Accueil arrow Chroniques Albums arrow OTUS "7.83Hz" (Italie)

Kaosguards

 

OTUS "7.83Hz" (Italie)

OTUS 7.38HzBigre, là où beaucoup de groupes décident de concentrer leurs idées à l'occasion de la création de leur premier album, les Italiens de OTUS font feu de tout bois et n'hésitent pas à réunir des influences diverses au sein de leurs compositions.

Il faut dire qu'ils ont prévu large  puisque, sur un total de neuf titres, six s'étalent entre sept et plus de onze minutes (pour le colossal « Theta Synchrony »), ce qui laisse toute latitude pour installer des ambiances, multiplier les séquences et varier les rythmiques.

Nous parlerons avant de Doom tant OTUS aime les rythmiques épaisses et les tempos plutôt écrasants. A ce propos, il faut souligner le travail absolument remarquable du batteur Andrea Adesso qui ne connaît pas de répit et qui multiplie les cassures rythmiques, les descentes de toms, les sollicitations de cymbales, créant ainsi une animation extrêmement souple et intense. Laquelle compense en quelque sorte l'austérité des lignes de basse, massives, au son métallique et rugueux d'une part, des riffs énormes et crades. Nous voilà déjà rendus à la dimension Sludge, avec ce côté pas net, malsain, poisseux.

Les vocaux totalement et douloureusement gutturaux prodigués par Fabrizio Aromolo relèvent du meilleur Death Metal et renforcent l'impression de malaise qui se dégage des passages les plus lourds et épais. Même l'absence de variations nettes dans les intonations contribue complètement à accentuer la claustrophobie générale.

L'album étant basé sur un concept inspiré par Timothy Leary, chantre américain des psychotropes psychédéliques durant les années 60, il ne faut pas s'étonner que OTUS se plaise à insérer dans son épais magma électrique des ambiances plus spirituelles, aux confins des musiques orientales et du psychédélisme : psalmodies en voix claire, percussions, claviers vintage, guitare en son clair tissant des mélodies répétitives. En cela, OTUS me paraît révélateur d'une tendance au mysticisme et à la spiritualité au sein de la scène extrême italienne (citons entre autres NIBIRU, SHABDA, SEPVLCRVM, trois formations recrutées par Argonauta records).
Du coup, les amateurs de Post- Metal et de toutes sortes de sous-genres de Metal portés sur les ambiances tordues ne peuvent manquer d'être attirés par « 7.83Hz ».

Précisons que ces univers ne cohabitent pas de manière artificielle mais qu'ils sont fondus de manière harmonieuse, de par les qualités de composition et d'arrangements, sans oublier un son abrasif, puissant mais très clair. Il faut s'imaginer une promenade que feraient ENTOMBED et RUNEMAGICK chez ISIS pour saisir approximativement la force d'attraction de la potion concoctée par OTUS. Et ce n'est qu'un début !!!

Alain Lavanne

 

Date de sortie: 20/03/2017

Label: Argonauta Records

Style: Sludge Doom atmosphérique

Note
: 17/20

Ecoutez ici

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player