Accueil arrow Chroniques Albums arrow IMPURE WILHELMINA "Radiation" (Suisse)

Kaosguards

 

IMPURE WILHELMINA "Radiation" (Suisse)

IMPURE WILHELMINA RadiationLe combo helvète IMPURE WILHELMINA existe depuis 1996, a sorti pas moins de cinq albums avant « Radiation » ; bref, voici une formation qui a accumulé de l'expérience et qui a largement eu le temps de mûrir son propos.

Généralement, quand on parle d'évolution et de maturité, les fans de la première heure vibrionnent, éructent, crient à la trahison, se déclarent dégoûtés ou blasés. Le fait est que IMPURE WILHELMINA a débuté en s'ébattant avec rage et vigueur dans les affres du Post-Hardcore. Rythmiques lourdes, structures sinueuses, vocaux gutturaux et douloureux, mélodies tordues : le groupe criait, voire assénait sa conception du malaise existentiel.

Au fil de sa discographie, IMPURE WILHELMINA a affiné sa méthode, puis a entamé une évolution nette à partir de l'album « Black Honey », paru en 2014. La formation a élagué le son global, a assumé plus franchement des options mélodiques. « Radiation » confirme splendidement cette tendance. Les structures des compositions sont sensiblement plus linéaires qu'auparavant, le chant clair livre des lignes de chant magnifiquement expressives, les guitares alignent des plans en son clair simples et mélodiques, les riffs vont droit à l'essentiel. L'écriture va davantage à l'essentiel, gagne en clarté et aboutit à des morceaux bénéficiant d'un impact beaucoup plus direct. A ce titre, si vous n'avez pas envie d’écouter en boucle le titre d'ouverture, « Great Falls Beyond Death », alors je ne rien pour vous : la tension dramatique se trouve magnifiée par une interprétation tendue et passionnée, la structure très lisible décuplant l'impact des rythmiques.

Car le tour de force de IMPURE WILHELMINA est d'avoir accompli sa mue vers plus d'accessibilité sans rien renier aux sentiments qu'il compte charrier : mélancolie, spleen, déchirement demeurent le champ d'expression du groupe. Pour en exprimer les tourments, IMPURE WILHELMINA emprunte des chemins dorénavant différents et ne cherche plus à agresser, sans faire l'économie de la puissance. En la matière, il faut souligner la qualité du son, notamment de la section rythmique. A l'occasion, la pression monte (le morceau « Murderers » se fait particulièrement intense, avec même quelques vocaux gutturaux, le final de « Torn ») et le groupe s'adonne encore, quoi qu’avec parcimonie, à quelques exercices de dissonance (« Child »).

En somme, IMPURE WILHELMINA conserve son héritage et le fait fructifier grâce à des apports variés et dosés : soyez bienvenus, amateurs de Shoegaze, de post-Rock, de Cold Wave, de tous les Rock mélancoliques (ANATHEMA de ces dernières années, KATATONIA). Mais tout ceci serait bien peu sans la maîtrise palpable de l'écriture et sans l'investissement émotionnel flagrant dans l'interprétation. Cet album irradie effectivement.

Alain Lavanne

 

Date de sortie: 07/07/2017

Label: Season of Mist

Style: Dark Rock

Note: 17/20

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player