Accueil arrow Interviews arrow IRON BASTARDS le 25/03/2017

Kaosguards

 

IRON BASTARDS le 25/03/2017

IRON BASTARDSInterview réalisée par mail avec David (Chant/Basse).

Si pas grand monde en 2017 n'à inventé la poudre, certains plus que d'autres dans leur partie transforment ses influences en une force créatrice. Cas typique de ce constat IRON BASTARDS déverse son hard'n'roll qui parfois peut faire penser à Motörhead. Mais attention pas une pâle copie , les Alsaciens se rangent dans la case groupes qui a sa personnalité propre. Rencontre avec notre Lemmy version hexagonale.

 

1- Qui est IRON BASTARDS? Pourquoi avez-vous appelé votre groupe comme ceci et que cela signifie-t-il?

Iron Bastards est un trio de Fast Rock'n'roll composé de David SEMLER, 25 ans, à la guitare, d'Anthony MEYER et de moi-même, David BOUR, 26 ans, au chant et à la basse. Pourquoi les Iron Bastards ? Parce que nous sommes trois jeunes loups au regard porté vers l'avenir et non vers le passé, soudés par une amitié et une volonté féroce de faire du rock'n'roll. Des bâtards d'acier, en somme. Alors à ceux qui pensent qu'il s'agit d'une contraction entre « Iron Fist » & « Bastards » de Motörhead : si ce groupe est une référence pour nous, nous aimons lui rendre hommage, pas le caricaturer.


2- Pourquoi avoir décidé de faire du bon vieux rock'n'roll et pas plutôt du metalcore ou du deathcore plus trendy?

Étant tous trois fans de rock'n'roll, de hard rock, de blues rock, etc... et absolument pas de Metalcore et de Deathcore (quoique à  titre personnel j'apprécie beaucoup Despised Icon), la réponse est assez évidente. On s'est mis ensemble pour jouer la musique qui coule dans nos veines et nous réunit tous les trois. Ce n'est pas dans notre nature que de suivre une quelconque tendance, « ceux qui viennent à nous par la mode, la mode nous les reprendra » disait Jaurès, je crois que ça résume bien notre façon de penser et d'être. Concernant le Metalcore et le Deathcore, si cette musique ne nous parle pas toujours, on a partagé l'affiche avec des groupes de ce style dont les membres étaient fort sympathiques et sincères. On a par exemple beaucoup rigolé et bien discuté avec les mecs de Betraying the Martyrs, tout en leur ayant clairement dit qu'on ne goûtait que peu à leur musique.

3- Quels est le processus créatif du groupe? Les paroles, la musique?

La majorité des chansons viennent d'abord de riffs amenés par notre guitariste, David Semler, sur lesquels nous jammons en répéte afin de trouver et peaufiner une structure et les accords sur lesquels baser la chanson et développer les riffs et la rythmique. La majorité de nos chansons sont terminées en deux à trois répètes et nous ne revenons dessus que pour de petits détails. C'est comme cela qu'à été composé « Fast & Dangerous » et nous continuons sur cette lancée puisque nous commençons à travailler de nouveaux titres. Au niveau des paroles, je les écris principalement après l'écriture de la musique. Sont abordés des sujets simples, comme le fait d'être un groupe, de faire la fête et jouer du rock'n'roll, ainsi que d'autres sujets plus complexes, une analyse sociale du monde qui nous entoure et sa critique acerbe voire cynique, et des réflexions plus personnelles, mêlant le monde qui m'entoure, mes ressentis et mon vécu.


4- Quels sont les inconvénients et les avantages d'être en power trio?

Vu les musiciens qui composent notre power trio et le son que nous cherchons, je n'y vois que des avantages : un batteur au jeu aussi travaillé que son kit est simple (deux cymbales, un tom mid et un tom basse) qui tape comme un sourd, ma Rickenbacker branchée sur un Marshall JCM 800 qui fait office de basse et guitare rythmique et qui permet à notre guitariste de jouer par-dessus et de délivrer son jeu rapide, précis et à la croisée de plusieurs écoles (blues, hard rock, rock'n'roll, rockabilly). Humainement parlant, je ne serais pas très objectif car nous nous entendons à merveille et nous complétons très bien. Et d'un point de vue pratique, on prend moins de place dans une voiture pour se déplacer !


5- Parles-nous plus en détails de l'enregistrement de l'album.

La base batterie/basse/guitare rythmique a été enregistrée live en cinq heures trente pauses comprises par notre ingénieur du son Harold Feuerstross en août 2016. On a fait les réglages la veille, commencé l'enregistrement à 10h30 le matin et enregistré les dernières notes de « Vintage Riders » à 16 heures. Ensuite, nous sommes passés entre les mains expertes de Samuel Lichawski, à l'originaire du son de tous nos disques, pour les pistes de guitare supplémentaires, les solos et les voix, avec des sessions étalées sur deux semaines. La dernière touche a été apportée par notre copain Vince qui a glissé de l'harmonica sur « Born on the wrong side ». Ensuite Samuel a mixé et masterisé le tout et en septembre l'album était prêt.


6- Hell Prod votre label n'est pas très connu. Peux-tu nous le décrire?

« Fast & Dangerous » est tout d'abord sorti en décembre dernier chez FDA Records, un label Allemand habituellement plus porté sur le Death Metal et le Grindcore. Quant à Hell Prod, il s'agit d'un label Strasbourgeois très actif localement qui sortira notre 2ème album en vinyle en avril.

7- Le fait d'être frontalier de l'Allemagne vous ouvre-t-il des portes dans ce pays?

Le fait d'être frontalier je ne sais pas, mais le fait d'avoir beaucoup œuvré à y jouer clairement ! On a fait pas mal de concerts en Allemagne, des clubs, des festivals, et on continue à se faire connaître là-bas notamment par le biais de notre booker là-bas, Endzeit Music, et de notre label, FDA Records. On adore ce pays, le public est passionné et très respectueux des musiciens, ils n'en ont rien à foutre de savoir si tu as un boulot à côté ou si tu vis de ta musique.


8- Quel est pour toi le concert idéal?

Un bon son, la pêche et l'envie et de ne penser qu'au rock'n'roll pendant une heure. Que ça soit de notre côté ou de celui du public. Et ça, ça correspond aussi bien à des concerts qu'on a pu faire sur des grosses scènes qu'à d'autres dans des caf' conc. Je rajouterais tout de même, contrairement à ce que pas mal disent, que c'est plus sympa et stimulant de jouer quand il y a du monde. Si tu t'en fous d'avoir fait 3h de route pour jouer devant 10 personnes tant mieux pour toi, mais j'ai tendance à trouver ça vraiment dommage.


9 - Pensez-vous que le métal Français à l'instar de tous les autres est de plus en plus de qualité?

Si je cherche à voir ça sous un angle positif, il y en a de plus en plus pour tous les goûts. Du revival stoner, hard rock ou punk, du metal plus moderne, du grind, etc... Il n'y a cependant pas eu de renouveau majeur dans le Metal les dernières années, du moins pas que je considère comme étant un progrès. Tu le vois dans le style que nous pratiquons, nous sommes sur une formule « classique » que nous aimons faire le mieux possible, et mes goûts sont peu ou prou dans la même lignée.


10- En dehors de votre groupe vous avez d'autres activités?

On taffe tous pour payer le loyer et les factures, en faisant au mieux pour concilier ça avec le rythme du groupe. Par chance on est jeunes tous les 3, donc on a la pêche et aucun de nous n'a d'enfant, sinon ça compliquerait pas mal la donne !


11- Pouvez-vous partagez avec nous vos prochains projets?

Niveau concerts on va jouer dans le Nord la France et en Belgique pour la 1ère fois avec nos copains d'Overdrivers (excellent groupe d'Hard Rock'n'roll à la sauce AC/DC, jetez-vous dessus) à la fin avril, tourner en France et Allemagne avec LMDA (Grind/Sludge, si vous aimez Weekend Nachos, jetez-vous dessus également), faire quelques fests en Allemagne et un très gros en France (l'annonce est pour bientôt), et d'autres choses en attente de confirmation. On va tourner un deuxième clip pour notre nouvel album sur le titre « Rock O'Clock ». On va enregistrer quelques reprises en acoustique avec notre pote Vince à l'harmonica. Et enfin on va continuer à travailler de nouvelles compositions, avec dans l'idée la sortie d'un troisième album.


12- Et pour finir cette dernière question est votre tribune libre?

Un grand merci à toi de nous offrir la parole, un grand merci à ceux qui nous soutiennent, les copains, le public, les organisateurs qui sont le plus souvent des bénévoles, etc... Spécial big up à Sam, Vince et Harold ! Soutenez l'underground, soutenez les groupes locaux, soyez gentils avec les autres et « Let there be rock » !

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player