Accueil arrow Interviews arrow ASSOCIATION HOPLA le 14/11/2017

Kaosguards

 

ASSOCIATION HOPLA le 14/11/2017

ImageInterview avec Matt par mail.

Dans cette belle région d'Alsace oeuvrent des activistes qui sont à quelques encablures du grand frère Allemand qui est un Eldorado de métal. Pour exister de l'autre côté du Rhin ces Français se démènent comme des beaux diables pour proposer des affiches cohérentes et surtout intéressantes. Partez à leur rencontre..

 

1- Peux-tu présenter ton association, et comment est venue l'idée de monter cette structure ?

Tu parles d’association et tu as raison, même si on est connu sour l’appellation Headbang, nous sommes effectivement une « asso ».
Le nom de l’association est « Hoplà! » qui existe depuis 2002 à Colmar, l’idée de monter cette structure venait de l’envie d’organiser des concerts avec des groupes locaux au Grillen. Et de fil en aiguille des groupes plus reconnus. Et justement le nom « association Hoplà! » ne correspondait plus au style des groupes, alors est venu de cette appellation « Headbang » qui a vu le jour début 2015, avec comme première date Crowbar.

2- Combien êtes-vous dans l'association ?! Qui s'occupe de quoi ?!

Et bien nous sommes une petite vingtaine seulement, une bonne bande d’amis, avec presque autant de métalleuses que de métalleux. La parité marche plutôt bien chez nous!
Qui fait quoi? Et bien chacun fait le maximum, et c’est déjà pas mal!

3- Vous allez organiser deux concerts très différents. Un orienté death et un orienté heavy métal old school. C'est un credo volontairement pluraliste que vous souhaitez pratiquer?

Oui, c’est une vraie volonté pour notre programmation. Cela reflète les goûts des membres, alors oui c’est principalement Metal Thrash, Death ou extrême, mais aussi old-school ou hardcore voire néo. Nous avons annoncé il y a quelques jours PSYKUP avec TOWARD THE THRONE pour notre dernier concert de 2017… et on a hâte de voir et d’entendre ça!

4- Organiser des dates de ce genre de métal, c'est cibler un public extrêmement restreint. Quel est ton point de vue sur ce public ? Y a-t-il une réelle demande de ce genre d'événements ?

Oui, je préfère dire qu’il s’agit d’un public averti que restreint, des personnes qui viennent de loin et qui prennent plaisir à voir des groupes d’exception. C’est d’ailleurs souvent un peu les mêmes, des metalleux qui se connaissent de vue et qui échangent les bons plans, des infos sur les fests, les covoiturages, etc…
Pour ce qui est de la demande, et bien c’est un terme un peu trop « marketing » pour moi, je préfère parler de scène ou de de public, car je pense que les personnes se déplacent aux concerts si on leur propose des bons groupes régulièrement, cela créé un appel pour aller à d’autres concerts. Le Grillen s’est fait sa réputation grâce aux programmations de plusieurs associations, et cela fédère le public. On le constate par exemple avec de nombreux Allemands, qui viennent à chaque date alors qu’ils ne connaissaient pas le Grillen il y a peu. C’est un travail de longue haleine, mais toujours gratifiant.

5- Vos deux concerts auront lieu un à Mulhouse et un à Colmar, pourquoi ces deux villes?

Effectivement notre prochaine date sera au Noumatrouff de Mulhouse, et ça sera une première pour Headbang. La salle nous plaît et on espère proposer à nouveau de belles affiches là-bas à l’avenir. Mais Headbang reste principalement attaché au Grillen, qui est notre base et là où nous réalisons l’essentiel de notre programmation.
Donc pourquoi ces deux villes? Et bien pour leurs salles, qui ont le metal dans leur ADN.
Mais n’oublions pas non plus qu’il nous arrive également 1 ou 2 fois dans l’année de faire des concerts chez Paulette dans le coin de Toul Nancy, et c’est là aussi en raison de la salle et de son public.

6-  Avez-vous des groupes que vous rêvez de faire venir ?

Je serais tenté de te dire qu’il y a déjà des groupes qu’on rêve de faire revenir, car on a passé des moments magiques avec eux, et qu’ils ont fait évoluer notre structure dans le bon sens.
Batushka, Solstafir, Crown, Krisiun, Sepultura, Audrey Horne, Unleashed, Swart Crown ou encore Crowbar, voilà des groupes qui donnent des moments de pur bonheur au public, et qui savent êtres disponibles en coulisses.
Et pour les groupes qu’on rêve de faire venir… et bien la prog Headbang 2018 risque fort de répondre à ta question… mais chut!

7- Quels sont les leitmotivs de l'association, y a-t-il un message à faire passer à travers ces événements?

« Loud and proud » est notre slogan, alors on aime quand ça joue fort que ça assume son côté «metoool ». Sil devait y avoir un message, je dirais que c’est la convivialité qu’apporte l’organisation de dates Metal, d’abord entre les groupes et notre équipe, et bien sûr les relations avec le public, qui en redemande toujours!

8- Comment appréhendes-tu la participation des groupes locaux à ces concerts?

Et bien crois-moi que nous mettons toujours 1 voire 2 groupes locaux quand nous le pouvons. Malheureusement beaucoup de groupes internationaux, notamment dans le Death metal, font la route avec des « tour supports » qui rendent impossible de mettre des groupes du cru.
C’est dommage car les demandes sont nombreuses, et les groupes talentueux… "it’s a long way to the top", comme dirait l’autre.

9- Quels sont les critères qui font que tu feras telles ou telles affiches?

Alors le premier critère est que le groupe soit en tournée et que la date soit libre là où nous souhaitons organiser! Cela paraît simpliste, mais c’est d’abord une histoire de groupe qui passe par la France lors de sa tournée. Ensuite comme évoqué avec toi, on ne se cantonne pas à un style, mais sur les affinités qu’on a par rapport à un groupe, si un leur dernier album nous plaît par exemple.
Et comme au Grillen on peut faire des concerts dans la petite salle, même si on sait que ça sera une soirée plus « underground » et bien on prend le risque même si on sait que le groupe est encore émergeant.

10-  Est-ce aisé en Alsace de trouver des lieux pour faire des concerts métal?

Nous on a trouvés!  Au-delà de l’infrastructure que peut proposer une salle, c’est aussi le public qui y est habitué et l’équipe qui anime au quotidien le lieu. C’est là tout l’enjeu.
Voilà pourquoi nous sommes des habitués du Grillen, et plus si affinités...

11- Les concerts proposent de plus une offre de petit "metal market", des diffusions de films, exposants... Sera-ce le cas pour vos manifestations?

C’est quelque chose qui nous plaît beaucoup, mais qui convient mieux pour des événements de type fests. Et la plupart de nos concerts ont lieu au Grillen, qui manque un peu d’espace pour mettre de telles choses en place, souvent en semaine qui plus est. Nous aimons beaucoup proposer des sandwiches et surtout des merguez en été au public, mais cela demande plus de bénévoles et nous ne sommes pas toujours tous dispos en même temps. Mais tu fais bien d’en parler car ce jeudi lors du concert de DYING FETUS il y aura également une expo de dessinateurs, avec rencontres et dédicaces. La BD « Accros du Metal » cela te dit quelque chose non?

12- Que penses-tu de la situation du métal en France?

Et bien j’en pense que ça va de mieux en mieux, car pire on ne pouvais pas faire!
Plus sérieusement cela fait du bien de savoir que beaucoup de choses se structurent autour du metal par chez nous, bien sûr il y a la locomotive « Hellfest », mais pas seulement.
De nouvelles salles s’ouvrent à notre style et y trouvent leur compte.
C’est un pays où il faut se battre pour faire valoir la culture Metal, mais quand tu trouves les bons interlocuteurs et que tu mets en valeur l’importance de ce public, alors le message est reçu 5 sur 5.
Et ça n’est pas la gestation difficile des premiers Furyfest-Hellfest qui me contredira.

13-  Merci beaucoup pour tes réponses, je te laisse le soin de clôturer cette interview !

Merci pour ces questions et longue vie à KAOSGUARDS!

 

 
Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player