Accueil arrow Chroniques Albums arrow BLACK VIPER "Hellions Of Fire" (Norvège)

Kaosguards

 

BLACK VIPER "Hellions Of Fire" (Norvège)

BLACK VIPER Hellions Of FireLa toute fin des années 70 et le tout début des années 80 virent l'avènement du Heavy Metal européen, avec deux groupes imposant durablement de facto leurs recettes, à savoir les déjà vétérans de JUDAS PRIEST et les jeunes loups de IRON MAIDEN.

k

 Très rapidement, une pléthore de formations s'emparèrent de cet héritage et l'embarquèrent dans le vaste mouvement vers l'extrémisme. Avant même l'avènement du Thrash Metal, le principe d'accélération devint prédominant, donnant naissance à l'appellation Speed Metal.

Cato, le batteur de BLACK VIPER (fondateur du groupe et principal compositeur), est visiblement fasciné par la scène Speed Metal américaine de l'époque : SAVAGE GRACE, AGENT STEEL, ABATTOIR, BLOODLUST, OLIVER MAGNUM, TENSION, DAMIEN THORNE, HOLY TERROR, ZNÖWHITE et tant d'autres ont dû hanter son imaginaire... Entouré par des recrues aussi fondues que lui de ce type de Heavy Metal accéléré, le bonhomme délivre un premier album surprenant de mimétisme par rapport au patrimoine que nous venons d'évoquer. Les riffs sont acérés, portés par une batterie au jeu nerveux et mobile et une basse au lignes claquantes, le tout généralement joué relativement rapidement. Rien d'excessif en matière de vitesse, juste un goût affirmé pour une nervosité grisante. Par ailleurs, BLACK VIPER ne mise pas exclusivement sur la rapidité et multiplie les changements de rythmes et de tempos, avec suffisamment de parties plus pondérées pour créer des contrastes, garants de ressorts dynamiques et dramatiques.

Si l'on neutralise le facteur de la vitesse, ces changements fréquents témoignent d'un solide enracinement dans le Heavy Metal à la IRON MAIDEN. Par ailleurs, la qualité mélodique des interventions de la guitare plaide en faveur de ce classicisme de bon goût. Autre indice de cette parenté, trois compositions sur sept affichent des durées de plus de sept minutes (« Hellions Of Fire »), plus de huit minutes (« Nightmare Mausoleum (The Sleeper Must Awaken) ») et enfin plus de dix minutes (« Quest For Power – The Fountain Of Might »). Là où les groupes de Speed Metal des années 80 privilégiaient les formats ramassés, BLACK VIPER fait montre de davantage d'ambition, tout en démontrant une capacité à se montrer percutant.

Quant au chant, il reprend à son compte les tonalités rageuses et les envolées aiguës qui caractérisaient bon nombre de groupes de Heavy Metal, de Speed Metal et de Thrash Metal exerçant leur talent lors des années 80. Qui plus est, la performance s'avère dans le cas présent tout à fait maîtrisée et suffisamment variée.

De même, la production reprend à son compte la sécheresse d'ensemble qui prédominait dans les années 80 (souvent faute de moyens!) mais le mixage combine clarté et puissance, le groupe refusant ainsi une approche totalement passéiste. BLACK VIPER s'approprie ses influences et ce qui aurait pu se résumer à un exercice de style poussif et stérile sonne avec véhémence et passion.

Alain Lavanne



Date de sortie
: 14/09/2018

Label
: High Roller Records

Style: Heavy Speed Métal

Note: 16/20

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player