Accueil arrow Chroniques Albums arrow ANTLERS "Beneath.Below.Behold" (Allemagne)

Kaosguards

 

ANTLERS "Beneath.Below.Behold" (Allemagne)

ANTLERS Beneath.Below.BeholdAprès un premier album auto produit paru en 2015  ("A Gaze Into The Abyss"), le quatuor allemand ANTLERS (à ne pas confondre avec les deux groupes américains ANTLER et THE ANTLERS !) revient à la charge, avec cette fois-ci le concours du label Van Records.

Le groupe persiste dans sa volonté de produire un Black Metal à la fois austère dans le son et riche en atmosphères, dont certaines épiques.

Contrairement à certaines formations qui, pour mettre en exergue la complexité de leur propos, optent pour une production et un mixage luxueux, les musiciens de ANTLERS ne démordent pas d'une certaine fidélité au son rêche et confus si courant lors de la renaissance du genre au début des années 90. Les guitares produisent à n'en plus finir des riffs en trémolos, pas très distincts, qui créent une sorte de rideau grisâtre à l'arrière plan. Heureusement, cette trame ô combien aride et lancinante se trouve ponctuée de plans de guitare plus audibles, plus mélodiques, qui constituent autant de points de repères ; leur simplicité et leur redondance renforce derechef ce côté hypnotique et essentiellement rythmique.
D'autant plus que les tempos sont plus que fréquemment rapide, volontiers épiques. Pour propulser tout ceci, rien de tel qu'une section rythmique on ne peut plus classique puisque les lignes de basse sont enterrées par le mixage et que la frénétique batterie ne parvient à faire émerger distinctement que certaines cymbales, caisse claire et grosse caisse se trouvant coulées dans un magma sourd. Autant dire que ANTLERS semble miser avant tout sur un effet d'ensemble que sur la force de percussion de chacun de ses instruments !

Partagés entre le bassiste et une des guitaristes, les vocaux sont majoritairement caverneux et féroces, secondés ponctuellement par un second registre plus articulé et un poil plus clair. Quelques harmonies vocales planent de temps à autre, confirmant l'option épique.

Les passages atmosphériques ne sont pas majoritaires, loin s'en faut, mais ils occupent des places stratégiques comme l’introduction du long (11') titre introductif, "Theom", ou de brefs instrumentaux comme "Nengures" (guitare acoustique et violon romantique), "Drowned In A Well" (piano), le final "Lug's Waters" (tempo lent avec guitares Black Metal et piano, en l'absence de la section rythmique). A noter que ces moments bénéficient d'une production autrement plus claire qui a le mérite de créer un franc contraste avec les longues cavalcades précédemment évoquées.

Il est évident que les fans vétérans du Black Metal ne feront pas une découverte fondamentale mais ils apprécieront, de même que les novices, l'honnêteté fondamentale de ce groupe qui privilégie son engagement dans une certaine radicalité plutôt qu'un enjolivement factice.

Alain Lavanne



Date de sortie: 23/03/2018

Label: Van Records

Style: Black Métal atmosphérique et épique

Note: 14/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player