Accueil arrow Chroniques Albums arrow RAUM KINGDOM "Everything & Nothing" (Irlande)

Kaosguards

 

RAUM KINGDOM "Everything & Nothing" (Irlande)

RAUM KINGDOM Everything & NothingEn un sens, on devrait être prévenu en découvrant le nom retenu par ce quatuor irlandais ! Ce groupe nous propose sans ambages de pénétrer dans le royaume de Raum, grand duc infernal.

Ce groupe nous propose sans ambages de pénétrer dans le royaume de Raum, grand duc infernal. Le fait que RAUM KINGDOM ne pratique pas stricto sensu du Black Metal ne change strictement rien à l'affaire : le Post Metal développé par RAUM KINGDOM fait mal, très mal. Et ce, de deux grandes manières.

La première, la plus évidente, consiste à mettre en place tous les ingrédients d'un Post Metal rugueux, tendu à l'extrême, hanté par des riffs incroyablement âpres et distordus, au rendu incroyablement impitoyable, crépitant et vivant, par une section rythmique aplatissante et par des vocaux majoritairement rageurs, plutôt aigus, dénotant clairement une psychopathie haineuse pas si éloignée que cela du Black Metal. Rien qu'avec ces éléments, RAUM KINGDOM cocherait pas mal de bonnes cases au royaume des brutes.

Mais RAUM KINGDOM a eu l'intelligence de comprendre qu'il n'y avait rien de tel que des contrastes pour décupler l'agression et le malaise. Déjà, le groupe prend soin de faire migrer une bonne partie de ses guitares rythmiques dans des contrées plus sèches et plus aiguës, libérant de fait une partie de son spectre sonore. Et puis, il y a ces plages hantées par des mélodies simples, lancinantes, parfaits compléments des éléments les plus lourds, colériques et douloureux. Idem pour ces voix claires, masculines mais aussi occasionnellement féminines (sur le titre colossal Winter, presqu'un quart d'heure au chronomètre) qui injectent une authentique diversité, là où la plupart des formations de Post Metal ou de Post Hardcore adoptent une démarche univoque et maximaliste. Soulignons que les parties claires sonnent justes et demeurent expressives, ce qui est loin d'être toujours le cas.

Cette gestion des contrastes s'avère d'autant plus opérante que quatre compositions de ces album de plus d'une heure affichent des durées suffisamment conséquentes (entre huit et quatorze minutes) pour permettre un développement plein et entier des ambiances et des dramaturgies.

Précisons que tout ceci se trouve développé dans un contexte sonore extrêmement puissant, quoique limpidement exposé, le tout dans un contexte d'auto-production. Chapeau bas !

Alain Lavanne



Date de sortie: 01/06/2018

Label: Auto-production

Style: Post Métal

Note: 16/20

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player