Accueil arrow Chroniques Albums arrow WITH THE DEAD "Love From With The Dead" (Royaume-Uni)

Kaosguards

 

WITH THE DEAD "Love From With The Dead" (Royaume-Uni)

WITH THE DEAD Love From With The DeadLa fin de la discographie de CATHEDRAL avait permis à Lee Dorrian de laisser libre cours à son amour pour le Rock progressif et psychédélique, notamment sur "The Garden Of Unearthly Delights" et encore plus sur "The Guessing Game".

D'aucuns auront interprété cet art de gambader dans des pâturages plus verdoyants comme un signe d'assagissement de la part du chanteur. Une musique qui correspondait en quelque sorte à la personne posée et réfléchie que l'on peut rencontrer hors scène.

Mais c'était oublier trop vite que Lee Dorrian a toujours été un extrémiste musical de la plus belle espèce. Des preuves ? Ses vocaux d'une sauvagerie sidérante sur une moitié du "Scum" et sur la totalité de "From Enslavement To Obliteration" de NAPALM DEATH, le Doom monolithique de "Forest Of Equilibrium" de CATHEDRAL, sa participation au terrifiant "Rampant" de TEETH OF LIONS RULE THE DIVINE. A la lueur de ces performances terrassantes, il n'était pas si étonnant d'entendre Lee Dorrian revenir aux affaires musicales dans un contexte aussi radical avec le premier album de WITH THE DEAD en 2015.

L'album fut reçu avec des louanges, d'où le caractère pérenne que semble prendre ce projet. Toutefois, la formation a subi quelques turbulences, passant de trio à quartette, après l'éviction houleuse du batteur Mark Greening (ex-ELECTRIC WIZARD, RAMESSES, DEAD WITCHES) qui conduisit à l'embauche à son poste de Alex Thomas (ex-BOLT THROWER). Partenaire dans l'aventure, Tim Bagshaw (ex-ELECTRIC WIZARD et RAMESSES) décida de se consacrer à la guitare, ce qui conduisit à l'embauche du bassiste Leo Smee, ancien collègue de Dorrian au sein de CATHEDRAL.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cet effectif rénové fait forte impression. Globalement, le style de WITH THE DEAD demeure dans les limites d'un Doom Metal massif, gigantesque, totalement sinistre et foncièrement agressif. Prenons en premier lieu le gabarit des compositions. Si l'on excepte les 6'26 de "Reincarnation Of Yesterday" et les 6'39 de "Amenia", nous avons trois titres à 7-8', "Watching The Ward Go By" à 10'27 et, dominant affreusement, "CV1", qui écrase tout du haut de ses 18'14.

A quoi servent ces grands espaces ? Pas vraiment à multiplier les séquences, ni à développer progressivement des ambiances contrastées ou complémentaires, mais bien à complaisamment araser tout relief, à terroriser la population et à laisser libre cours à une orgie d'électricité.
Car c'est ce qui frappe dans le son de WITH THE DEAD, c'est bien le son crépitant de la basse et de la guitare, ces deux instruments confondus dans un magma au rendu abrasif, rêche, irradiant un feeling désincarné et malsain. Tout au plus, la guitare solo rampe sur cette pâte immonde pour grossièrement tracer des lignes aux mélodies primitives et dégénérées.
Même si la frappe de caisse claire, forte et très sèche constitue un point d'ancrage immuable, le reste du jeu de batterie apporte davantage de mobilité et crée une intensité jamais démentie.

Face à une instrumentation aussi impérieuse, les vocaux de Lee DORRIAN ne prétendent pas rivaliser dans un registre extrême et demeurent clairs, très articulés, comme si l'homme voulait nous faire rentrer ses litanies impies dans la tête par une sorte de précision obsessionnelle. Qui plus est, ses lignes de chant sont mixées au milieu des rythmiques, non pas devant, donnant l'impression qu'il est prisonnier, irrémédiablement englué dans le magma boueux.

A la fois terriblement bruyant et parfaitement maître de son propos, WITH THE DEAD excelle dans le chevauchement du chaos et délivre une performance cauchemardesque. S'il fallait traduire en son la fusion du coeur du réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl, je ne vois rien d'autre que WITH THE DEAD qui corresponde... 66 minutes durant (étonnant que le groupe n'ait pas ajouté six secondes supplémentaires !).

Alain Lavanne

 

Date de sortie: 22/09/2017

Label: Rise Above

Style: Doom Métal

Note: 17/20

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player