger d’autres aspects auxquels je n’aurais pas pensé.  C’est donc lui qui concocte cet assemblage d’éléments liés à l’occultisme et au religieux. Bien sûr j’ai approuvé, car cela change des visuels plus « classiques », auxquels j’avais d’abord pensé, et qui étaient eux plus dans mon centre d’intérêt.

5- Quels sont les sujets abordés par le groupe avec ta nouvelle "livraison"?

Les thèmes habituels du style ont eu ma préférence, à savoir la sorcellerie, la mort, le satanisme, la guerre, les forces du mal et le côté sombre en général. Le fait de rester dans des thématiques connues et déjà utilisées dans le passé ou par d’autres ne me gêne pas. Ce sont quasiment les seuls sujets qui à mes yeux font grâce pour une formation de black métal. Il ne peut en être autrement. Trop de formations prétendent faire du black metal et présentent des lyrics « hors sujet ». Il peut y avoir une exception sur un texte une fois, mais quand toute l’œuvre aborde des aspects politiques ou sociaux, ce n’est plus du black métal. C’est autre chose. Ce n’est pas être étroit d’esprit ou vouloir imposer une vision dictatoriale du black, mais je vois et j’entends trop de conneries. Il y a quelques mois a joué dans le coin un groupe prétendant faire de l’« anarchy black metal ».  C’est incroyable le niveau de bassesse dans lequel le style a été plongé et dont certains cherchent à se démarquer en inventant de nouvelles formules ridicules. Demain on aura droit à quoi ? « Chasse, pêche et tradition black métal » ? « Démocratie chrétienne black métal »?

6- À l'heure actuelle, il n'y a que deux membres dans le groupe. Envisagez-vous d'élargir la formation à l'avenir ou avez-vous choisi de rester en duo?

Concrètement je suis le seul membre permanent car le batteur qui apparaît sur l’album était juste là pour les sessions d’enregistrement et non pour continuer dans la formation. Il n’est pas inenvisageable que d’autres personnes intègrent le groupe mais à l’heure actuelle ce n’est pas le cas. Si des personnes motivées se présentent et arrivent à s’intégrer ce sera avec plaisir. Être seul était le choix initial pour relancer la machine et avancer à mon rythme mais maintenant un line-up complet et efficace aurait bien évidemment ma préférence.

7- Où vois-tu le groupe se diriger musicalement dans le futur?

De par les nouvelles idées que j’ai déjà mises en place depuis la fin du mixage, je pense que le prochain enregistrement sera dans la continuité de ce nouvel album. C’est en tout cas ce qui ressort des nouveaux plans que j’ai trouvés ces derniers mois, alors que l’album finalisé, j’ai replongé dans la composition au vu du temps libre que j’avais devant moi. Ce ne sera pas une copie, cela n’aurait pas d’intérêt, mais cela devrait être dans le même esprit.

8- Quels sont certains des groupes ou styles musicaux qui ont eu une influence sur votre musique et qu'écoutez-vous actuellement?

Le style musical qui a été à la base du groupe est bien évidemment le black métal sous tous ses aspects et ses ramifications. Je pense aux anciens enregistrements de SAMAËL, ACHERON, CELTIC FROST, BATHORY, BEHERIT, SARCOFAGO ou VENOM.
À l’heure actuelle j’apprécie beaucoup les groupes finlandais SACRIFICIUM CARMEN, KRYPTAMOK ou CURSE UPON A PRAYER. Néanmoins comme noté plus haut, de manière à avoir un avis sur eux, j’écoute aussi beaucoup de groupes dont je découvre la sortie ou leurs anciennes discographies. Je ne reste pas figé à ce que je connais, il y a tellement de choix, j’espère toujours trouver un enregistrement qui saura m’interpeller. Je sais que cela arrive et arrivera de nouveau.

9- Considéres-tu ce nouvel album comme le meilleur à ce jour?

J’ai bien envie de dire oui car il représente vraiment ce que je peux proposer de mieux en 2018/2019. Il ne faut pas oublier également que la découverte d’un album provient aussi du contexte et de la période à laquelle tu l’écoutes et je sais que pour certain, notre premier album restera le meilleur. Cela ne me dérange pas. Tu peux apprécier énormément un album mais malgré tout avoir une préférence pour un autre. En prenant deux exemples connus, tu peux adorer « Season in the abyss » et préféré « Hell awaits ».

10- Alors que les habitudes des auditeurs ont évolués, considères-tu que le black métal doit être un bastion de résistance contre les formats numériques et qu'au contraire il faut encore proposer des productions physiques (cassettes, disques...)?

Je pense même que c’est valable pour le métal en général où il y a pas mal de collectionneurs et de die-hard fans. Les amateurs d'Iron Maiden et consorts par exemple tiennent à leurs disques, c’est les fans « de passage » qui se contentent de musique virtuelle. Il en est de même pour moi, autant j’apprécie d’écouter des formations par internet pour me faire une idée, autant cela débouchera sur un achat si je juge la qualité au rendez-vous. Après il est certain que de par la multiplication des sorties mensuelles, les ventes de disques ne peuvent qu’être que relativement basse pour les labels. Là où dans les années 90 il y avait peut-être 15 ou 20 sorties d’albums de black par mois (et encore cela ferait une moyenne de 200 par an, ce qui me paraît exagérer), maintenant on en a bien 200 mais par mois. Les acheteurs étant éparpillé sur ce nombre au lieu d’être concentré sur une vingtaine, les labels, auxquels on ne pense pas souvent, connaissent aussi des difficultés et se tournent donc naturellement vers le numérique (streaming) pour renflouer leurs investissements.

11- Et en ce qui concerne le téléchargement illégal de musique, quelle est ta position?

Excepté de rares programmes informatiques si j’ai besoin, je ne télécharge pas pour ma part de films, jeux vidéo ou musique. Je n’ai pas de lecteur mp3 portatif, ni de téléphone portable, aussi je n’ai pas besoin d’avoir de musique sur un support hors de chez moi. Je comprends malgré tout que pas mal de personnes le fassent car il y a une telle facilité et un tel choix que c’est tentant, surtout fasse peu de répression qui y est faite. Il y a néanmoins un aspect qui me dérange, c’est le « tout et immédiatement ». Prenons Youtube au hasard, il y a plein d’albums qui sont mis dessus en ligne dès le premier jour de sortie, et ce sans consentement des groupes ou du label qui ne gèrent pas la chose. À l’aspect promotionnel indéniable s’oppose le choix de l’artiste. Si ce dernier avait voulu que son album soit proposé gratuitement en écoute, il l’aurait fait lui-même ou proposer un seul titre incitant à acheter la suite sur Cd, et c’est souvent le cas (par Bandcamp entre autres), mais il y a énormément d’enregistrements offerts en pâture sans aucun accord. Ce n’est pas moral envers les groupes encore en activité.

12- Quels sont les plans pour l'avenir de GORGON? Avez-vous des concerts prévus pour les mois à venir, y aura-t-il une tournée pour soutenir le nouvel album?

Étant seul actuellement, aucun concert et ni tournée n’est envisageable. Si un line-up, même provisoire, dans le seul but de faire des concerts se mettrait en place plus tard, là oui je serais partant pour que l’on se produise en « live ». Comme ce n’est pas encore le cas, je continue de composer pour donner une suite à cet album et ne pas être devant une page blanche au moment voulu. Il sera toujours temps de trier les meilleures idées et donc je préfère amasser les plans. Des retirages d'anciens enregistrements sont aussi prévus...

13- Je n'ai plus de questions, laisses un message pour tes auditeurs et les lecteurs de Kaosguards!

Il y a forcément parmi tes lecteurs des personnes qui nous connaissent de par notre passé et une nouvelle génération pour qui on est qu’un groupe de plus, voir un nouveau groupe. À ces deux catégories notre nouvel album s’adresse sans distinction. Je pense que les premiers se focaliseront sur le bienfondé de notre retour et de notre présence en 2019 validés par le respect de notre style. Pour les plus jeunes ce sera l’option « découverte » tout comme on a pu le faire nous-même dans le passé pour d’autres formations. Étant confiant dans le travail présenté je les remercie par avance pour leur soutien qui va en découler.

 
Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player