Accueil arrow Chroniques Albums arrow DEAD WITCHES "Ouija" (Royaume Uni/Italie)

Kaosguards

 

DEAD WITCHES "Ouija" (Royaume Uni/Italie)

DEAD WITCHES OuijaDEAD WITCHES est le nouveau projet du batteur Mark GREENING, dont on a entendu le style intense chez ELECTRIC WIZARD, RAMASSES, plus récemment (et plus brièvement) chez WITH THE DEAD.

Dans l'attente d'un quatrième album de RAMASSES, nous pouvons profiter de ce projet monté par le batteur en compagnie de la chanteuse italienne de PSYCHEDELIC WITCHCRAFT, Virginia Monti, du guitariste Greg Elk (hélas décédé fin 2016) et du bassiste Carl Geary.

Au programme, du Doom Metal brut, massif, sans fioritures inutiles. Et froid, glacial même. Pas de lyrisme. En fait, il me semble que, du point de vue de l'écriture, les cinq compositions (plus une introduction on ne peut plus classique : pluie, orage, orgue) de « Ouija » correspondent en tous points aux canons du Doom Metal traditionnel à la THE OBSESSED et SAINT VITUS : riffs lourds, section rythmique combinant pesanteur austère et intensité, articulation de séquences successives. Ce qui distingue DEAD WITCHES des dizaines de groupes qui perpétuent ces schémas, ce sont les partis pris sonores, nettement plus radicaux que dans le Doom traditionnel.

En premier lieu, le son de guitare du regretté Greg Elk s'avère bluffant : les riffs sont à la fois bien détourés et épais, grondants et crépitants. Comme si Tony Iommi avait effectué un stage dans un bayou sludge. Combiné à une section rythmique qui marque à la fois lourdement le tempo et qui enrichit son propos (roulements de toms, jeu de cymbales bien présent), voilà qui donne un paysage rythmique désolé, glaçant, granitique, paradoxalement pas dénué d'un groove monstrueux. Ajoutons que les interventions solos de Greg Elk sont juteuses, posées, gorgées d'un feeling bluesy dégénéré.

Reste à évoquer le chant de Virginia Monti. On entend parfaitement qu'elle module ses interventions, oscillant entre litanies hypnotiques et incises venimeuses. Un élément notable empêche toutefois de profiter pleinement de ses interventions. Si ses prises ont été captées en chant clair, elles sont ici systématiquement filtrées pour les rendre plus saturées, plus froides et hostiles donc. L'effet colle parfaitement avec l'architecture sonore globale du groupe mais on perd indéniablement en subtilité. Surtout, le procédé me paraît trop systématique pour ne pas créer une certaine monotonie.

Hormis cette pondération quant au traitement du chant, on peut espérer que « Ouija » ne constitue que le premier pas d'une discographie future qu'on se plaît à imaginer aussi délicieusement sombre et intense.

Alain Lavanne




Date de sortie
: 10/02/2017

Label: Heavy Psych Sounds

Style: Doom Métal

Note: 15/20

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player