Accueil

Kaosguards

 

NECROS CHRISTOS "Domedon Doxomedon" (Allemagne)

NECROS CHRISTOS Domedon DoxomedonPour leur troisième album, les Allemands de NECROS CHRISTOS n'ont pas changé l'architecture assez spéciale qui les caractérise depuis leurs débuts.

A savoir que ce long opus (112 minutes !) est bâti sur une alternance de compositions d'obédience Death Metal old school et de pièces atmosphériques (relire notre chronique du second album « Doom Of The Occult »: ici. Outre sa durée imposante,  « Domedon Doxomedon » se distingue par le nombre de pistes : vingt-sept au total ! Certes, les morceaux atmosphériques sont généralement plutôt brefs, mais ils ne consistent pas en de piètres vagues de synthés et résultent d'une écriture et d'un sens avéré des arrangements. Par ailleurs, les compositions Death Metal affichent ici des durées souvent conséquentes, les plus concises dépassant les six-sept minutes, les deux plus longues étant « Seven Altars Burn In Sin » (12'23) et « In Meditation On The Death Of Christ » (13'59). Tout ceci pour vous faire toucher du doigt la quantité de travail et le sens de l'ambition qui caractérise une fois de plus NECROS CHRISTOS.

Les formats proposés ainsi que la nature même des contenus impliquent que l'auditeur accepte de se soumettre à cette sombre déambulation. Commençons par évaluer la dimension strictement Metal de l'opus considéré. En la matière, NECROS CHRISTOS plonge ses racines dans une certaine forme de Death Metal originel. Pour autant, il ne faut pas forcément chercher du côté des formations les plus brutales et massives. Tout d'abord parce que la longueur des morceaux induit une complexité structurelle imbriquant les séquences successives, aboutissant à une logique presque progressive. Ensuite parce que, sur le plan rythmique, NECROS CHRISTOS préfère une approche dépouillée, rêche, à base de tempos médium, voire lent (l'ombre du Doom Metal à la CANDLEMASS plane sur certaines séquences). Par contre, certaines accélérations et décélérations, le jeu de batterie bien lourd et les vocaux gutturaux (quoi qu’articulés) correspondent parfaitement à l'esprit du Death Metal des années 90.

Concernant la face atmosphérique, NECROS CHRISTOS mobilise un grand nombre d'éléments : guitare acoustique ou guitare électrique en son clair, synthés, piano, sitar, voix récitées ou psalmodiées... Cette diversité donne de la profondeur à ces plages et permet surtout de varier les registres : ésotérisme sombre et menaçant, méditation mystique, délicatesse acoustique... Autant de variations qui concourent à incarner le concept de cet album, basé sur la mystique juive ; le dit concept dicte même la structuration extrêmement rigoureuse de « Domedon Doxomedon » en trois parties distinctes, chacune étant subdivisées en neuf pistes. Chaque composition longue (et donc Death Metal) se trouve introduite par une séquence « temple » et suivie par une autre « gate ».

Terminons en soulignant une constante qui éclaire l'ensemble de cet opus, à savoir la guitare solo qui propose des interventions basées sur la mélodie, tant en mode électrique qu'acoustique. Il faut bien avouer que cet élément trace des perspectives lumineuses dans un paysage à la fois austère dans le son et complexe dans les structures.

« Domedon Doxomedon » permet à NECROS CHRISTOS de franchir un palier en termes d'écriture et de production, sans rien renier de ses ambitions. Respect total !

Alain Lavanne




Date de sortie: 18/05/2018

Label: Sepulchral Voice

Style: Death Métal atmosphérique

Note: 17/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player