Accueil arrow Chroniques Albums arrow ABSTRACTER "Cinereous Incarnate" (Etats-Unis)

Kaosguards

 

ABSTRACTER "Cinereous Incarnate" (Etats-Unis)

ABSTRACTER Cinereous IncarnateNom d'un petit bonhomme en kevlar ! Comme nous l' évoquions déjà en 2012 à propos du premier album « Tomb Of Feathers » (cliquez ici ), quelle expérience éprouvante représente l'écoute réitérée de ce troisième album d'ABSTRACTER.

Si le groupe se trouve géographiquement localisé en Californie (Oakland), je peux vous assurer que la musique dont il est ici question ne risque pas de sombrer dans les clichés propres à cet état ensoleillé !!! Tout ici n'est que malaise, bruit et chaos organisés, brutalité et pesanteur assumées. Un authentique cauchemar auditif dont la première écoute peut éventuellement s'apparenter à une initiation aux pratiques les plus rudes du sado-masochisme.

Par quoi commencer ? Difficile de choisir par quel bout démêler la pelote, tant le champ d'expression d'ABSTRACTER s'avère touffu et complexe. L'équation repose sur un paradoxe absolu. ABSTRACTER met en œuvre des outils de destruction massive, tout en les structurant de manière particulièrement drastique et efficace. Pour commencer, on peut évoquer les vocaux caverneux, guère articulés mais très expressifs (comprenez haineux et malsains), relevant du meilleur Death Metal ; ces vocaux incarnent purement et simplement la sanie de la psyché humaine.
La section rythmique se montre dominée par un batteur qui peut se faire tout à tour pesant au possible et épileptique en mode blast-beats. Grondante et métallique, la basse se fond littéralement dans des riffs crépitants, crades, qui évoquent inévitablement la frange la plus pestilentielle du Sludge (adeptes de EYE HATE GOD, soyez les bienvenus!).
Pour autant, les guitares ne se cantonnent pas au massif, elles se plaisent à frôler la dissonance, à tisser des rideaux troubles, typiques du Post Metal et du Post Hardcore. Cela permet d'éviter l'effet de massivité totalement impénétrable, mais cela concourt aussi à saturer de manière subtile le spectre sonore.
Nous avons évoqué les accélérations de la section rythmique qui importent une dimension Black Metal ; il ne faudrait pas oublier de souligner la présence de nombreuses séquences lentes et lourdes, relevant du Doom le plus radical. Puisqu'on parle de radicalité, à ce stade, il n'est pas interdit de convoquer les mordus de Crust et de Post Hardcore. Lesquels devront se soumettre au durées majoritairement imposantes des compositions ; ici, on n'est pas chez NAPALM DEATH, on n'hésite pas à imposer des reptations glauques entre neuf et dix minutes, histoire de faire durer la douleur et de tester l'endurance des auditeurs.

Vous l'aurez compris, je vous conseille instamment de vous confronter à l'abjection sonore éructée par ABSTRACTER, afin de valider – ou non – votre appartenance à la frange authentiquement radicale des musiques actuelles.

Alain Lavanne



Date de sortie: 08/06/2018

Label: Sentient Ruin Laboratories / I, Voidhanger Records

Style: Black Death Doom Sludge Post Métal

Note: 17/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player