Accueil arrow Chroniques Albums arrow LINKIN PARK "One More Light" (Etats-Unis)

Kaosguards

 

LINKIN PARK "One More Light" (Etats-Unis)

LINKIN PARK One More LightS'il y a bien un groupe qu'on ne peut pas accuser de se reposer sur ses lauriers, c'est bien LINKIN PARK.

Pionnier du néo-metal dans les années 2000, le combo américain n'a depuis jamais cessé d'explorer de nouveaux horizons et de s'essayer à de nouveaux styles. On se souvient entre autre de son incursion en demi teinte dans l'électro (le moyen « A thousand suns » en 2010, avec lequel nous n'avions pas été tendres à l'époque) ou de sa première expérience plus rock que metal (le très réussi « Minutes to midnight »).

Vous vous en doutez certainement à la lecture de cette introduction, après un « The hunting party » (2014)  en forme de retour aux sources (voir ici pour la piqure de rappel), LINKIN PARK nous livre ici un nouvel album plus expérimental, voire carrément déroutant.

Autant le dire tout de suite, point ici de guitares saturées, de riffs plombés ou de scream rageurs. Les plus fervents aficionados de « Hybrid theory » (2000) en seront pour leurs frais.

Car c'est à la facette la plus mélodique du combo que l'auditeur est ici convié. Mélodies immédiates (« Nobody can save me », qui ouvre l'album tout en douceur, « Battle symphony », …), chant mélodique (« One more light »,...) et ambiance apaisée : jamais LINKIN PARK n'a sonné aussi pop (on croirait presque entendre OWL CITY sur « Sorry for now », c'est dire !).

Alors évidemment, difficile de juger un tel album objectivement. Il est certain que les moins réceptifs à la musique pop/rock ne supporteront pas ce septième album, et on ne pourra pas les en blâmer.

Les plus modérés et ouverts pourront en revanche apprécier la qualité indéniable des mélodies, des arrangements et de cette ambiance claire-obscure parfaitement illustrée par la pochette (les paroles sont en effet aussi sombres que la musique est joyeuse), ainsi que des compositions efficaces (« Battle symphony », « Sorry for now », le très délicat et émouvant « One more light », pépite de l'album qui est aussi son moment le plus calme, ou encore « Sharp edges » et ses relents folk bienvenus, parfait pour refermer l'album).

Engendré dans des conditions difficiles (les textes parlent beaucoup du décès d'un ami très proche de groupe), ce nouvel album de LINKIN PARK divisera à n'en pas douter les fans du groupe, groupe dont on se doit néanmoins de saluer la prise de risque artistique et la volonté d'une totale indépendance créative.

A chacun de se faire son idée. Précisons qu'à titre personnel j'ai apprécié ce « One more light » inattendu mais réussi.

Vega

 

Date de sortie: 05/2017

Label: Warner Bros Records

Style: Néo Métal

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player