Accueil

Kaosguards

 

MAYHEM "De Mysteriis Dom Sathanas Alive" (Norvège)

MAYHEM"De Mysteriis Dom Sathanas" est paru en 1994, des mois après avoir été enregistré, sa publication ayant été handicapée par des événements dramatiques, au premier rang desquels l'assassinat de l'âme damnée du groupe, le guitariste Oysten Arseth par le bassiste Varg Vikernes, alias Count Grishnackh. au moment de sa sortie initiale, le groupe était d'ores et déjà séparé, la reformation n'ayant lieu qu'en 1997 avec un personnel de facto revu de fond en comble.

En 2015, c'est une toute autre mouture qui enregistra en Suède l'intégralité des huit compositions de cet album devenu mythique. Seul membre déjà présent sur l'édition studio originelle, le batteur Hellhammer est toujours fidèle au poste, de même que, Attila Csihar, celui qui fut à l'époque un vocaliste de session, embauché pour interpréter les textes morbides du suicidé Dead. Membre de longue date du groupe, mais absent au moment de l'enregistrement de l'album, le bassiste Necrobutcher est également de la partie. On peut donc en déduire que la légitimité du projet est en principe assurée... chacun étant juge en la matière.

Après une première parution fin 2016, il s'agit là d'une seconde édition, notamment sous forme de différents pressages vinyles à tirage limité (en plus du format CD + DVD, faites votre choix ici ).
Mis à part quelques bruits de foule anecdotiques, le contexte scénique s'avère anecdotique et nous assistons à une réinterprétation actuelle de l'album culte, dotée toutefois d'une qualité sonore techniquement plus probante que l'album studio. Là encore, les avis seront partagés, certains préférant à jamais l'enrobage initial. En tout état de cause, le jeu de batterie incroyablement dense et sévère de Hellhammer propulse systématiquement ce Black Metal frénétique et, au même titre que les parties de guitares, ici assurées avec application par Teloch et Ghul, garantit une violence très structurée.

Même s'il ne risque plus de susciter des polémiques aussi intenses que celles suscitées en 1994 en comparaison des éructations de Dead, les vocaux d'Attila Csihar ne se résument toujours pas aux carcans propres au Black Metal (du genre coassements aigres) mais, de nos jours, ses éructations paraissent presque classiques.

A bout du compte, il est bien difficile de dire comment le ou tel auditeur pourra réagir selon qu'il connaisse déjà MAYHEM et son premier album séminal. Pas sûr que ce témoignage scénique s'installe durablement comme un marqueur discographique essentiel. Pour autant, la qualité et la puissance de l'interprétation assurent l'essentiel. Manquent peut-être cette odeur de soufre, ce sentiment de danger qui rôdaient en 1993-1994... Tout est affaire d'époque et de point de vue.

Alain Lavanne



Date de ressortie
: 15/12/2016

Label
: autoproduction

Style
: Black Métal

Note : 15/20

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player