Accueil arrow Interviews arrow HARD ROCK 80 le 26/02/2018

Kaosguards

 

HARD ROCK 80 le 26/02/2018

ImageInterview réalisée par mail avec Julien et Matthieu (rédacteurs).

 

Dans le monde du webzine bien des structures balayent tous les styles. Complètement remodelé HARD ROCK 80 se focalise sur la musique mélodique classée heavy/hard rock. Les nouveaux "capitaines" de la structure veulent donner un nouvel essor pour replacer HARD ROCK 80 au centre du jeu médiatique.

 

1- Salut Julien et Mathieu, j'ai cru comprendre que vous avez débarqué avec une nouvelle équipe dans ce webzine qui est relativement ancien sur la toile? Pouvez-vous nous détailler vos rôles et votre équipe?

MATHIEU: Nouvelle équipe, oui et non. HardRock80 a connu 4-5 ans de sommeil parce que les responsables qui avaient repris le flambeau de Pierrick s’en sont détournés pour diverses raisons qui les regardent, mais hélas sans faire en sorte de passer le flambeau à leur tour. Dans le dernier trimestre 2016, Pierrick est revenu et a relancé la machine mais il a été contraint d’arrêter à nouveau après un an. Nous avons alors réfléchi à plusieurs possibilités pour continuer l’aventure. Soit tout publier sur le forum, soit reprendre le site tel qu’il existait et le faire perdurer, soit utiliser le format blog. C’est cette dernière solution que nous avons choisie car elle permettait de décharger le webmaster vu que toute la partie technique est automatisée. À ce sujet, je me dois de saluer l’intervention de Pichon pour avoir pris en main la création de la version wordpress d’HARD ROCK 80. Pichon qui est d’ailleurs devenu un de nos chroniqueurs les plus actifs, dans les styles AOR et Southern Rock principalement. Cela permet également aux chroniqueurs de mettre eux-mêmes leurs chroniques ou l’actualité en ligne et donc, sur le long terme, d’avoir un format plus interactif et plus vivant. Certains chroniqueurs sont toujours les mêmes. Par exemple Trenkill, qui est un des auteurs les plus prolifiques de HARD ROCK 80 depuis ses débuts, est toujours parmi nous. Nous essayons également de remotiver certains anciens chroniqueurs qui avaient pu lâcher l’affaire pendant la période de sommeil. Tout cela est encore à ses balbutiements parce que pour l’instant la tâche principale est de rapatrier les chroniques du site sur le format wordpress. Cela permet aussi de faire un tri, les exigences en matière de chroniques sur le net ayant changé depuis 2003 (je rappelle que HARD ROCK 80 était un des premiers sites francophone à proposer cela). Certaines sont à refaire et il faut donc tenir tout cela à jour. Je pense qu’il faudra véritablement attendre que cette tache soit finie pour relancer complètement Hard Rock, mais cela dit nous essayons de travailler sur l’avenir en parallèle.

JULIEN
: Effectivement, Mathieu a décrit son job qui consiste principalement à remettre à jour la nouvelle version du site. Mathieu est un bon gestionnaire qui centralise tout ce qu’il y a à faire. Je participe bien évidemment à cette remise à jour, peut-être à un niveau plus modeste. De mon côté par contre, je mets plus le paquet sur le recrutement de nouvelles personnes ou de relance d’anciens du site. Ce qui est marrant c’est que mon boulot c’est recruteur, cela ressort naturellement !  Hahaha ! Après je passe pas mal de temps à prendre des contacts variés sur les différents réseaux sociaux afin de faire connaître HARD ROCK 80 et chopper des interviews. Le culot est bien souvent payant. J’ai même constaté avec plaisir que depuis quelques semaines, les gens viennent à moi assez naturellement. En gros, cela passe pas mal par du relationnel. Je suis même assez content de mon coup car je sais que des anciens vont revenir incessamment sous peu et j’ai même fait venir déjà 3 nouveaux chroniqueurs ! Enfin, mon dernier rôle est de proposer les chroniques des nouveautés et ma foi cela me va très bien.
En anciens, je citerai également Zepforce qui est un passionné de heavy et qui a écrit pas mal. Volumenbrutal est un fin connaisseur du metal espagnol et pas que ! Europebonjovidare est une chroniqueuse qui adore le hard FM. Nitenrock, le tit nouveau aime le Stoner et Hidenpurpleflower qui va bientôt publier plutôt éclectique. Donc bien varié !

2- Vous préférez faire vos interviews par quels biais (en face à face, mail, skype, etc...)?

JULIEN: En fait, j’ai pour le moment une assez petite expérience des interviews. Mais le fait d’envoyer des questions via mail ou réseaux sociaux est plutôt pratique. Après je me débrouille pas trop mal en anglais et j’ai même hâte de pouvoir faire ma vraie interview en face à face !

3- Pensez-vous que le hard rock est à son apogée, qu'il stagne ou qu'il est en déclin. Ou peut-être que le futur est encore plein de choses de nouvelles qui n'ont pas encore été faites?

MATHIEU: Difficile à dire. Je pense malgré tout que l’apogée du style est derrière lui. Cependant on assiste depuis plus d’une dizaine d’années à un revival des styles des années 70 et 80. Des groupes qui souvent étaient trop jeunes pour avoir connu les années 70 et 80 qui font revivre le Hard Rock psychédélique-Blues, le Hair Metal, le Heavy Metal façon NWOBHM, le Thrash etc. avec une fraicheur et une fougue que les vieux groupes ont depuis longtemps perdues. On voit aussi certains vieux groupes connaître un regain de vitalité. Le dernier Def Leppard par exemple est certainement le meilleur qu’ils ont sorti depuis 25 ans. Je pense malgré tout, mais je peux me tromper, que le Hard Rock a dit tout ce qu’il avait à dire. Mais ce n’est pas propre au Hard Rock d’ailleurs, mais au Rock en général. On constate cela dans tous les styles musicaux: la musique classique, le Jazz, le Rock. Il y a toujours un moment où l’ont sent que le style tourne en rond et que la seule manière d’offrir du neuf est d’aller dans un genre avant-gardiste qui ne parle plus que d’ une infime partie de gens. C’est arrivé pour la musique classique au milieu du XXeme siècle, pour le Jazz dans les années 80 et je pense qu’on n'a plus ou moins atteint ce stade pour le Rock. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a plus de bons groupes ou que plus rien d’intéressant ne sort, mais de novateur et faisant évoluer le style en continuant de trouver un public important, je ne crois pas. Mais encore une fois, je peux me tromper.

JULIEN: Apogée ? Je ne pense pas. Revival, cela j’en suis persuadé ! Car actuellement, il est vrai que le hard et ses dérivés ne sont pas forcément tendance mais je crois qu’il fait maintenant définitivement partie des mœurs. Cela ne fait plus peur à grand monde quand tu dis écouter du metal, au pire y’a un « j’aime pas » poli contrairement à ce que j’ai pu connaître pendant mon adolescence. Imagine en 1996/97, la période où le metal voire même le Rock étaient un gros mot, j’étais l’un des rares à avoir un patch Manowar dans le dos et en plus mon Lycée était à Mantes-La-Jolie. J’étais dans le terrain hostile du Rap ! Hahahaha ! Par contre, et ça ne touche pas que le metal/hard ou n’importe quel style que tu veux, je pense que les gens qui aiment la musique veulent des choses plus authentiques ou aller vers quelque chose qui leur manque. Je pense que le succès commercial actuel pour les ventes de vinyles ne sont pas étrangères à ce courant. Il y a même des groupes qui vendent des cassettes ! Après oui vu le nombre plus important de concerts et de sorties d’albums c’est qu’il y a un public conséquent. Et internet de nos jours nous permet de découvrir plein de groupes cool instantanément, ce qui maintient et fait perdurer le bon gros hard que l’on aime !
Je pense que le metal n’est pas mort, bien au contraire, il continuera à se diversifier et ça existera encore dans 100 ans. D’un autre côté le hard traditionnel a maintenant sa recette magique tout comme le blues. Seule son interprétation fait la différence entre un bon et un mauvais groupe.

4- Selon vous quelle est la "sous-catégorie" qui est le plus intéressante en matière de Hard Rock?

MATHIEU: Je ne crois pas qu’il y ait une sous-catégorie plus intéressante qu’une autre. Je pense qu’il y a surtout des affinités plus ou moins grandes pour un style selon les personnes. Si l’on se place sur un point de vue strictement musical, certains diraient peut-être que c’est le Hard Rock ou Metal Progressif du fait qu’il offre une plus grande complexité musicale. Mais je pense que c’est un leurre. Bon nombre de ces groupes ont tout dit après un ou deux albums justement parce qu’ils ont voulu y montrer tout ce qu’ils savaient faire et par la suite ils emploient toujours les mêmes ficelles. Les groupes du genre qui continuent à surprendre sur la durée sont rares. Donc non, pas de sous-catégorie meilleure qu’une autre.

JULIEN: Tout comme Mathieu, je ne pense pas qu’une sous-catégorie est plus intéressante qu’une autre. C’est avant tout une question de goût et de sensibilité musicale. C’est comme dans le cochon tout est bon de l’AOR en passant par le Heavy, le Sleaze, y compris le Grunge jusqu’au Black !

5- Y a-t-il selon vous un style particulier qui caractérise les groupes français?

MATHIEU: Ca dépend de quelle époque on parle. Si c’est pour les années 80 (puisque finalement c’est le sujet de base du site), je pense que c’est clairement le Heavy Metal qui était privilégié, comme dans la majorité des pays européens à l’époque. La caractéristique principale étant l’emploi de la langue Française qui a fait à la fois l’originalité des groupes de chez nous mais qui a été paradoxalement leur point faible pour s’imposer non seulement d’un point de vue international mais également national (l’utilisation du chant Français dans le Rock continue de faire débat). Aujourd’hui j’ai l’impression que les styles sont plus diversifiés et l’utilisation de l’anglais plus fréquente. L’originalité en a peut-être un peu pâti, mais a pu permettre à certains de s’imposer, alors tant mieux.

6- Vous chroniquez toutes les productions qui vous parviennent ou vous essayez de mettre l'accent sur nos groupes nationaux. Y-a-t-il une répartition particulière?

MATHIEU: Je pense qu’il est impératif de parler des dernières sorties des dinosaures du genre, des groupes qui parlent à beaucoup de monde. C’est indispensable pour attirer des lecteurs bien sûr, mais c’est tout simplement logique pour un site qui à la base était surtout un lieu de nostalgie pour une époque et un style qui n’étaient plus vraiment de mise dans les années 2000. Cela dit, nous essayons (et allons essayer de plus en plus) d’attirer notre attention et donc celle de nos lecteurs sur ce qui se fait dans nos régions, en France ou en Belgique.

JULIEN: On ne peut pas humainement tout chroniquer. Mais c’est vrai que l’on met en priorité les albums des groupes qui sont la cible de HARD ROCK 80. Concernant les groupes français, oui dès qu’on peut chroniquer un nouvel album on le met en avant. C’est ce que j’avais fait avec Sadhayena et Red Dead peu avant que l’on reprenne le site par exemple. C’est ce que j’ai fait avec Mytology, avec Old N’Glam, ce que Zep a fait avec le dernier Satan Joker et bientôt avec les nouveaux Venin et Öblivïon. Etc.

7- Vous n'avez pas envie de publier vos articles en français et en anglais. Les adeptes de langue de Shakespeare sont moins nombreux à vous lire je suppose que ceux de la langue de Molière?

MATHIEU: Vu que HARD ROCK 80 a quand même 15 ans de chroniques derrière lui, tout traduire en anglais serait un travail titanesque (déjà que le tri et rapatriement que nous effectuons depuis presque deux mois est assez prenant). Pour les nouvelles chroniques, nous continuerons, je pense, exclusivement en Français. Nous ne pouvons pas exiger de nos chroniqueurs qu’ils traduisent systématiquement en anglais, d’autant qu’écrire une chronique est déjà un certain investissement personnel. De plus, je ne pense pas que cela représente un réel intérêt. Il y a suffisamment de chroniques en anglais qui existent sur la toile, je ne crois pas que le fan anglophone se soucie vraiment de nous.

JULIEN: Non pas de traduction. Trop de temps comme l’as dit Mathieu et je pense qu’au niveau mondial nous serions noyés dans la masse.
De notre côté, on espère que HARD ROCK 80 redeviendra la référence pour les genres hard/sleaze/AOR/Heavy dans le monde francophone, sans bien sûr nous enfermer car on chronique également du Grunge, du Thrash, du Death, et le style de metal qui te plaît. C’est vrai que c’est ambitieux, mais je pense qu’il y a une bonne place à prendre. En effet, il y a plein de sites qui parlent de Metal en langue française mais très peu dans le détail dans le coeur de cible que l’on aborde.

8- Comment abordez-vous le Hard Rock. C'est une simple musique ou il s'accompagne d'une véritable philosophie de vie concomitante?

MATHIEU: Je ne suis pas vraiment dans le trip Manowar, je l’avoue. Je suis passionné par la musique et, depuis l’adolescence (c’est-à-dire presque 20 ans), le Hard Rock constitue mon genre de prédilection. Ma vie ne tourne pas autour du Hard Rock, mais le Hard Rock occupe une place importante dans ma vie. Et il est indéniable qu’il a contribué à mon évolution en tant qu’individu, m’a fait rencontrer plein de personnes qu’aujourd’hui je considre comme des amis, et m’a amené souvent à découvrir des choses qui n’ont bien souvent que peu de rapports avec la musique. Donc oui, c’est bien plus d’une simple musique. Une philosophie de vie ? Je n’irais pas jusque-là, même s’il est évident que les amateurs de Hard Rock possèdent souvent pas mal de points communs.

JULIEN: Le Hard/Heavy/Thrash/Death/ le style qu’il te plaît est pour moi une vraie inspiration. Que ce soit dans la façon de m’habiller, de penser cela m’inspire. Cela m’a même permis de ne pas être Monsieur tout le monde et crois moi cela fait la différence. Certes, il y a la musique mais c’est vraiment plus que cela. Par exemple, tu te promènes dans la rue, tu remarques personne. Et puis par  le plus grand des hasards tu croises un gars qui porte un T Shirt de Judas Priest. Tu peux être sûr à 100 % que les deux hardos vont se parler ! C’est aussi un état d’esprit, une communauté et je suis fier d’en faire parti.

9- Combien de chroniques sont mises en ligne par semaine?

MATHIEU: C’est un peu dur à dire pour l’instant. Comme nous nous occupons du rapatriement, il y a beaucoup de chroniques qui sont mises en ligne tous les jours mais cela peut biaiser les choses vu qu’elles ne sont pas nouvelles. A vue de nez, je pense malgré tout qu’il doit y avoir une dizaine de nouvelles chroniques chaque semaine.

10- Comment recrutez-vous vos chroniqueurs?

MATHIEU: Beaucoup sont déjà là depuis longtemps. Le centre névralgique, c’est le forum du site. C’est par là que j’ai commencé à m’investir comme chroniqueur, il y a bien longtemps, même si c’était plus modeste qu’aujourd’hui. Maintenant il est évident qu’avec le temps, certains ont pris du recul. Certains se sont éloignés du forum pour privilégier Facebook, d’autant que le site a connu une période d’inactivité. On essaye d’en contacter pour qu’ils reviennent. D’autres ont maintenant des responsabilités familiales et/ou professionnelles plus importantes qui leur donne moins la possibilité de s’investir. Il est donc impératif de trouver de nouvelles plumes et c’est là qu’intervient Julien.

JULIEN: Effectivement, je suis recruteur de profession, donc je recrute hahaha!! Très simple, c’est le bouche à oreille qui marche le mieux. Tu parles sur Facebook, tu en parles à tout le monde. Tu mets des annonces sur les groupes de hard/metal français sur les réseaux sociaux. De la patience et du blablatage (attention pas de baratinage, nuance) et c’est tout. Après faut être un peu commercial dans l’âme. Tu demandes à l’un de faire un essai et de fil en aiguille...

11- Quels sont les groupes qui selon vous ont marqué l'année 2017? Et ceux qui promettent pour 2018?

MATHIEU: Voilà une question à double tranchant ! Je ne suis pas à l’affut de découvrir LE nouveau groupe qui va marquer mon année parce que je me rends compte que souvent, passé l’effet de la découverte, je n’y reviens plus tellement quelques années plus tard. Je préfère donc des groupes qui ont déjà plusieurs albums au compteur et qui semblent prouver qu’ils ont quelque chose à raconter sur la durée. Certains sont même plutôt anciens comme Body Count qui a fait un retour aussi inattendu que fulgurant avec ce qui est sans doute leur meilleur album. Autre excellent retour, celui de Black Country Communion qui a enfin, à  mon sens, sorti un album digne de leur pedigree. J’ai bien aimé le dernier Night Demon qui propose un Heavy Metal très typé NWOBHM. Mais en fait 2017 est pour moi surtout associé à la découverte d’un groupe plutôt ancien que je n’avais encore jamais écouté et que depuis j’écoute énormément, les Japonais de Anthem. Pour 2018, il y quelques sorties que j’attends avec impatience. Le prochain Whitesnake où pour la première fois Reb Beach aura composé avec David Coverdale, le prochain Dead Daisies, groupe pas original pour un sou mais très sympa et qui en plus permet de donner à John Corabi la visibilité qu’il mérite. Pour les groupes plus récents, on verra. Rendez-vous dans un an !

JULIEN: En 2017 j’ai adoré que Phil Lewis et Tracii Guns enterrent la hache de guerre et reviennent avec un « Missing Peace » excellent !  J’ai bien aimé le « Tales From The Porn » avec Stevie Rachelle, et le « Amain » de Crimfall dans le genre metal épique, c’est un disque bandant !  J’ai aussi découvert des vieux groupes japonais comme Dead End dont je me lasse toujours pas. Mieux vaut tard que jamais.
Après pour 2018 comme Mathieu j’attends le Whitesnake, le Dead Daisies, mais aussi les nouveaux Loudness, Priest et Stryper. Après, j’ai eu un coup de coeur pour le groupe américain Vigil Of War qui a sorti un EP très sympa en cette fin 2017. Je pense que leur Frontwoman Alicia Vigil sera LA prochaine star du rock d’ici 2 ou 3 ans.  Pour revenir à l’une de tes questions précédentes, je pense qu’une grande partie du renouveau rock viendra des filles. Elles sont de plus en plus nombreuses et souvent bien plus bosseuses que les mecs. Et ce qui est bien car elles ont une sensibilité différente et proposent souvent de bons disques.

12- J'ai constaté que vous faisiez de la promotion de concerts. Vous n'avez pas envie de sauter le pas et d'organiser vous-mêmes vos concerts sous la bannière HARD ROCK 80?

MATHIEU : Haha ! Je pense que c’est trop prématuré pour même oser l’envisager. Évidemment cela serait séduisant comme ça sur le papier, mais il faut être réaliste. Organiser un concert cela ne s’improvise pas comme ça avait pu être le cas à la fin des années 60. De plus, HARD ROCK 80 fonctionne sur le mode du bénévolat donc il est évident que nous avons ni les moyens financiers ni les moyens techniques pour le faire. Enfin, nous habitons tous dans des régions différentes, donc pas évident pour coordonner un projet autre que virtuel.

JULIEN: C’est quelque chose que j’aimerais bien faire mais je n’ai pas le temps de faire. Et puis j’ai aussi un groupe de reprises de Hard des années 80 (tiens tiens comme c’est curieux!), qui me prend du temps. Enfin à l’heure actuelle j’ai 2 enfants en bas âge et une femme en or qui restent ma plus grande priorité ! J’imagine également la tête de ma femme si je lui dis « oh ben tiens, maintenant en plus j’organise des concerts ». Je vais me faire tuer hahaha !

13- Cela a été un vrai plaisir de d'échanger avec des gens passionés de Hard Rock puisque je le suis aussi. Avez-vous pour finir des choses à préciser pour cette dernière question (projets, évolution, etc...)

MATHIEU : On se donne rendez-vous dans quelques mois, lorsqu’on aura terminé de rapatrier les anciennes chroniques et là les choses sérieuses vont commencer. Du moins je l’espère! En attendant, merci d’avoir consacré du temps pour remettre en lumière HARD ROCK 80 !

JULIEN: Merci à KAOSGUARDS de nous avoir accordé un peu de temps pour parler d'HARD ROCK 80 et de nous avoir permis de participer à l’aventure du Metal Thunder Jackets Festival ! Je tiens également ici à remercier Pierrick et Jean Philippe qui sans eux et leur dévouement passé ont fait que HARD ROCK 80 a été une référence. Maintenant on reprend le flambeau et j’espère que l’on sera à leur hauteur !
N’hésitez pas à passer sur le site, à liker notre page facebook car plusil y a de monde, plus il y aura de visibilité pour HARD ROCK 80 et plus il y aura de contributeurs ! Et puis je prépare quelques petites surprises qui seront publiées quand on aura tout rapatrié.
À bientôt !

 
< Prcdent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player