Accueil arrow Interviews arrow PIERRE ALAIN D. le 08/12/2016

Kaosguards

 

PIERRE ALAIN D. le 08/12/2016

ImageInterview réalisée par mail avec Pierre-Alain D.

Il y a des acteurs qui sont essentiels mais qui parfois sont relégués aux oubliettes de la promotion d'une sortie d'albums. Leur travail est pourtant capital, car lorsque l'on parcoure les bacs ou les arcanes du net la première chose que l'on découvre c'est le visuel. C'est pourquoi nous avons braqué les projecteurs sur un de ces créateurs plein de talents.

 

1- Salut Pierre Alain, tu fais parti de la grande famille des dessinateurs qui ornent les pochettes de metal. Quel est ton parcours?

Salut à toi ! En un mot, je dirais.. improbable. Je te la fais brève mais j'ai été militaire dans l'Armée de l'Air pendant des années, ensuite j'ai fais une école informatique et travaillé mes certifications Microsoft. Jusque là c'est assez banal. Et puis.. avec le temps, j'ai voulu me servir de mes connaissances info. pour créer une communauté metal, je voulais m'impliquer davantage par et pour cette scène puisque, tu t'en doutes, c'est une passion de longue date pour la plupart d'entre nous ! Ca a commencé par la création et la gestion d'un webzine metal que tu as peut-être connu, Imm3moria (pendant 6 ans). Mais, à force de voir des disques passer, avec pour certains, de magnifique artworks, les choses ont pris un autre tournant. Quand j'ai découvert la puissance d'un logiciel tel que Photoshop, et l'étendue des univers qu'il permettait d'exprimer... j'ai franchis le pas et commencé à apprendre la technique. Pas super concluant au début évidemment mais tout de même, avec le temps et la patience, je progressais et certains retours étaient plutôt encourageants. J'ai toujours été porté sur la chose artistique, la photo (je fais toujours beaucoup de photos), etc... mais là, je pouvais passer de l'autre coté, et rien que l'idée de pouvoir faire une pochette d'album, ça me stimulait énormément, et le jour ou j'ai fait ma première pochette (Memories Of A Dead Man), je me suis senti vraiment très fier. Du coup bah... j'ai continué !

Pour résumer, sur le plan artistique, je suis à 100% autodidacte, et je peux dire que l'Education Nationale ne m'a absolument pas aidé à en arriver là.


2- Je suppose que tu travailles seul dans ta structure?

Effectivement, c'est pas toujours de tout repos, mais c'est aussi très gratifiant de pouvoir être totalement libre, de ne pas avoir un patron sur le dos, etc... Ca a ses avantages et ses inconvénients, mais il faut bien savoir ce qu'on veut !


3- Avec les moyens modernes on peut désormais travailler avec la planète entière. Je remarque que tu collabores avec des français autant qu'avec des étrangers. Y a t-il des demandes spécifiques que l'on retrouve chez les uns ou chez les autres?

Oui c'est le bon coté d'Internet, les échanges culturels et professionnels ont pris une toute nouvelle dimension, et encore davantage avec l'arrivée progressive du haut débit, des réseaux sociaux, des forums, messageries, serveurs de fichiers, shops, etc... On peut communiquer et travailler avec tout le monde très facilement et rapidemment, et pas seulement avec les acteurs (forcément plus limités) de ton pays. Ca change considérablement les choses. C'est quelque chose que je continue de trouver vraiment génial d'ailleurs. On a tendance à s'y habituer mais causer musique/art et faire des projets avec un gars de Moscou, du Caire ou de New-York, ça reste quelque chose de toujours très exitant, pour moi en tout cas. Bon évidemment il faut savoir parler anglais sinon c'est compliqué.

Il n'y a pas spécialement de demandes spécifiques selon les pays, on retrouve toujours à peu près les mêmes besoins dans la vie d'un groupe, et chacun a en même temps ses propres idées/thèmes/etc... Bien sûr, il arrive qu'un groupe veuille faire référence à sa propre histoire, sa propre culture (vikings dans les pays scandinaves, pharaons pour les égyptiens, mythologie grecques pour les grecs, etc...), mais globalement, de mon expérience, je ne constate pas de liens "pays / type de demandes". Les demandes sont essentiellement centrées sur les visions musicales des groupes, et l'univers qu'ils imaginent autours.

Pour ce qui est de mes collaborations, et même si je travaille régulièrement pour des groupes français, il me semble que mes clients sont en fait davantage de l'étranger, c'est quelque chose qui continue de me surprendre d'ailleurs, sans que je ne me l'explique vraiment. Je crois que la majorité de mes clients sont en fait des USA, c'est évidemment un grand pays et les groupes y sont logiquement très nombreux.

Image

4- Vous commencez à être nombreux dans ce créneau. Comment comptes-tu te démarquer?

Tu sais, ça fait déjà un certain temps que je fais des images, bientôt une dizaine d'années je dirais, même si je ne l'ai pas toujours fait au même niveau, et les demandes n'ont jamais cessé de s'accentuer, je ne peux d'ailleurs malheureusement pas toujours répondre favorablement aux requêtes par manque de temps. C'est dommage d'ailleurs, mais je n'ai que deux bras, certains ont parfois du mal à le comprendre, mais c'est énormément de temps et de travail, et il n'est donc physiquement pas toujours possible de répondre à toutes les demandes. J'aurais donc tendance à croire que, pour répondre à ta question, je me suis déjà un peu "démarqué" avec le temps,quelque part.

Comment? Chaque artiste à sa propre "griffe", son "style", j'imagine que le mien (ainsi que probablement les thèmes arbordés) a reçu un écho plutôt favorable auprès des groupes de metal, de certains courants... Peut-être aussi, je ne me contente pas de faire seulement des pochettes, mais je fais souvent l'intégralité d'un album (livret, etc...) ainsi que d'autres déclinaisons des visuels (tshirt, bannière de scène, dépliant promo, etc...), j'imagine que c'est pratique pour un groupe d'avoir recours à une même personne pour répondre à l'ensemble des besoins. Après, c'est une question de feeling des groupes...


Concernant la première partie de ta question, oui on peut avoir l'impression qu'il y a beaucoup de monde dans ce créneau, mais il ne faut pas se voiler la face, ça reste un créneau assez difficile si on veut en faire son métier de manière indépendante. Ce que je veux dire, c'est que s'il y a beaucoup de monde dans le domaine, peu parviennent finalement à poursuivre durablement leur activité. Je n'aime pas trop l'image mais c'est hélas un peu ça: il y a beaucoup de monde sur la ligne de départ, mais pas autant à l'arrivée. Pour certain il s'agit surtout de prendre du plaisir occasionellement, d'autres d'en faire leur métier, en ce qui me concerne c'est les deux à la fois, faire de ma passion un métier était vraiment une raison d'être, je pense avoir sacrifié beaucoup de choses pour ça.
En même temps, c'est stimulant de voir autant d'artistes différents et talentueux émerger, je n'aurais probablement jamais commencé ce métier si je n'avais pas été inspiré par certains artistes / illustrateurs / graphistes. Et puis ça permet de te remettre en question aussi. Aujourd'hui encore, beaucoup d'artistes anciens ou nouveaux m'inspirent, cette richesse de talents ne peut être que positive.


5- Où trouves-tu tes sources d'inspiration? Je vois que tu évoques dans tes dessins souvent les cultures anciennes, tu es un admirateur de notre passé?

Sans grande surprise, la musique est une source inépuisable d'inspiration, particulièrement dans le metal ou les univers sont riches et vastes. Si j'avais été un féru amateur de jazz ou d'electro, je n'aurais probablement jamais commencé à faire des pochettes d'album. Mais je suis un metalhead dans l'âme, et tu sais à quel point l'imagerie a une place prépondérante dans le metal. Il suffit d'écouter certains albums pour s'imaginer propulsé dans un autre univers.

Mes inspirations sont diverses, ca peut être une couleur, un thème, une idée, un personnage, ou donc, une musique, c'est assez imprévisible en fait, j'aime l'idée de se laisser guider par l'instinct, de ne pas tout planifier. Globalement, c'est quand même le surréalisme qui me stimule le plus.

Concernant les cultures anciennes, c'est effectivement un thème que j'affectionne particulièrement. Elles sont nombreuses, si différentes, et si chargée de symboles dans l'imaginaire collectif, certaines ont changé la face du monde. L'histoire est quelque chose qui me semble incontournable, et puis, se placer à différentes époques est quelque chose qui facilite l'imagination et multiplie les thèmes potentiellement abordables. On s'ennuirait si on devait rester dans le présent...

Image


6- Globalement tes dessins sont assez sombres, tu pourrais faire des pochettes pour des groupes de "happy métal" genre Freedom Call?  Et pour aller plus loin pourrais-tu travailler avec un groupe dont tu n'aimes pas du tout la musique?

Honnêtement, j'ai toujours été assez ouvert en matière de style, et parmis mes clients figurent des groupes aux styles (de metal) déjà très différents. Il m'est aussi arrivé de bosser pour des musique de type "bande originale de film", d'electro ou autre, même si ca reste rare. Alors oui, mes images sont en grande majorité sombres, c'est ce qui me plait, mais je ne m'interdis pas de temps à autres de faire des choses un peu plus "lumineuses" ou "joyeuses", ou de répondre à des requêtes plus spécifiques.

Est ce que je pourrais travailler pour un groupe dont je n'aime pas la musique? Exceptés certains styles auquels je serais peut-être plus allergiques, je n'ai rien contre. Moi ce que j'aime, c'est avant tout rendre service a des gens qui ont démontré un réel intérêt pour mon travail. Après, leur musique, c'est leur affaire j'ai envie de dire, mais je suis évidemment toujours plus heureux de travailler pour des courants que j'affectionne particulèrement.


7- Sans dévoiler des secrets, comment élabores-tu tes oeuvres? Des logiciels, des peintures, des poteries?

Je pense que la plupart des oeuvres visuelles qui finissent sur des pochettes d'albums sont aujourd'hui concues sur Photoshop, qui reste la référence en matière de création graphique "poussée" (sauf si on est un maître en peinture...). De temps en temps on peut voir des peintures, des photos voir des sculptures, mais dans la majorité des cas, on parle bien de Photoshop. En ce qui me concerne, je fais ce qui s'apelle de la "photomanipulation" ou plus vaguement du "digital art". C'est à dire que j'utilise de très nombreuses banques de photos pour n'en sélectionner à chaque fois qu'une petite partie, et consituer une seule même image avec tous ces élements. Je peux par exemple rapidemment me retrouver avec 150/200 calques au sein d'un fichier de travail image. A cela j'ajoute une dose de digital painting, d'effets, etc... Je t'avoue que la poterie n'est pas tellement ma tasse de thé, si je puis dire...

Image


8- En dehors de la musique, tu travailles avec d'autres acteurs?

Ca arrive oui. Il m'est arrivé de faire des affiches de soirées cinéma en plein air pour une commune du coin. Actuellement, je collabore également avec le FC Nantes pour leur visuels de match. C'est même quelque chose que j'aime beaucoup, varier les contextes, pouvoir exercer dans de nouveaux styles, pour de nouveaux types de clients. La grande majorité de mes clients sont des groupes de metal, mais de temps en temps il y a aussi ce type de projet totalement différent. La notion d'adaptation me plait.


9- Tu vis à quelques kilomètres du plus grand festival metal de France le Hellfest. En profites-tu pour aller faire ta promotion à cette occasion?

Absolument pas. Honnêtement, quand je vais au Hellfest, ma priorité est avant de profiter du festival, de voir des concerts, de m'imerger dans l'ambiance. Je me vois mal derrière un stand ou distribuer des flyers, etc... D'ailleurs, et pour être honnête, je ne fais presque pas (plus) de "promotion". J'ai bien quelques pages internet mais en dehors de ça, je ne fais rien de particulier, les demandes viennent d'elles mêmes et c'est pas plus mal comme ça.


10- La région Nantaise a toujours été active au niveau du metal. Comment expliques-tu cette vitalité? C'est le Muscadet qui vous dope ahahaha!!

J'imagine que le Mus' a effectivement sa part de responsabilité dans tout cela ahah. En France de manière générale et pas seulement à Nantes, la scène est assez active je trouve, il y a beaucoup de bons groupes au quatres coins du pays (même si tous n'ont pas la reconnaissance qu'ils mériteraient). Mais il est certain que Nantes est une grande ville, vivante et active, et que ça facilite évidemment l'émergence de différentes scènes. On a aussi toujours eu la chance d'avoir des lieux qui produisaient des soirées/concerts metal (je pense au Floride ou à l'Olympic pour les 20 dernières années, mais aussi au Ferrailleur plus récemment, la Scène Michelet, etc...), ces lieux sont très importants pour renouveller et faire vivre la scène, passer des relais, laisser de nouveaux groupes s'exprimer, etc... J'espère vraiment que ces types de lieux vont perdurer. En plus on a le Hellfest maintenant donc c'est parfait. On a aussi un très bon magasin de musique (Michenaud) pour permettre à tout le monde de s'équiper et de se lancer, c'est important aussi. Nantes a de toute façon toujours été une ville très active culturellement, il n'est donc finalement pas si surprenant d'y constater une bonne activité musicale.


11- Pour rentrer dans les modalités commerciales, hormis les pochettes pour des groupes, si un particulier te demande de faire des oeuvres en format tableau pour décorer son petit intérieur, tu peux accéder à sa demande?

Bien sûr. Si la personne a un intérêt pour mon travail, pourquoi devrais je refuser? Au contraire, je serais flatté que cette personne veuille accrocher un travail spécifique sur ses murs. D'ailleurs, il est déjà possible de mettre l'ensemble de mes créations sur ses murs, j'ai deux vitrines permettant de se faire livrer des prints (Society6 et Deviantart), les liens sont quelque part sur mon portfolio.

Image


12- Quels sont les objectifs que tu souhaites atteindre dans les prochaines années?

Je ne peux pas véritablement parler d'objectifs, disons que je laisse les choses se faire naturellement, je crois que c'est ce que j'ai toujours plus ou moins fait. Evidemment, je souhaite de pouvoir continuer à allier passion et activité professionelle (et en cela j'estime avoir déjà une sacrée chance). Ca m'a déjà été demandé plusieurs fois, mais j'aimerais peut-être pouvoir sortir un livre / portfolio contenant l'ensemble mes créations (il y en a pas mal depuis le temps), mais c'est un certain investissement, le moment viendra surement... Pour le reste, je vis assez au jour le jour, en fait. Mais il est certain que je serais forcément heureux et fier si je pouvais un jour collaborer avec quelques uns de mes groupes favoris... histoire de boucler la boucle !


13- J'espère avoir fait découvrir ton remarquable travail à nos lecteurs et avoir pu contribuer à te faire connaître. Je te laisse conclure cette intreview en te laissant une tribune libre...

Je l'espère aussi, merci de ton intérêt pour mes créations, et d'avoir pris le temps de formuler ces questions. Je remarque d'ailleurs que tu es finalement le premier webzine metal à me solliciter pour une interview, donc merci pour ça.

De manière générale, c'est aussi sympathique de voir qu'il y a un intérêt croissant (je crois) pour les créations visuelles, et il est important de les mettre en lumière comme tu le fais actuellement car contrairement à ce que beaucoup continuent malheureusement de penser, créer une image c'est un vrai travail qui demande une certaine expertise, des heures, des jours voir des semaines avant d'arriver à un résultat satisfaisant. Tu sais aujourd'hui, il y a encore des gens qui pensent que pour faire une pochette d'album, il suffit d'aller sur Google trouver une image cool, et de mettre son logo dessus. Evidemment ça ne fonctionne pas comme ça. Derrière les images, il y a des gens comme moi qui travaillent dur, j'apprécie donc ta démarche ! Bonne continuation à toi, et peut-être à un de ces jours à Nantes ou au Hellfest !

Pierre-Alain D. / 3mmi Design
www.3mmi.org
www.facebook.com/3mmiDesign/

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player