Accueil arrow Interviews arrow DIKTATUR le 28/02/2017

Kaosguards

 

DIKTATUR le 28/02/2017

DIKTATURInterview réalisée par mail avec Aizko (Guitares, basses, synthé sur l’EP).

Le "monde" du black métal voit comme tous les styles une augmentation exponentielle de son quota de formations dignes d'intérêt. Cette fois-ci on s'arrête sur des musiciens du Sud-Ouest de la France qui comptent bien démontrer que ces sonorités ne sont pas uniquement l'apanage de la Scandinavie.

 

1- Malgré une existence de presque dix ans votre groupe est encore mal connu. Peux-tu retracer votre genèse? Quels sont vos buts? Vers quoi voulez-vous tendre? Par quoi êtes-vous inspirés?

Salutations ! Les bases de DIKTATUR ont été posées en 2008, il y a eu de rares concerts en France et en Espagne et nous avons seulement deux enregistrements à notre actif : un album sorti par nos propres moyens en 2010 intitulé « La Voie du Sang » et plus récemment un quatre titres nommé « L'Agonie d'un Monde » sorti en 2016 chez Melancholia Records.
Le groupe va en effet taper dans ses 10 ans existence : que veux-tu, les années passent vite mais DIKTATUR est avant tout un projet pour se faire plaisir. La grande carrière avec une discographie bien remplie n'est pas une finalité pour nous.
On changera peut-être d'avis un jour, qui sait ? La direction artistique de DK s'affine au fil du temps, nous avions une vingtaine d'années à l'époque de la création du groupe donc tout était assez survolé, le but étant de faire du black metal car dans le coin (Ndlr : sud-ouest de la France) les groupes de ce style se comptent (toujours) sur les doigts de la main.
Le concept de DIKTATUR est axé sur les oppositions perdues d'avance, c'est un sujet qui nous plaît : cela annonce un rythme soutenu apporté par le conflit, la survie, etc... L'agonie par exemple, c'est un affrontement avec la mort qui se veut être une finalité imparable mais parfois certains s'en sortent bien !

2- Votre première aventure musicale date de 2010. Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour sortir du nouveau matériel?

Ce n'est bien évidemment pas volontaire de notre part, un album devait sortir courant 2012, mais comme le groupe avançait avec une flèche dans le genou, il a bien fallu que l'on se vautre par terre : le plus tôt était le mieux si l'on voulait vraiment continuer. « L'Agonie d'un Monde » marque clairement un nouveau départ pour le groupe.

3- Comment un groupe du sud de la France rentre en contact avec un label (Melancholia Records) de région Parisienne?

Quand nous avons enregistré « L'Agonie d'un Monde » nous avons senti qu'il était temps de franchir un cap pour que le groupe gagne un peu plus d'expérience, on y est allé doucement en souhaitant déléguer le mastering à un professionnel.
Un ami nous a mis en contact avec le [X]-LAB STUDIO (The Prisoner, Numenor …) qui se trouve être étroitement lié avec MELANCHOLIA RECORDS (Orakle, Bornholm, Hecatombic, Numenor, Straasha, Unholy Matrimony, Malefilencia, The Prisoner …) et comme le contact est super bien passé entre nous, le label a fait part son intérêt dans les mois qui ont suivi la mise en ligne des morceaux.

4- Qu'exprime le titre de votre album?

Un décor hostile et périssant. « L'Agonie d'un Monde » se veut toujours agressif, mais moins direct et plus subtil que le premier album qui, lui, se déroulait principalement au milieu de l’horreur des tranchées.
Le morceau « Comme une Ombre » dessine un monde complètement sur-esclavagiste où l'Homme aspire au bonheur de sortir du rang ; et le titre éponyme peint un constat désespérant, haineux, d'un monde où le personnage verrait peut-être dans la mort un moyen de vivre mieux.

5- Les groupes de black métal ont bien souvent un attachement à la nature sauvage qui les inspire. Est-ce votre cas?

Personnellement, je pense qu'il n'y a pas besoin de se tourner vers la nature pour trouver de l'inspiration quand on vit à notre époque … Tout va à cent à l'heure, le sentiment que notre mode de vie dépasse progressivement notre vie me suffit amplement. 24 heures ... ce n'est plus assez pour une journée !

6- Êtes-vous plus proches de la scène païenne black métal à la mode ou celle symbolisée par les années 90's?

Je n'en ai aucune idée, je ne connais ni la scène à la mode, ni ce qui est censé symboliser la scène des années 90. Nous avons des goûts assez éclectiques, le black metal ne nous suffit pas, ce qui compte avant tout c'est le plaisir d'écouter de la musique et de prendre son pied à jouer. Dans DIKTATUR, nous jouons ce que nous avons envie d'entendre de la part d'un groupe de « black metal » même si je pense que cette étiquette nous correspond de moins en moins. Nous avons bien évidemment nos indétrônables classiques comme les vieux Immortal, les vieux Satyricon, etc … Cette scène norvégienne à laquelle nos amis de Profundis Tenebrarum rendent hommage avec brio !
La musique c'est un espace de liberté avant tout, nous n'avons rien codifié : il n'y a pas de limite dans notre style, mise à part la jouabilité.

7- Que notez-vous comme différences évidentes entre votre ep et votre album?

Je pense qu'il existe un contraste assez fort entre ces deux enregistrements, mais cela montre bien que le groupe n'a pas glandé pendant les cinq années qui séparent l'album de l'EP.
Nous nous sommes perfectionnés aussi bien dans la maîtrise de nos instruments que dans l'écriture.   Nous verrons bien ce qu'il en saura avec un prochain EP ou album !

8- Je vois que par rapport à l'édition de 2015 le visuel de votre ep est différent. Pourquoi l'avoir modifié?

Quand l'EP a été partagé en streaming, nous avions choisi une peinture de John Martin (qui est bien évidemment tombée dans le domaine public depuis des décennies) pour illustrer les morceaux : cela représentait la fin du monde avec beaucoup d'élégance.
Quand MELANCHOLIA RECORDS a souhaité sortir officiellement « L'Agonie d'un Monde », nous avons décidé de changer le visuel car en parcourant des forums où l'on pouvait (déjà) télécharger nos morceaux, des commentaires nous ont alertés sur la ressemblance frappante de la pochette avec celle d’autres artistes ... Il n'y a qu'à voir la ressemblance avec l'album Heresy de Lustmord pour comprendre qu’une refonte totale était le meilleur choix à faire !


9- Dans la constitution du groupe vous êtes deux musiciens, comment faites-vous pour les concerts?

Nous n'avons pas joué en concert depuis 2011, et le fait d'être un binôme est assez récent. Cependant nous avons la chance d'avoir pas mal de musiciens motivés dans notre entourage, donc nous ferons appel à eux en fonction des besoins et opportunités
Ça semble être une bonne formule pour le moment, nous verrons bien avec le temps.

10- Les groupes de black underground comme vous sortent cassettes et vinyls, Melancholia Records ne vous l'a pas proposé?

Nous en avons rapidement discuté mais, nous n’étions pas trop partants. Le support analogique ne nous parait pas être le mieux adapté pour « L'Agonie d'un Monde ». Toutefois le débat reste ouvert pour une prochaine sortie ...

11- De grosses polémiques font rage actuellement car de nombreuses formations black mêlent politique et musique. Pensez-vous que cette tendance a sa place dans le mouvement?

Je ne suis pas trop au courant de tout ça mais, ce n'est pas la première fois que l'on m'en parle ! Pour moi, la musique est avant tout un espace de création, d'évasion, bla-bla-bla mais la musique reste dans le cadre du divertissement : c'est moche de dire ça mais, c'est vrai ! Donc que Pierre, Paul, Jacques se disent que ce serait un bon support pour faire de la propagande, je ne trouve pas ça vraiment choquant, c'est très astucieux de leur part et ce n'est certainement pas un fait nouveau !
Pour autant je ne soutiens pas du tout ce genre de pratique, c'est vicieux surtout pour ceux qui ont le sens critique mais qui s'adaptent pour « être à la mode ».
De toute façon, les messages les plus sales sont les mieux habillés, et même si le black metal n'est pas le genre numéro un de la musique mainstream, il n’est pas pour autant épargné..
Je pense que la meilleure solution ce n'est pas de faire la chasse à la sorcière dans le cinéma, la musique, les livres, etc, mais plus d'en parler et de sensibiliser sur cette pratique qui - je le rappelle - n'est pas un phénomène nouveau.

12- Vers quoi tendez-vous à l'avenir?

L'envie de faire quelques dates de concert nous travaille et nous allons faire en sorte de ne pas attendre les quinze ans du groupe pour sortir une nouvelle production !

13- C'est désormais à vous d'avoir le dernier mot...

Merci à Kaosguards pour cette entrevue, je vais profiter de ce dernier paragraphe pour dire que notre dernier EP en date est disponible partout (Deezer, iTunes, Spotify, Google Play, Amazon, X-Box music ...etc) si ça vous plaît, faite un tour sur la boutique de MELANCHOLIA RECORDS pour prendre des cds et des teeshirts. Je profite également pour vous annoncer que pour les retardataires, la réédition de notre premier album « La Voie du Sang » sera prochainement annoncée. Merci ! WWW.DIKTATUR.FR

P.S: Merci à Alex de Melancholia Records pour avoir fait l'intermédiaire pour cette interview.

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player